jeudi 19 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

LE PROJET SERA RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC DES ALLEMANDS

La première tour solaire algérienne prévue pour 2013

27 novembre 2010

Le partenariat algéro-allemand dans le domaine des énergies renouvelables sera bientôt concrétisé par un projet d’envergure.

Les deux parties s’apprêtent, en effet, à lancer les travaux de la première tour solaire hybride en Algérie dès le début de l’année prochaine pour une durée de deux ans. D’un coût d’environ un milliard de dinars, la future tour à énergie hybride (solaire-gaz) aura une capacité de production de 7 mégawatts.

Elle sera implantée à Bourkika (wilaya de Tipasa) sur une superficie de 30 hectares, selon le directeur général de la Recherche scientifique et du Développement technologique au ministère de l’Enseignement supérieur, M. Hafid Aourag, qui s’est exprimé avant-hier à Alger, à l’occasion d’une réunion ayant regroupé les responsables algériens et allemands en charge de la réalisation du projet.

« La réalisation de la tour solaire, dont l’agrément de mise en place a été signé depuis une année, débutera en 2011. La date d’achèvement des travaux de réalisation a été fixée, elle, à 2013 », a affirmé M. Aourag. Cette tour servira, en premier lieu, à la recherche scientifique en matière d’énergies renouvelables et, en second lieu, à la production de l’énergie électrique, selon le même responsable. Elle sera la deuxième dans son genre dans le monde après un prototype de taille moindre réalisé en Allemagne par des chercheurs de l’Université de Julich, partenaire dans ce projet, selon l’agence de presse officielle.

« Le centre de recherche (partie principale du projet) permettra le transfert de technologie et sa maîtrise par la coopération avec les partenaires allemands », a expliqué M. Aourag, avant de préciser que « ceci sera le premier pas avant l’investissement dans cette énergie encore nouvelle en Algérie ».

« La recherche scientifique et la maîtrise technologique et technique est une étape primordiale dans ce type d’investissements », a-t-il souligné, rappelant que « l’échec de la politique de l’importation clés en main a été prouvé dans plusieurs domaines ». Avec sa puissance installée de 7 mégawatts, cette tour sera « en mesure de couvrir les besoins énergétiques d’un village », a encore affirmé le même responsable. De son côté, M. Gerrit Knoll, représentant de l’entreprise allemande Kraftanlaagen München partenaire du projet, a déclaré que « ce partenariat permettra une expérimentation de cette technique hybride encore peu connue en Allemagne ».

Ce projet est cofinancé à hauteur de 80 % par l’Algérie, un financement assuré par le ministère de l’Enseignement supérieur, et à 20 % par l’Allemagne, selon M. Aourag. Toutefois, a-t-il relevé, le ministère de l’Enseignement supérieur souhaite associer à ce projet d’autres départements et institutions (ministère de l’Energie et des Mines, ministère de l’Environnement, Sonelgaz...) comme partenaires socio-économiques pour qu’ils se sentent concernés, a-t-il estimé.

T. G.

Tags: Algérie Energie solaire Allemagne

Source : Le Jeune Independant

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir