jeudi 14 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Inscription au bac en Algérie : Le calvaire continue

24 octobre 2010
Inscription au bac en Algérie : Le calvaire continue

Une nouvelle procédure d’inscription devenue un calvaire pour les parents d’élèves et les candidats au baccalauréat.

Les cybercafés et les bureaux de poste vivent ces jours-ci une ambiance particulière avec l’afflux des clients qui viennent pour s’inscrire via Internet ou payer les frais d’examen. La colère est à son summum chez les candidats au bac qui ont eu la grande surprise de constater la saturation du site Internet de l’Office national des examens et concours (ONEC) insbac.onec.dz ainsi que chez les parents d’élèves des classes d’examen contraints de faire la chasse au trésor cherchant le bon bureau de poste qui soit habilité à recevoir les mandats relatifs aux frais d’examen. Un casse-tête chinois devenu national et sujet à polémique dans toutes les wilayas du pays.

Inquiétude et panique sont affichées sur les visages des concernés se sentant perdus dans cette nouvelle procédure censée apporter un nouveau mode de fonctionnement facile et rapide. Mais le mécontentement est général du fait que les moyens matériels et humains n’ont pas suivi cette nouvelle politique mise en place. Conséquence, ce nouveau système a vite montré ses limites. Une virée au niveau des postes et cybercafés confirme ce constat. Ce calvaire est vécu par les candidats au bac, scolarisés ou libres qui n’ont pu s’inscrire en raison de la saturation du site. Pour les plus chanceux, il fallait attendre jusqu’à minuit au cybercafé pour pouvoir accomplir cette procédure. Une saturation qui dure voilà plus d’une semaine et qui commence à semer le doute sur la crédibilité de l’office. Le candidat doit remplir une fiche de renseignement électronique et fournir un extrait de naissance N°12 ou 13. Il doit également payer des droits d’examen qui varient entre 1.500 et 5.000 DA en tenant en compte la situation du candidat, libre, scolarisé ou ayant déjà obtenu son bac. Le payement des frais d’inscription doit se faire au niveau des agences de la poste et à ce niveau aussi la situation est bloquée pour les futurs bacheliers.

En effet, c’est un véritable parcours du combattant que doivent parcourir les parents d’élèves des classes d’examen pour verser les mandats relatifs aux frais des examens. Très mal informés, les parents sont contraints de passer des heures à chercher la « bonne » poste et, une fois sur place, à prendre leur mal en patience face aux interminables chaînes humaines. Ainsi, les trois ou quatre postes à Oran retenues pour l’opération de versement étaient hier débordées, et malgré toute la bonne volonté des préposés aux guichet, de nombreux parents d’élèves rencontrés sur les lieux ont tenu à dénoncer une telle démarche. « J’ai été d’abord à la poste d’Es-Sénia, puis je me suis déplacé vers la grande poste, et après presque une demi-heure à faire la chaîne on m’a dirigé vers la poste de Miramar et là j’attends depuis presque une heure », assure un habitant d’Es- Sénia. D’autres parents affirment qu’ils ont enduré le même calvaire. « La situation ne diffère guère dans les autres bureaux de poste », indique une dame.

Cette dernière signale que l’on pouvait aisément éviter ce calvaire aux parents d’élèves, en leur permettant de payer ces frais au niveau des établissements scolaires. « Normalement, le paiement doit se faire au niveau des intendances et c’est aux intendants de prendre attache avec les bureaux de poste pour le versement des mandats », souligne une enseignante. Cette dernière a tenu, d’autre part, à signaler que les parents doivent payer une taxe supplémentaire au montant fixé sur le mandat. « Pour mon enfant en classe d’examen de 6ème année, j’ai dû verser les 100 dinars exigés en plus de 20 DA de taxe », affirme notre interlocutrice, qui précise que les parents d’élèves en classe de terminale ou de 9ème année sont aussi contraints de payer ce « supplément ».

Durant les discussions interminables pour tuer le temps, au milieu des longues chaînes, plusieurs parents ont soulevé le problème des inscriptions par Internet et les problèmes rencontrés par certains parents notamment au niveau des petites localités. « Comment inscrire ma fille sur Internet, alors que le réseau est saturé et qu’on est contraint d’attendre jusqu’à minuit pour accéder au site. Pour une fille, c’est un véritable problème », indique une parente d’élève.

Mokhtaria Bensaâd et Djamel B.

Tags: Algérie Education Baccalauréat

Source : Le Quotidien d'Oran

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • Inscription au bac en Algérie : Le calvaire continue par bouhiou 13 juillet 2011 13:00

    dans les autres pays ou la loi existe et la volonté ne manque pas , les responsables du gouvernement motivent et encouragent les bacheliers mais en Algerie on demotive et en decourage les bacheliers juste aprés leurs réussite on les casse d´avance et on leur donne vraiment une volonté de fuire ce pauvre pays . et ce qui me tue lorsque nos responsables parle ZAAMA du nationalisme , dites leur svp qu´ils se regardent droit dans les yeux en face d un vrai miroire s´ils n ont pas peur .
    un vrai kabyle algerien de michlet .

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir