mardi 17 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Médicaments :Les importateurs ont deux ans pour investir

24 octobre 2010
Médicaments :Les importateurs ont deux ans pour (...)

Le projet portant création de l’Agence nationale du médicament est au niveau du gouvernement, a déclaré hier le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière, Djamel Ould Abbès, devant les différents acteurs du secteur du médicament (syndicats, importateurs, conditionneurs et transformateurs), à l’occasion de la tenue d’une réunion de dialogue et de concertation, à l’Institut Pasteur de Dély Ibrahim, à Alger.

Plusieurs articles du projet de loi initial ont été modifiés. Le ministre a souligné que les modifications apportées sont plus répressives et plus précises. Il a affirmé que l’installation de l’agence sera effective certainement vers la fin de l’année. Pour rappel, les principales missions de cette agence consistent en le contrôle, l’octroi de l’agrément et des autorisations de mise sur le marché ainsi que la lutte contre la contrefaçon. Le ministre n’a pas voulu précéder les événements pour parler « des articles modifiés », en attendant l’accord du gouvernement sur le projet.

Le ministre a rappelé aux importateurs de médicaments nationaux et étrangers (qui sont au nombre de 139), présents à la réunion, les dispositions qui obligent ces importateurs à se mettre à la production. Il précise que ces derniers ont, à compter de janvier prochain, un délai de deux ans pour investir. Dans le cas contraire, ils disparaîtront. Ould Abbès a souligné qu’il avait rencontré les représentants de 13 laboratoires étrangers activant en Algérie, indiquant que des informations claires et précises sur les conditions d’investissement ont été présentées à ces derniers. Le représentant du gouvernement a affirmé avoir exigé des multinationales d’investir en Algérie soit dans le conditionnement, soit dans la transformation, soit dans le montage des appareils médicaux, s’ils veulent garder leur part de marché dans notre pays. Il dira que le soutien de l’Etat, les facilités bancaires et tout autre aide iront à ceux qui s’impliquent dans le développement de la production nationale.

Enfin, le ministre s’est dit persuadé du renforcement de la production locale des médicaments. « Nous atteindrons nos objectifs d’ici 2014- 2015 : 70% de couverture des besoins nationaux en matière de médicaments n’est pas une utopie », at- il affirmé, confiant devant les opérateurs du secteur, plutôt sceptiques. Pour les syndicats, les importateurs, conditionneurs et transformateurs, les choses ne sont pas si faciles, en raison notamment de l’absence d’une politique nationale du médicament et face à de graves dérives constatées sur le marché du médicament.

Le ministre persiste pour dire que la volonté politique est là, l’argent existe : il suffit de jumeler les efforts, d’élaborer une politique nationale du médicament en concertation avec les acteurs et opérateurs du secteur sans exception. « On va commencer à travailler dès aujourd’hui ensemble pour développer la production locale », a-til indiqué. Le ministre rappelle que la facture des importations en 2009 a été très coûteuse, 2,5 milliards de dollars, face à une couverture nationale en matière de production qui ne dépasse pas les 38%. Pour Ould Abbès, il faut impérativement réduire notre dépendance en matière de médicament vis-à-vis de l’étranger pour garantir la souveraineté nationale pour ce qui concerne la santé. Pour le président de l’UNOP, Aït Saadi, l’importateur doit être essentiellement un fabricant, basé en Algérie, dont le fournisseur doit être identifié et visité. Il a réclamé au nom des opérateurs du secteur un audit des sites fabriquant des produits importés, préalable à l’enregistrement. Et d’exiger de l’importateur qu’il soit titulaire d’une décision d’enregistrement en Algérie, tout en le responsabilisant sur la qualité des produits. Le ministre de la Santé a, par ailleurs, répondu favorablement pour résoudre quelques problèmes posés par les opérateurs, distributeurs, conditionneurs et syndicats du secteur. Mais, a-t-il lancé, à condition qu’ils respectent le cahier des charges et les lois régissant le secteur. Il a rassuré les fabricants que la matière première bloquée au port, et qui demande 3 signatures pour sa libération, sera débloquée dès aujourd’hui. « J’interviendrai personnellement pour résoudre cette question afin de vous permettre de travailler en toute quiétude », dira Ould Abbès.

Le ministre a également rassuré les opérateurs que le délai d’enregistrement des produits, qui était de 14 à 24 mois, sera réduit d’une façon qui garantira la fluidité, tout en s’assurant bien évidemment de la qualité des produits. Il leur a promis également des facilités bancaires. Le ministre s’est dit prêt à écouter, dialoguer, négocier avec les opérateurs du secteur, mais à la condition que ces derniers veillent pour qu’il n y ait pas de rupture de stocks de médicaments dès 2011. Il conclut : « Je déclare la guerre à la pénurie des médicaments ».

M. Aziza

Tags: Algérie Médicament Importation

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir