mardi 20 novembre 2018 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Ce pays devient la destination préférée des Algériens

Immigration Canada : Le nouvel eldorado

23 novembre 2010
Immigration Canada : Le nouvel eldorado

Canada - Depuis cinq ans, entre 3000 à 4000 émigrants algériens arrivent chaque année au Québec à la recherche d’une vie meilleure.

Le nombre d’Algériens installés aujourd’hui dans ce pays hôte dépasse, selon les dernières estimations, les 45 000. Le Québec est la destination favorite, vu que le français est la première langue d’usage dans cette province. Une grande partie de ces émigrants ont des diplômes universitaires. Les difficultés que rencontrent de plus en plus d’Algériens en Algérie, notamment le problème du chômage qui touche un grand nombre d’universitaires, la cherté de la vie, les lourdeurs administratives, le problème de logement, bref la dégradation des conditions de vie, poussent de nombreux Algériens au départ. Et le Canada semble être ces dernières années l’eldorado recherché par ces candidats à l’émigration pour diverses raisons.

Les facilités qu’accordent les autorités canadiennes aux immigrants, le niveau de vie élevé, le système scolaire performant, ainsi que les nombreux avantages sociaux que le Canada est l’un des rares pays à offrir, séduisent de plus en plus de candidats algériens à l’émigration. « Personne n’a envie de laisser derrière lui son pays, sa famille et ses amis et partir refaire sa vie ailleurs. Cependant, la situation en Algérie n’encourage pas à y rester », nous dit Hamid, ingénieur en mécanique. Cet avis semble faire l’unanimité parmi les quelques candidats à l’émigration interrogés. « J’ai obtenu un diplôme d’ingéniorat en électronique depuis trois ans. J’ai travaillé dans de nombreux domaines en Algérie, mais ma situation ne s’est pas améliorée. Je touche un salaire qui me permet tout juste de survivre. Je n’ai jamais pu mettre de l’argent de côté pour réaliser des projets », nous dit, pour sa part, Djamal, un jeune électronicien. « Un ami parti au Canada depuis quelques années m’a conseillé de tenter ma chance au Québec et m’a ainsi suggéré d’entamer les démarches et me voilà, c’est ce que je suis en train de faire depuis plus d’un an », nous a-t-il expliqué.

En effet, les salaires d’une grande partie des travailleurs algériens ne servent qu’à faire vivre leurs familles, rien de plus. « J’ai presque 40 ans, depuis l’obtention de mon diplôme de technicien supérieur, j’ai travaillé au moins dans 4 entreprises. Pour le moment je n’ai ni logement individuel, ni compte bancaire, ni voiture. Je travaille juste pour vivre », nous a indiqué Arezki, TS en informatique. Pour ces candidats à l’émigration, le Canada représente une bouée de sauvetage, un espoir. Cependant, ces dernières années les Algériens rencontrent de plus en plus de difficultés à avoir l’autorisation des autorités canadiennes pour s’installer dans ce pays hôte en tant que travailleurs qualifiés, au titre du regroupement familial ou encore en tant qu’étudiants. Outre les difficultés lors du traitement de leurs dossiers, de nombreux Algériens en éprouvent quand ils arrivent au Canada, notamment celles de trouver un travail. Ainsi le taux de chômage est relativement élevé parmi la communauté algérienne dans ce pays d’accueil. Pour cette raison et d’autres encore, de nombreux Algériens reviennent en Algérie ou émigrent vers d’autres pays, notamment européens.

Témoignages de candidats

Ali a entamé les démarches avec sa femme depuis plus de deux ans, mais ils ne sont toujours pas partis.

« On m’a dit que les candidatures de couples sont favorisées, alors nous avons décidé, ma fiancée et moi, de nous marier à la mairie afin d’obtenir un acte de mariage. Ainsi nous sommes actuellement mari et femme au vu de la loi, mais cela n’a pour le moment servi à rien. Nous attendons l’accord du service de l’immigration depuis plus de deux ans, mais rien de concret jusqu’à maintenant. » Si certains sont confrontés, dès le début, à de nombreuses difficultés qui les dissuadent, d’autres vont jusqu’au bout de leur dessein. Kaci, ex-cadre dans une entreprise nationale, est l’un d’eux. « Je me suis installé au Québec en 2003. J’ai trouvé un travail dans mon domaine (hydraulique) ma femme aussi travaille. Ma situation s’est nettement améliorée. Je suis arrivé là bas à l’âge de 42 ans, donc mes ambitions n’étaient pas grandes et les possibilités qui s’offraient à moi n’étaient pas aussi nombreuses que celles offertes aux jeunes ». « Je suis vieux, nous dit-il avec un sourire, mais mon souci, ajoute-t-il, c’est d’offrir à mes deux enfants le plus de réussite possibles. J’espère que ce que je n’ai pas pu réaliser, sera à leur portée. »

Ahmed, responsable après-vente dans une entreprise automobile, a entamé les démarches depuis un peu plus d’un an. La candidature de ce jeune ingénieur a été, selon ses propos, « favorisée ». « Mon dossier a été étudié en priorité, vu que le secteur automobile est favorisé », nous a-t-il expliqué. « J’étais très content car j’étais persuadé que j’obtiendrais le fameux sésame. Mais à ma grande surprise, j’ai reçu une lettre me disant que ma candidature était refusée. Le motif est que je n’ai pas pu obtenir le nombre de points nécessaires. Le service de l’immigration m’a précisé que je pouvais introduire un recours, c’est ce que j’ai fait ». Ahmed attend toujours la réponse du service mais sans grand espoir. « Avant d’entamer les démarches qui m’ont coûté une importante somme, j’ai fait le test d’évaluation. J’ai eu plus de points que le nombre exigé. Mais ça n’a pas marché. Ainsi je déduis que le test ne reflète pas vraiment la réalité sur le terrain. »

En effet, plusieurs sites internet, y compris des sites officiels offrent aux intéressés à l’immigration de faire leur auto-évaluation qui leur montre leurs chances d’être acceptés. 67, est le nombre minimum de points nécessaires aux candidats pour être admis par le service canadien d’immigration. Chaque critère a un nombre de points déterminé. Par exemple un candidat ayant à son actif un diplôme universitaire, soit 15 années d’études, a 22 points sur 25. Alors qu’un candidat qui a le niveau de terminal n’a que 15 points.

Le Dr Marion Camarasa-Bellaube à InfoSoir : « Tout le monde peut tenter sa chance »

Contribution n Camarasa-Bellaube, Docteur en histoire, diplômée de l’université de Toulouse le Mirail, est aujourd’hui membre du groupe de Recherches en études canadiennes. Séjournant fréquemment au Canada, elle tient une chronique sur le site Ksari.com. Elle a d’ailleurs un livre sur le sujet intitulé : La Méditerranée sur les rives du Saint Laurent.

InfoSoir : À quelle année remontent les premières vagues d’immigrants algériens au Canada ?
Le Dr Marion Camarasa-Bellaube : L’émigration algérienne au Canada remonte à plus d’un demi-siècle. Dans les mémoires on retrouve la présence d’Algériens durant la Seconde Guerre mondiale. Mais la première vague, bien que très modeste, peut se dater du milieu des années 1960. La première vague migratoire était surtout composée d’hommes célibataires, la deuxième vague qui débute après les événements d’Octobre 1988, est marquée par le départ coûte que coûte. On parlera alors davantage d’exilés et de réfugiés. Il existe peut être depuis la fin des années 2000 une troisième vague qui s’inscrit dans un climat plus apaisé concernant les violences mais dans une détérioration des conditions de vies importantes qui poussent à partir pour une vie meilleure.

I.f : Quelles sont les principales raisons qui ont poussé les Algériens et qui les poussent toujours à émigrer au Canada, particulièrement au Québec, et non pas dans d’autres pays du monde ?
Dr. M.CB : La raison majeure est que le Canada ouvre relativement bien ses portes...et tout le monde peut tenter sa chance. La deuxième raison s’inscrit dans le fait que les traditionnels pays d’accueil notamment en Europe ont presque fermé leur porte. Et durant les années 1990, partir à tout prix d’Algérie était aussi le mot d’ordre de cette émigration. Il y a également une autre raison plus politique peut-être, le Canada, pour les Algériens n’a pas l’image d’un pays colonisateur tel que peut l’avoir la France. Les préjugés, le poids de l’histoire ne sont pas à l’ordre du jour, bien qu’il y ait d’autres difficultés et barrières sociétales propre au Québec.

I.f :Les Algériens établis au Canada s’adaptent-ils facilement au mode de vie socio -culturel et au climat canadiens ?
Dr. M.CB : Le climat canadien est un changement important. Le premier hiver paraît parfois exotique... mais il paraît que la luminosité éclatante est ce qui manque le plus. Mais on s’adapte au climat québécois et cela alimente aussi les conversations. Le mode de vie socio-culturel est un mode de vie nord-américain. Certainement que les jeunes s’adaptent beaucoup mieux que les personnes plus âgées. C’est un vaste sujet qu’il serait difficile d’éclairer en quelques phrases et pour les plus curieux, je vous renvoie au livre que j’ai écrit La Méditerranée sur les rives du Saint Laurent.

I.f : Quelles sont les principales difficultés que rencontrent les Algériens au Canada ?
Dr. M.CB : La principale difficulté, depuis les années 1990-2000 est, sans aucun doute, l’insertion professionnelle. Avec plus de 20% de chômage, la communauté algérienne est l’une des plus touchées au Québec. C’est notamment pour cela que certains tentent leur chance au Canada anglophone.

I.f : Les diplômés algériens installés au Canada travaillent-ils dans leur branche ou sont -ils contraints d’exercer dans des domaines étrangers à leur formation ?
Dr. M.CB : Les diplômés algériens travaillent parfois avec leurs diplômes qui doivent être reconnus. Certains ont repris leurs études, d’autres ont approfondi le domaine dans lequel ils étaient pour obtenir des diplômes canadiens. Ce qui facilite l’intégration. Il y a ensuite les difficultés de la vie qui obligent les gens à travailler dans n’importe quel domaine pour pouvoir vivre et faire vivre leur famille. On dit que Montréal est la ville au monde où les chauffeurs de taxi sont les plus diplômés !!! C’est un « joke » comme on dit au Québec... mais cela reflète le sentiment de certains immigrants

I.f : A votre avis les autorités canadiennes traitent-elles sur un pied d’égalité les immigrants qui viennent de divers pays ?
Dr. M.CB : Le système canadien d’immigration est établi selon un système de points, si l’on a assez de points on a une chance d’être pris. Au Québec, on attache davantage de prix au candidat francophone. Des objectifs chiffrés sont mis en place afin de réguler l’apport global chaque année selon les besoins du pays. Dans le temps (avant la Seconde Guerre mondiale), le Canada avait une politique discriminatoire envers certains pays dont les habitants ne rentraient pas dans le moule WASP. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui. Chaque immigrant arrivé sur le sol canadien aujourd’hui à les mêmes droits et les mêmes devoirs quel que soit son pays d’origine.

I.f : Les enfants de ces immigrants nés au Canada ont-ils plus de chance de réussite que leurs parents ? Et ont-ils les mêmes chances que les enfants d’immigrants venus d’autres pays du monde ?
Dr. M.CB : Les enfants nés au Québec ont réellement une chance de réussite dans leur nouveau pays. En témoignent les nombreux succès tant sur le plan sportif que culturel de cette jeunesse. Ils deviennent des Algéro-Québécois ou Algéro-Canadiens. Ils ont les mêmes chances dans le sens où ils ont accès comme tous les enfants du Canada au système éducatif du pays.

I.f : La question du terrorisme et la pression qu’exercent les Etats-Unis d’Amérique sur le Canada n’ont-t-elles pas poussé les autorités canadiennes à réduire ces dernières années le nombre d’immigrants algériens qui arrivent au Canada ?
Dr. M.CB : Les relations entre le grand voisin du Sud et le Canada sont très importantes, mais le Canada ces dernières années n’a pas toujours suivi les positions états-uniennes. Si on regarde les chiffres bruts le nombre d’immigrants algériens n’a pas chuté brutalement et a un peu progressé et se situe désormais autour de 3 000 à 4 000 personnes recrutées par an pour le Québec. L’Algérie est l’un des dix premiers pays pourvoyeurs.

Frais de l’étude du dossier : Le paiement, un casse-tête

Les candidats à l’émigration au Canada rencontrent beaucoup de difficultés dans leur parcours. Parmi ces difficultés, figure le paiement des frais de l’étude du dossier. En effet, chaque candidat doit débourser 300 dollars canadiens pour que son dossier soit étudié. Une somme importante notamment pour les chômeurs et les nouveaux diplômés qui n’ont pas encore trouvé un emploi. Mais en plus les candidats sont confrontés au problème de paiement de cette somme. En effet, en l’absence d’un moyen de transfert d’argent vers le Canada, ils ne trouvent pas toujours le moyen de payer. Si certains peuvent compter sur leurs proches, amis ou autres connaissances établis au Canada pour payer les 300 dollars, d’autres en revanche enregistrent un grand retard à cause de l’absence d’alternative. « Moi je n’ai pas eu de problèmes pour payer cette somme, car mon frère établi au Canada depuis 3 trois ans s’en est occupé », nous a dit un candidat.

M. D

Tags: Algérie Dossier Visa Immigration Inscriptions universitaires Travail Canada

Source : InfoSoir

21 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

27 commentaires

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par azza 2 décembre 2010 12:15

    comment faire pour l’Immigration Canada

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par cho 10 décembre 2010 14:48

    bonjour
    a partir de quel salaire mensuel au quebec peut on vivre de maniere "normal"sans faire des abus un couple marier et deux enfant de 4 ans.
    precisez moi s’il vous plait quel et le salaire mensuel au quebec pour une famille comme moi de bien vivre au quebec.

    Répondre à ce message

    • Immigration Canada : Le nouvel eldorado 7 mars 2011 08:02, par arthur

      Bonjour,

      je dirais pour une famille de 4 et vivre de façons modeste mais correcte ça prend minimum 3500$ par mois avant impôt. Ce qui est environs un salaire de 20$ de l’heure. Par contre les emploies a ce salaire sont plutôt rare. Le salaire minimum au Québec est 9,65$, ce qui est nettement insufisant pour une famille de 4 personnes.

      Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par ziadd 15 décembre 2010 19:29

    parler aussi du racisme anti arabe et spécialement anti magrebins. celui qui a une bonne situatioon stable en algerie, qu’il y reste.

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par rosa 7 janvier 2011 16:39

    et celui qui n’a rien ici, qu’il part !!

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par mabqatch ! 8 janvier 2011 01:33

    Partons donc tous, c’est tout le monde qui n’a rien de toutes manières !

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par 1 8 janvier 2011 21:23

    J’ai lu l’article et je l’ai trouve interessant. aussi j’ai lu les commentaires...Oui c’est vrai que ce n’est pas facile d’arriver au Canada : les procedures sont longues, les frais sont enormes, mais une fois sur place tout est possible, c’est le pays des chances egales(sous-reserve)et de reussite pour ceux qui le veulent. reussite reime avec sacrifices... Bon pour ne pas perdre le bout du fil, immigrer au canda c’est un peu comme l’a dit le sage Socrat :<...c’est comme une fortersse, ceux qui sont dedans veulent sortir et ceux qui sont dehsors veulent y entrer !>. le Quebec est un bon pays pour y vivre et elever ses enfants mais si c’est pour faire fortune, vous allez etre decu et pas a peu pres.Quant on est arabe et musulman, on est le mouton noir. Je sais qu’en algerie ce n’est pas le paradis mais le canada (l’exil, le froid, la course contre la montre, le chomage, le racisme multiethnique et j’en passe)est l’enfer. Pour moi qui est ici depuis deja 10 ans et pour vous qui etes en algerie je vous dirais deux choses et analysez tout ce que j’ai ecris comme vous le voulez :
    1-Tarek benziad a dit ;< la mer est deriere vous et l’enemi est devant vous, ou est la fuite ?
    2-Lisez L’Alchimiste et vous comprendrez tout, tout et vraiment tout.

    Répondre à ce message

    • Immigration Canada : Le nouvel eldorado 14 mars 2011 06:57, par maman

      je suis restée à montréal avec ma famille pendant 7 ans.Pour mon mari a fait tous les boulots.moi de mon côté cours de patisserie(payer 1OOO$)et quelques boulots.
      Ensuite on a acheté une franchise(l’argent nous a été prété par un parent à Alger)on a bien travaillé pendant 4 ans,fait des sous de côté et rentré en Algeie en 2009.
      Le bonheur ,on le fait et on le trouve nulle part.
      C’est trés difficile le canada.

      Répondre à ce message

    • Immigration Canada : Le nouvel eldorado 3 avril 2011 01:43, par djoe

      pourquoi tu reste alors ?l’alchimiste t’a pas convaincu ?

      Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par El Mili 22 janvier 2011 11:46

    Je suis étonné de voir que mon message ,celui d’El Mili n’a pas été retenu .j’ai dit seulement :Bon Vent ,Jeunes gens et jeunes filles algériennes :Partez loin .Comprenez enfin que l’Algérie ne s’intéresse pas à vous .Aquoi bon esperer quelque chose d’une maratre .Assurez votre salut ,ou tout au moins tentez votre chance :Ibi bene ,ibi patria ! Là ou l’on se trouve bien ,là est la patrie .Votre devise :point de nostalgie !
    Allez ,bon vent !

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par pouspous 20 mars 2011 15:47

    je prépare mon dossier pour partir avec mon mari, il parait que la durée du traitement des dossiers à beaucoup moins longue est ce vrai ?

    Répondre à ce message

    • Immigration Canada : Le nouvel eldorado 13 avril 2012 13:07, par fat

      Le canada c’est très difficile
      J en connais qui ont tout vendu en Algérie pour y aller et il se retrouvent dans un minable 2/3 pièces, sans aucun moyen de pouvoir revenir au pays.Les gens sont contraints à un systeme duquel il ne peuvent plus échapper (dettes etc...)
      Reflechissez bien avant d y aller. Vous pourriez pleurer de regrets

      Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par Benammar Christian 8 mai 2011 20:56

    Le rêve d’émigration des Algériens est une honte pour le pays et ceux qui se sont battus pour obtenir l’indépendance du pays.
    La réponse aux préoccupations des jeunes n’est pas de les plonger dans une quête de solution à l’extérieur du pays (Boumediene disait en 69 que le retour général des émigrés,c’était une dette d’honneur de l’Algérie indépendante à leur égard).
    C’est justement ce que certains dirigeants dénoncent dans la colonisation : elle était belle pour une petite minorité pendant que le peuple courbait l’échine.

    Va t-on recommencer l’histoire en boucle alors qu’il faudrait , en urgence, crééer un vaste Traité de coopération-développement permettant de transformer le Sahara en région agricole prospère et de stopper net l’immigration "sauvage" ?
    Honte ou soupape de sécurité, l’émigration doit revendiquer sa place dans le pays et ne plus se réfugier à l’étranger !

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par adam 7 juillet 2011 08:49

    Le Canadien plante le drapeau de son pays dans son jardin, sur le toit de sa maison, l’américain arbore fièrement son drapeau étoilé partout ; sur sa voiture, son camping-car son magasin..., sa demeure. Leur presse ne fait pas l’éloge à leurs millions de chômeurs (USA 9.6%-Canada 8%) d’une immigration en Algérie ou ailleurs. leurs gouvernants leur cherchent des solutions d’avenir chez eux ! Et eux ne viennent pas en Algérie pour faire la plonge dans les restos d’Alger parce qu’ils n’ont pas de travail chez eux...
    Et en tant que journaliste ou reporter, j’aurais souhaité vous voir aussi planter et encourager à planter notre drapeau sur nos demeures au lieu de faire de la pub gratuite et de surcroit très loin de la réalité. Ni le Canada, ni les autres pays ne sont un eldorado comme vous dites et je me demande étonnement d’où vous tenez vos sources. De plus et surtout, le Canadien ou l’américain lambda ne sont pas là à vous attendre les bras ouverts...

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par Rick 25 août 2011 19:19

    En fait, le Québec préfèrerait recevoir des immigrants si possible francophones (ou hispaniques ou anglophones) de tradition chrétienne.

    Et de plus, les canadiens (et les américains en général) adorent les français, qui sont l’un des deux peuple fondateur du pays ; n’appelle-t-on pas également le Québec "le Canada français ?".

    Les algériens sont issus d’un pays officiellement non-francophone, de tradition musulmane et arabe, qui passe son temps à "débiner" l’un des deux peuples fondateur du Canada (et des Etats-Unis) ?

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par momoran 31 août 2011 02:56

    il est 1h 4à du matin je tien a témoigné moi aussi j’ai déposé une demande immigration il y’a 4ans après une longue attente j’ai eu un repose négatif et tous ce qui a était dit en haut ma vraiment touche car moi aussi je croie que le canada et un eldorado mais j’ai des amis qui sont la bas depuis plus de dix il sont reste presque au même point et je crois que c’est cher paye c’est vrais que notre pays ne ressemble pas au canada mais c’est un très beau pays qui faut aime, j’ai eu la chance de parcourir le pays et pendant ce voyage j’ai découvert immensité de l’Algérie, et il faut encourager les gens de bonne fois qui qui dirige notre pays car il ne sont pas tous mauvais,
    je me dit el hamdou lilah que je suis pas parti au canada au moins je peu mangeais des legume de saison et bio en plus un air pure et pas pollue et hamdouliulah

    Répondre à ce message

    • Immigration Canada : Le nouvel eldorado 22 septembre 2012 21:47

      Ils nous sélectionne comme des poussin qui sortent de l eclosoire. c est une honte pour l Algerie qui na pas su garder ses enfants et pour le fameux Quebec qui se vente en brandissant sa fameuse " Valeurs du Quebec " . Avec un niveau de doctorat Bac+ 13 svp tu va faire vendeur ou chauffeur de taxi .
      Un peu de dignité chers compatriotes .

      Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par Rick 31 août 2011 19:13

    Beaucoup de québécois souhaitent maintenir le caractère francophone du Québec… essentiellement pour des raisons sentimentales, mais pas seulement. Des milliers de places de travail dépendent de ce caractère francophone, tel par exemple : traducteurs ; agents de centre d’appel ; doubleurs TV ; rédacteurs de manuels ; etc.

    Mais ce caractère francophone (… et les places de travail associées) est menacé dans notre province, par exemple la ville de Montréal est maintenant à moitié anglophone.

    Or, certains algériens ont (semble-t-il) des problèmes avec la francophonie qu’ils n’aiment pas ; ils considèrent notre langue comme un boulet.

    Vu du Canada, beaucoup de gens imaginent qu’en cas de nouvelle avancée de l’anglais, les immigrés algériens passeraient massivement à cette langue, faisant ainsi perdre des places de travail pour des raisons anti-francophones.

    Quel est alors le sentiment des algériens de base vis-à-vis de la francophonie ?

    Répondre à ce message

    • Les Algériens "de base" comme vous dites mon ami, n’ont aucun problème avec la francophonie parce qu’aujourd’hui, ces Algériens ignorent tout de la langue française (je n’ose parler de sa dimension culturelle ou civilisationnelle) ou autre langue ,je dirais même l’arabe car ils sont maintenus dans une ignorance et une inculture honteuses par la faute d’une politique scolaire réfléchie et voulue par des gouvernants tout aussi incultes et ignorants que leurs gouvernés. Et dire que l’école de ce cher pays avait produit des cadres de très haut niveau, il fut un temps hélas !!

      Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par Farid des Issers 12 septembre 2011 05:45

    Le CANADA n’est pas l’Eldorado , mieux vaut etre un chien en Algérie que d’etre un roi au CANADA .
    VIVA l’Algérie

    Répondre à ce message

  • si vous emigrer au canada eviter le quebec
    la meuilleure province et l alberta anglophone
    mais nous vous attender pas a devenir riche aux canada la vie est chere et le logement nes pas facile a trouver et la deuxieme etape est dapprendre langlais et faire une formation courte au canada
    les diplome algerien ne vale rien laba

    la meilleure facon de trouver un travail rapidement
    dans une semaine est les agence temporaire de placement il ya 50 juste a calgary il vous embauche le meme jour vous travailler demain
    ramener un permis international dalgerie vous aver besoin d une voiture ces froid
    moi jai quitter le canada pour les etat uni
    mais si il ya une ville ou canada ou aver une bonne chance ces calgary
    allah ykon maakoum

    Répondre à ce message

  • nouvel eldorado vous dites ? par killy 19 janvier 2012 23:05

    attention la vie au canada n a jamais été l’eldorado si non prq les algériens retournent chez eux

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par oranais 10 mars 2012 21:43

    au lieu de faire l’impossible pour immigrer au canada, jeunes diplomés faites votre, votre ego, et develloper notre grand pays avec des solutions adéquates, le sud du pays a besoin de développement ,au gouvernement de proposer des investissements , et aux jeunes a se débarrasser du carcan du départ vers nulle part, et exiger des autorités de les aider a se mettre en valeur, c’est tout, nos aïeux ont réussi là, ou tout était impossible,le canada est un désert de froid et de rigueur , il faut se lever au aurore et dormir tard la nuit pour réussir a glaner un croûton, alors que chez nous tous et très facile il suffit d’être entreprenant.

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par diplome 13 mai 2012 02:36

    he oui vive l’algerie ou le diplome du piston c le plus haut grade

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par chakib 20 mai 2012 19:22

    je suis ni pour ni contre
    On a tous une destiné, a quoi bon, qui veux partir que dieu lui ouvre ces portes et qui reste aussi,
    Qui ne tente rien n’a rien.

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par AlgCan 17 juillet 2012 19:15

    Que du pessimisme ... laisser chacun faire son choix ... chacun a son experience a’ lui .. j’en ai vu des gens content d’etre ici au canada et d’autres moins content..comme partout dans le monde. c’est pas l’eldorado c’est pas la misére. Il faut savoir ce qu’on veut qu’on choisi d’immigrer si vous cherchez beaucoup d’argent rester en Algérie mais si vous cherchez la paix, la securité , la vie sans faux problemes vous aller aimer la canada ..

    Répondre à ce message

  • Immigration Canada : Le nouvel eldorado par lgeriens 24 août 2012 21:30

    je me nomme Bachir NEMER né le 10/07/1961 de Nationalite algerienne je suis titulaire du diplome de technicien superieur en Hydrogelogie et forage mais j’ai aquis une experience de 22 ans dans les chemins de fer algeriens comme responsable des agents conduisant les trains

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir