mercredi 13 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

La communauté internationale reconnaît la victoire de Ouattara

5 décembre 2010

La côte d’Ivoire a-t-elle deux présidents ?? C’est la question que se posent les Ivoiriens depuis l’annonce controversée des résultats de la présidentielle de dimanche dernier. Hier, le président sortant Laurent Gbagbo a été investi à la tête de l’état, refusant dans les faits la victoire pourtant annoncée de son rival Alassane Ouattara. Ce dernier, fort du soutien de la communauté internationale, a appelé Gbagbo à respecter les résultats des urnes, et a enjoint l’armée de rester neutre dans cette crise politique majeure que connaît le pays.

« Devant le peuple souverain de Côte d’Ivoire, je jure solennellement et sur l’honneur de respecter et de défendre fidèlement la Constitution, de proté- ger les droits et libertés des citoyens, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans l’intérêt supérieur de la nation », a déclaré Laurent Gbagbo en prêtant serment au palais présidentiel hier à Abidjan. « Que le peuple me retire sa confiance et que je subisse la rigueur des lois si je trahis mon serment », a-t-il ajouté lors d’une cérémonie devant une très nombreuse assistance. Il semblerait néanmoins que le président sortant, autoproclamé vainqueur de la présidentielle du 28 novembre dernier, a commis un parjure : un péché originel avec lequel il compromet un mandat usurpé. Car, pour le peuple ivoirien et pour la communauté internationale, le vainqueur sorti des urnes n’est autre que l’opposant historique et ancien Premier ministre Alassane Ouattara.

Sans surprise et eu égard aux diverses manœuvres et intimidations orchestrées par le camp du président sortant, le Conseil constitutionnel avait déclaré avant-hier Laurent Gbagbo vainqueur de l’élection présidentielle, avec 51 % des voix. Jeudi soir, l’institution, présidée par un proche du chef de l’Etat sortant, avait invalidé le résultat proclamé par la commission électorale indépendante (CEI), qui donnait la victoire à Alassane Ouattara avec 54 % des voix. Le Conseil a annoncé vendredi avoir annulé les votes dans sept départements du Nord, fief de l’ancien Premier ministre, où, selon le camp Gbagbo, le scrutin avait été « frauduleux ». Vendredi soir, Ouattara sortait toutefois de sa réserve en déclarant officiellement « être le président élu de la République de Côte d’Ivoire ».

Mieux, l’ancien numéro deux du FMI, surnommé « ADO » par ses partisans, a réussi à damer le pion à son rival avec des soutiens de taille. La communauté internationale a d’ores et déjà reconnue Alassane Ouattara comme le président « élu » de Côte d’Ivoire. Dès vendredi soir, le secrétaire général de l’ONU a été le premier haut responsable international à reconnaître la victoire de Ouattara et à le féliciter. « Le secrétaire général félicite M. Alassane Ouattara (...) pour son élection et demande au président élu de travailler pour une paix durable, la stabilité et la réconciliation en Côte d’Ivoire », a ainsi déclaré le porte-parole de Ban Ki-Moon. La responsable de la diplomatie européenne Catherine Ashton lui a immédiatement emboîté le pas. « Je félicite M. Ouattara pour sa victoire », indique-t-elle dans une déclaration, où elle appelle toutes les parties au processus électoral à « accepter les résultats, tels que certifiés par le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies ».

Toujours, vendredi soir, Paris a également pris position. Dans un communiqué, Nicolas Sarkozy a félicité le « président élu » Alassane Ouattara et a lui aussi demandé à Laurent Gbagbo de « respecter la volonté du peuple ». Même soutien du côté de Washington. Barack Obama lui aussi a félicité vendredi soir Alassane Ouattara « pour sa victoire » et appelé le président sortant à « reconnaître et respecter » le résultat du scrutin. « La commission électorale indépendante, des observateurs dignes de foi et accré- dités, ainsi que les Nations unies, ont tous confirmé ce résultat et certifié sa fiabilité », a-til estimé. De son côté, le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn a souligné hier que son institution ne travaillerait pas avec un gouvernement non reconnu par les Nations unies, comme celui de Laurent Gbagbo.

Mais le soutien le plus décisif à Ouattara est incontestablement celui du Premier ministre ivoirien Guillaume Soro. L’ancien chef rebelle du Nord a déclaré, hier, devant la presse à Abidjan, qu’il reconnaissait Alassane Ouattara comme président, et qu’il allait lui remettre la démission de son gouvernement. L’impasse dans laquelle le président sortant a plongé son pays est-elle conjoncturelle ? Ou bien est-elle structurelle dans le sens où elle trouve ses origines dans les fondements même de l’Etat ivoirien moderne qui a échoué dans la construction d’un Etat-nation moderne ? L’épisode Gbagbo-Ouattara est symptomatique, car il lève le voile sur la fragilité « ontologique » de l’Etat postcolonial en Afrique subsaharienne.

M’hamed Khodj

Tags: Côte d’Ivoire Présidentielle

Source : Le Jeune Independant

3 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

3 commentaires

  • c est qui la communauté internationnal ? par andrey koffi 5 décembre 2010 14:34

    tout le monde sait en âme et conscience que la communauté international défend ce Voltaïque pour piller les biens de la Cote d ivoire avec la complicité de ce burkinabé mais nous ne nous laisseront pas faire parce que quand t il sagit d eux ils sont les premier a protéger leurs biens.la cote d ivoire n est pas un hôtel ou un bar ou l on va proclamer les résultat d une élection présidentielle.vous savez ce que veux dire un motel c est un endroit commun on l on va faire un tas de bêtises donc arrêtez vos conneries la cote d ivoire n est pas un marché.Alassane est n est pas un ivoirien et nous allons pas accepté cela.si vous pouvez permettre ca chez vous alors mettez le comme président chez vous pas la peine de nous emmerder vous communauté international vous n êtes rien que des imposteur et le jugement dernier viendra ou vous paierez pour vos actes.voici la communauté international.

    Répondre à ce message

  • quand l,afrique tirera la lecon , apres avoir passé dix sur cette fauteuille na pas toujour fatigueé, maitenantce pour faire quel miracle la honte de l,afrique switzerland

    Répondre à ce message

  • Bonjour,
    Que le bon sens triomphe dans la situation en côte d’Ivoire. Que DIEU vienne au secours des Ivoiriens !

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir