mercredi 23 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Condamné à mort pour le meurtre d’un terroriste repenti

Mohamed Gharbi bénéficie d’une réduction de peine

7 décembre 2010

Condamné à mort en juin 2009 pour le meurtre d’un terroriste repenti, Mohamed Gharbi a vu sa peine réduite à 20 ans de prison. Cet ancien moudjahid et oicier de l’armée algérienne à la retraite, âgé de 75 ans, a bénéicié depuis samedi d’une réduction de peine.

L’ancien patriote a été condamné en première instance à 20 ans de réclusion avant que sa peine ne soit aggravée. Ce patriote a bénéicié d’une grâce présidentielle. Dans le courant du mois de novembre dernier, le prisonnier a entamé une grève de la faim pour protester contre sa condamnation et contre les conditions de sa détention.

Cette grâce, ou plutôt cette réduction de peine, en faveur de Mohamed Gharbi, fait suite à une formidable mobilisation des citoyens. Des milliers de personnes se sont mobilisés pour défendre sa cause et réclamer une grâce présidentielle en sa faveur. « Nous avons lancé une pétition pour demander la libération de Mohamed Gharbi. Elle sera adressée au président de la république M. Abdelaziz Boutelika  » rapidement, a déclaré dimanche 31 octobre à l’AFP Samir Nedjraoui, membre du LMG (Libérez Mohamed Gharbi).

Mohamed Gharbi est emprisonné depuis février 2001 pour avoir abattu à la kalachnikov Ali Merad, membre de l’Armée islamique du salut (AIS) qui le narguait et le menaçait de mort, dans sa ville natale de Souk Ahras, à quelque 600 km au sud est d’Alger, proche de la frontière tunisienne.
Ce ancien moudjahid avait plusieurs fois alerter les autorités sur les menaces et les harcèlements qu’il subissait, mais ses plaintes sont restées lettre morte.

Dimanche 11 février 2001, Mohamed Gharbi décide de tuer de sang froid Ali Merad, un ex-terroriste qui l’avait menacé à maintes reprises, puis il a tiré son corps vers un caniveau d’où il n’a pas bougé jusqu’à l’arrivée des services de sécurité auxquels il s’est rendu sans résistance. Aux enquêteurs, il a expliqué que trainer ce corps vers le caniveau, c’est sa manière à lui d’éviter que le sang de l’ex-terroriste ne souille la terre d’Algérie. Incarcéré, il a attendu trois ans avant de passer en jugement.

Cet ancien patriote a été condamné à 20 ans de prison ferme par le tribunal criminel de Guelma (est d’Algérie), en janvier 2004, puis à la perpétuité en appel en mars 2007, avant d’être condamné à mort lors d’un troisième en cassation en 2009. Dimanche 7 juin 2009, le tribunal criminel de Guelma avait condamné, dans un procès en appel, Mohamed Gharbi à la peine capitale. Pour les avocats de la défense, il restait encore un ultime recours : La Cour Suprême. Le 22 juillet 2010, celle-ci rejeta le pourvoi en cassation conirmant ainsi la peine de mort. « Ce jugement est devenu déinitif », tranchait Abderahmane Boutamine, avocat de Gharbi. Il ne restait donc que la grâce présidentielle pour retrouver la liberté. Le 1er novembre est passé, la grâce n’est pas venue. Il aurait fallu attendre décembre pour qu’elle atterrisse sur le bureau du directeur de la prison de Khenchela.

Lien : Association LMG (Libérez Mohamed Gharbi).

Vidéos :

L’Affaire Mohamed Gharbi (1/2)

L’Affaire Mohamed Gharbi (2/2)

Tags: Procès Terroriste Meurtre Mohamed Gharbi

Source : El-annabi.com

2 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

2 commentaires


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir