samedi 21 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Un homme de conviction au service de l’Etat

Algérie : Décès de Mohamed Salah Mentouri

5 septembre 2010
Algérie : Décès de Mohamed Salah Mentouri

Mohamed Salah Mentouri est décédé hier matin des suites d’une crise cardiaque à l’âge de 70 ans, at- on appris auprès de son entourage familial. Il n’exerçait plus de fonction officielle depuis le printemps 2005, après sa démission de la présidence du Conseil économique et social (CNES).

Ce grand commis de l’Etat avait la réputation d’un homme droit et intègre. Il avait été sollicité, à plusieurs reprises, pour de hautes responsabilités et avait failli être candidat à l’élection présidentielle.

Ce Constantinois est issu d’une famille nationaliste. Son frère Mahmoud est un chahid. L’aîné, Bachir Mentouri, était membre de l’ALN en tant que médecin et il fut, entre autres, recteur de l’université d’Alger après l’indépendance. Né en 1940 à Hamma (Constantine), le défunt a été durant la guerre de Libération nationale membre de l’OC FLN à Constantine puis en Tunisie et membre de l’Union générale des étudiants musulmans d’Algérie (UGEMA) de 1960 à 1962. Mohamed Salah Mentouri a été élève du lycée d’Aumale de Constantine. Comme quelques centaines de jeunes lycéens à l’époque, le Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA) l’enverra, avec une bourse, étudier à l’étranger. Il était diplômé de l’Ecole des hautes études commerciales (HEC), licencié en droit et titulaire d’un DES de sciences économiques.

Après l’indépendance, il aborde sa vie active par un emploi à la Banque d’Algérie avant de rejoindre la SN Repal, une société pétrolière algéro-française. Tout en y travaillant, il y active au syndicat UGTA. Il participe à une grève, ce qui lui vaudra d’être licencié sur ordre du ministre de l’Energie, indique d’anciens syndicalistes. En 1969, il rejoint le ministère du Travail avant d’être désigné directeur général de la Sécurité sociale (CASORAL - 1970- 1980) et participe à l’élaboration des projets de textes ayant abouti aux lois sociales de 1983. Durant son long mandat à la tête de la CASORAL, le système de la médecine gratuite et les investissements y afférents sont déployés.

MONDIALISTE EN 1986

Il est par la suite nommé secrétaire général du ministère de la Formation professionnelle (mars 1982-janvier 1984) pour devenir ensuite vice-ministre chargé des Sports puis vice-ministre chargé du Tourisme. Son passage au vice-ministère chargé des Sports sera marqué par la deuxième qualification de l’équipe nationale de football au Mondial de Mexico en 1986. En 1989, il est le premier président élu du Comité olympique. Le défunt est nommé, en 1991, ministre du Travail et des Affaires sociales puis ministre de la Santé et des Affaires sociales. Admirateur de « Si Tayeb El Watani », Mohamed Boudiaf, à son arrivée, il démissionne de ses fonctions gouvernementales. Il s’ensuit une « traversée du désert » alors que des cercles le donnaient comme chef du premier gouvernement de Mohamed Boudiaf. Il n’en fut rien. Mohamed Salah Mentouri réapparaît en 1996, sur sollicitation de ses proches dont Abdelhak Benhamouda, alors patron de l’UGTA. Il est alors élu en décembre 1996 président du Conseil national économique et social (CNES). En 1999, des membres du mouvement « CCDR » animé par Abdelhak Brerhi l’approchent pour lui proposer d’être candidat à l’élection présidentielle après la démission surprise de Liamine Zeroual. Il décline la proposition.
En 2001, il est élu président de l’Association internationale des conseils économiques et sociaux (AICESIS).

LE CNES ET LUI

C’est à la tête du CNES, avec conviction et un sens élevé de l’Etat, qu’il s’était énormément investi. Le CNES devient une référence sérieuse caractérisée par des travaux d’analyse élaborés et une remarquable autonomie de réflexion. Les rapports de conjoncture de cette institution étaient attendus avec impatience et intérêt.

En décembre 2004, à l’ouverture de la 25ème session du CNES, Mohamed Salah Mentouri soulignait : « Aujourd’hui, comme en panne de solutions, le pays peine à former un projet économique et social consensuel et mobilisateur. Il encourt ainsi le risque de renouer avec l’indécision et la prédominance du court terme dans lesquelles il s’est longtemps complu ». Quelques mois après, au printemps 2005, il démissionnait du CNES, surprenant tout le monde. On dit aujourd’hui que la tonalité et le fond des travaux de l’institution qu’il présidait « déplaisaient en haut lieu » et « gênaient  ». Il a préféré partir la tête haute.

Tags: Algérie Mohamed Salah Mentouri Décès

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir