mercredi 18 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Algérie - Tunisie : Le partenariat et la sous-traitance en perspective

30 novembre 2010
Algérie - Tunisie : Le partenariat et la sous-traitance (...)

Une rencontre algéro-tunisienne sur le textile et le cuir s’est déroulée hier au siège d’Algex en présence des opérateurs économiques et des cadres du secteur des deux pays. La partie tunisienne a exprimé son intérêt de nouer des relations de partenariat et de sous-traitance dans le domaine du textile.

C’est M. Malek Khelil, directeur du CNCC (Centre tunisien du cuir et de la chaussure) qui a souligné, dans une déclaration au JI, souhaiter « voir une entente entre opérateurs des deux pays à travers la sous-traitance », en considérant la proximité industrielle entre voisins et les possibilités « pour créer des sociétés mixtes ». En effet, les Tunisiens qui exportent à raison de 69 % de ces produits vers le marché européen, ont besoin surtout de matière première pour la confection et l’habillement. Or l’atout de l’Algérie réside dans l’existence de produits nobles de la fibre et la laine qui sont de meilleure qualité que celles de nos voisins. D’ailleurs, le directeur du CNCC n’a pas caché l’autre intérêt « pour la fibre textile qui peut constituer un terrain de partenariat ».

De son côté, M. Fodil Mourad, directeur général du CNTC (Centre national des technologies et consulting) a estimé le potentiel de production à 17 millions d’articles tous types de produits confondus, affirmant qu’avec « une qualification du personnel, des marchés à portée de main et un fort potentiel d’artisans, l’Algérie a encore des chances pour relancer son industrie textile ». Selon lui, « la faiblesse est dans la création des styles et modèles variés », alors que l’autre frein est dans « la concurrence qui est ouverte à tous les produits ». Les opérateurs s’accordent unanimement sur les méfaits de l’informel et des produits chinois qui étouffent continuellement le produit local de bonne qualité. Le patron de MVL (société privée de produits de cuir) nous a résumé « le déclin d’une industrie avec la faiblesse d’un accompagnement de l’Etat » qui a généré une régression de toute la filière. Mohammed Benini, directeur général d’Algex, a dans un court exposé résumé la relance d’une politique d’exportation mais, pour le textile, cela reste encore faible puisque le secteur n’arrive pas encore à décoller malgré l’existence d’un tissu productif. Il relève « le déficit de présence des produits textiles dans les foires internationales et l’absence d’un marketing ».

Toutefois, l’Algérie a pu exporter jusque-là des produits semi-finis en cuir. Un essai fructueux qui demanderait à être mieux soutenu à l’avenir. Il a fait savoir « l’intérêt de réactiver le Fonds national d’exportation à partir de l’année prochaine pour soulager les exportateurs ».

F. Abdelghani

Tags: Algérie Economie Tunisie

Source : Le Jeune Independant

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir