mercredi 23 août 2017 - vous ici Accueil du site > Science/Tech>

Coopération algéro-japonaise en matière d’énergies renouvelables

Le savoir-faire nippon dans l’énergie solaire présenté à Alger

18 décembre 2010

L’Algérie et le Japon devraient renforcer leur coopération dans le secteur des énergies renouvelables. Le savoir-faire nippon en matière d’énergie solaire a été présenté à la fin de la semaine dernière, à Alger, dans le cadre d’une rencontre regroupant les universitaires des deux pays.

Il s’agit notamment d’un ambitieux projet de production d’énergie à partir du silicium, selon les représentants des deux parties.

Ce séminaire, présenté sous s’intitulé « Introduction des technologies japonaises pour la production d’énergies renouvelables et l’efficacité énergétique », a vu la participation de nombreux cadres des ministères de l’Energie et des Mines, de l’Industrie, de la Promotion des investissements et de la PME et des responsables de la Sonelgaz et du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER).

Des chefs d’entreprises privées activant dans le domaine de la fabrication des équipements utilisés dans la production des énergies renouvelables étaient également présents aux côtés de hauts responsables de firmes japonaises, leaders mondiales dans le domaine des énergies renouvelables, comme « Mitsubishi Heavy Industries » et « Toshiba Corporation », qui ont présenté leur expérience dans ce secteur et manifesté l’intérêt particulier qu’ils portent au marché algérien. A noter qu’une première rencontre dans le domaine a été organisée en octobre de l’année dernière à Tokyo.

M. Takashi Oya, responsable du centre de coopération pour le Moyen-Orient, a déclaré : « L’intérêt que nous portons pour le marché algérien a une double motivation : les capacités financières de l’Algérie et son important potentiel en matière de ressources naturelles, notamment le soleil et le gaz naturel ». La délégation japonaise a estimé important de nouer des partenariats avec des entreprises et universités algériennes dans le secteur des « énergies vertes ». M. Takashi a précisé que « l’une des technologies phares présentées lors de ce séminaire » est celle qui consiste en « la production d’électricité à partir de l’énergie solaire, moyennant du gaz naturel au lieu de l’eau actuellement ».

Ces alternatives qui sont les bienvenues sur le marché algérien sont d’un grand avantage de coûts et d’impact sur l’environnement. Rappelons dans ce sens la signature en août dernier d’un accord sur un projet sur la recherche et le développement dans l’énergie solaire au Sahara, d’un montant de cinq millions de dollars, entièrement financé par la partie japonaise. Les travaux de ce projet devraient débuter en janvier 2011 par le biais d’une usine pilote pour la fabrication de silicium pour l’industrie des panneaux solaires. Outre l’énergie solaire, l’Algérie veut se doter d’un ambitieux programme pour développer l’énergie éolienne dans les années à venir. Dans ce sens, il convient de noter le projet d’une ferme éolienne à Adrar, la première du genre, dont la réalisation a été confiée, au cours de la semaine dernière à la suite de l’ouverture des plis des offres commerciales, à CEGELEC, un consortium algéro-français. Ce projet, situé à 73 km d’Adrar, aura une puissance de 10 MW et sera implanté sur une superficie de 30 hectares.

F. Abdelghani

Tags: Algérie Japon

Source : Le Jeune Independant

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir