mardi 24 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

France - Visa : Alger réagit sans… réagir

15 décembre 2010
France - Visa : Alger réagit sans… réagir

Le gouvernement algérien, par la voix de son secrétaire d’Etat chargé de la Communauté algérienne établie à l’étranger, M. Halim Benatallah, a finalement réagi aux dernières péripéties politiques françaises concernant la réduction de visas pour les pays maghrébins, particulièrement l’Algérie.

« Indéniablement, le message du ministre français de l’Intérieur pour la réduction des visas de court séjour et le durcissement des conditions de leur octroi a le mérite de la clarté », a souligné, hier, M. Benatallah à la Chaîne III de la radio nationale. La question du visa de court séjour pour le déplacement des Algériens en Europe est cruciale. Elle annonce la couleur des prochaines « négociations consulaires bilatérales ». Il est vrai qu’Alger ne réagit que par la voix de son secrétaire d’Etat chargé de la Communauté algérienne établie à l’étranger, épargnant ainsi aux Français les conséquences d’une réaction en règle de la diplomatie algérienne.

Une affaire franco-française en somme qui, en ces temps de déchéance et des collapsus « UMPistes », prêcherait discrètement un discours audible qui charme les tribus de la famille le Pen et la droite extrême dans son ensemble. Sur le plan diplomatique, « les relations algéro-françaises se portent bien », a assuré le président Bouteflika lors de la dernière visite de Mme Alliot-Marie, aujourd’hui chef de la diplomatie française, même si Alger et Paris ont beaucoup de points de divergences concernant des sujets sensibles qui ont fait l’actualité ces derniers mois. Concernant les visas, il serait sans doute utile de rappeler la forte rentabilité du guichet Visa France à Alger qui est une source financière très précieuse. Pour rappel, la France a été mise en cause par le dernier rapport de la CIMAD, intitulé « Visa refusé », qui a mis la lumière sur un point important. Le refus du visa rapporte annuellement la bagatelle de 4 millions d’euros, car les frais du dossier de visa ne sont pas remboursables.

A l’époque, le consul général, nouvellement installé en poste à Alger, a nié toute politique de quota concernant la délivrance du visa français. Aujourd’hui, le très controversé ministre français de l’Intérieur, Brice Hortefeux, met les habits d’Eole et souffle un vent contraire pour mettre en porte-à-faux la diplomatie française en Algérie. Alger, qui a aussi instauré la loi de la réciprocité en termes de visas pour les Français désireux de se rendre en Algérie, réagit graduellement en attendant de trancher les suites de cette « excitation » de fin d’année. En même temps et au-delà de la portée électoraliste, une augmentation de refus serait aussi une autre manne financière pour Bercy.

C’est peut-être, tout bêtement, celle-là la résolution française du nouvel an, à savoir : l’oseille.

Samir Méhalla

Tags: Algérie France Visa

Source : El-annabi.com

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir