mercredi 23 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Féroce attaque contre la destination Algérie par le Petit futé

25 août 2010

Un pays terreau de la frustration et de la jalousie, un peuple sensible uniquement aux ingérences étrangères, des hommes machos plus qu’ailleurs dans le monde, une jeunesse formée de crétins-frustrés, de pervers et de psychopathes, un quotidien sale, une hôtellerie archaïque et une milice à la solde de forces spéciales.

C’est avec ces termes que la destination Algérie est présentée aux lecteurs du Petit futé, le plus réputé des guides touristiques dans le monde sans que les officiels algériens réagissent à ce jour.
L’année passée, en septembre, le ministère du Tourisme a rendu un hommage aux efforts déployés par le Petit futé et autres guides avec l’intention d’acheter des centaines d’exemplaires sur fonds publics. Il y a quelques jours, un exemplaire de l’édition 2009-2010 du Petit futé Algérie, la quatrième, est tombé entre mes mains, et je me demande si les proches du ministre de l’époque ont pris la précaution de feuilleter ce guide avant d’initier la démarche. La même question se pose à propos des grands annonceurs publics que sont Air Algérie, l’ONAT, Moblis et l’hôtel Aurassi, pour ne citer que ces derniers, et qui ont, sans le savoir, subventionné une grave atteinte à l’image de la destination Algérie et à celle de tout le pays. Le drame est important, car le Petit futé est le guide qui reste le plus vendu dans le monde francophone.

Si l’ouvrage était un livre de politique ou d’économie touristique, on comprendra le recours aux termes et au style adoptés par les rédacteurs du Petit futé Algérie, mais il s’agit d’un guide touristique appelé à fournir une forme de conseils aux voyageurs potentiels sans parti pris politique. A travers cette contribution, je présente à l’opinion publique nationale et aux responsables en charge de la préservation de l’image de notre pays une lecture d’un des plus néfastes traités commis contre l’Algérie ces 10 dernières années.
Casbah délabrée, femmes légères et démocratie d’homosexuels.

Les attaques contre l’Algérie commencent dès la page 25 où est présentée la symbolique Casbah si chère à la mémoire collective algérienne. On ne peut parler d’Alger sans évoquer sa Casbah. Elle est la première destination de tout touriste qui passe par Alger. Reste que si les rédacteurs du Petit futé font un constat sans ménagement de l’état des lieux, ce qui est vrai, le reste des commentaires n’est pas innocent. Ainsi, on apprend que les Algériens seraient insensibles à l’état dans lequel se trouve leur Casbah, le cœur d’El Djazaïr. Les efforts de restauration sont imputés à une ingérence internationale plus qu’à une quelconque prise de conscience nationale.

Ainsi, à la page 25, on peut lire : « Au retour même timide des touristes, ou peut-être grâce à l’organisation de réunions internationales qui demandaient qu’Alger montre meilleure figure, des travaux ont enfin commencé début 2005 ». Comme tout patrimoine culturel, La Casbah intéresse et sensibilise les différents acteurs, algériens ou non, versés dans la préservation et la promotion de ce genre de patrimoine à travers des actions menées en concert avec les pouvoirs publics. Cela se fait partout dans le monde et non pas uniquement en Algérie.

Selon le Petit futé, ce peuple qui assassine son patrimoine culturel est plus cruel envers la femme. La sentence est écrite avec dérision. « Si les hommes algériens peuvent reconnaître haut et fort que les femmes sont leurs égales, sinon supérieures, reprenant le mythe de la bonne mère, dévouée et courageuse sans qui le pays n’existerait plus, bla, bla, bla, dans la réalité, il ne reste pas grand-chose de ce beau discours qui nous surprendrait presque… ». J’avoue que dans ma carrière de journaliste spécialiste dans le tourisme, c’est la première fois que je lis un guide qui use de la formule « bla, bla, bla » pour mépriser une destination qu’il est censé présenter et conseiller à ses lecteurs.

« Le nouveau code de la famille présenté par Bouteflika en mars 2005 est loin d’être satisfaisant. L’idéologie islamiste a complètement assombri le regard des hommes sur les femmes. On voit, mais on ne connaît pas la femme. On ignore ou on en veut à celle qui par sa seule existence vous attirera dans les filets du mal. Comme ailleurs, et peut-être plus qu’ailleurs, les femmes sont souvent rabaissées, voire battues… Il est toujours normal pour un homme algérien de lever la main sur sa femme, sa petite amie, sa fille… », lit-ont toujours dans la page 105.

Le dénigrement va plus loin quand les rédacteurs du Petit futé Algérie insinuent avec des mots à peine cachés que l’activité religieuse chez la femme algérienne n’est qu’une distraction, voire un loisir pas plus. « Pour certaines femmes, participer aux réunions religieuses et à la prière du vendredi… est la seule occasion de sortir du domaine privé qu’est le foyer », lit-on encore à la page 105.
Au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture du guide, on constate que la haine des rédacteurs augmente. Selon eux, l’Algérie, pays de « crétins frustrés » serait un terreau de la frustration et de la jalousie. Les termes sont clairs à la page 106, où l’on peut lire : « ... Les crétins frustrés ne s’abstiennent pas ici qu’ailleurs et il reste difficile, voire impossible, de faire certaines choses comme de s’asseoir seule à une terrasse de café même dans les grandes villes. Et, amies, gardez à l’esprit que les ragots et les médisances naissent et prospèrent très rapidement dans le terreau de la frustration et de la jalousie. »

Les Algériennes seraient des femmes faciles, selon les rédacteurs du Petit futé Algérie, elles seraient d’hypocrites prostituées prêtes à se donner au premier venu pour un simple repas.
Pour le Petit futé Algérie, la prostitution est omniprésente en Algérie. _ Elle est dans les grandes villes, au cœur des résidences d’Etat et même sur internet. « … A Alger ou à Oran, de Club des Pins aux cabarets les plus miteux en passant par les restaurants, les bars d’hôtel et bien sûr internet et les sites de rencontre, des dizaines de filles cherchent une vie meilleure malgré les tabous, malgré le hidjab facilitant paradoxalement les choses, qui pour un cadeau, qui pour un dîner sortant de l’ordinaire, qu’on appartienne à la classe moyenne (s’il en reste une !) ou qu’on soit plus défavorisé… la prostitution est plus visible qu’on aurait pu l’imaginer dans la rue, dans les hôtels, très fréquentés l’après-midi, les bars de ces mêmes hôtels, les lieux de sortie nocturne », lit-on en page 106.
Pire, des faits divers sont déviés de leur contexte et rapportés toujours dans cette page donnant une image caricaturale des Algériens. D’un côté, des prostituées, et d’un autre, des violeurs.

« … Face à ce phénomène, des ‘‘barbus’’ ont monté des ‘‘raids’’ punitifs contre celles dont ‘‘on dit que…’’ qui ont tourné au viol collectif, voire plus, comme à Hassi Messaoud il n’y a pas si longtemps. Tout le monde le savait… », lit-on, toujours dans cette page.
Même en traitant des tenues vestimentaires des Algériennes, on profite pour dénigrer le peuple algérien et ses femmes. On a l’impression qu’on veut nous dire que si, aujourd’hui, juste pour un dîner, une Algérienne est prête à découcher, c’est parce que cela est ancrédans les mœurs des femmes de ce pays. Pour le besoins de la sale besogne, on recourt aux services d’un certain Nicolas Nicolays qui a rédigé au XVIe siècle des récits de voyages. Le passage suivant, tiré de ses récits, est reproduit dans le Petit futé Algérie : « Tout le long du fleuve et du rivage, les femmes et les filles esclaves maures de la ville d’Alger vont laver le linge, étant ordinairement toutes nues, excepté qu’elles portent une pièce de toile de coton de quelques couleurs bigarrées pour couvrir les parties secrètes (lesquelles toutefois pour peu d’argent elles découvrent volontiers) » Rien que ça !

Si, selon les rédacteurs du Petit futé Algérie, les Algériennes sont des femmes légères de naissance, même si elles portent un hidjab qui facilite « la chose » ; celles qui se sentent émancipées sont des égarées. _ « …Même si vous apercevez en ville des jeunes femmes habillées légèrement, ne sachant pas qui elles sont, où elles vivent ou comment elles sont jugées, évitez de faire comme elles en portant des tenues jugées provocantes », lit-on encore.
Sous le titre « Homosexualité », les rédacteurs du Petit futé algérien traient de la soif des Algériens à la démocratie. Ce raccourci qui résume les luttes des Algériens pour les libertés et la démocratie à celle de la population gay, qui dit avoir sa place dans la société, n’est pas saint du tout. C’est comme si les luttes de ce peuple pour la séparation des pouvoirs ont été menées exclusivement par des homosexuels. « Dans les années 1980, des associations ont cru pouvoir profiter de la démocratisation pour se faire entendre, mais quand les islamistes s’en sont mêlés les années suivantes, d’aucuns ont pensé qu’il était temps que le ménage soit fait », lit-on dans la page 107 dans la rubrique réservée à l’homosexualité. Une dérive !

On a l’impression que les réticences à l’homosexualité sont le propre de la seule société algérienne et de la religion musulmane. Toutefois, au lieu de donner l’avis des Algériens sur la question, on recourt à une citation d’un cheikh égyptien, comme s’il s’agit du Petit futé Egypte et non Algérie. Ainsi, on apprend, dans cette même page 107, que, selon le cheikh égyptien Abde Al Azim Al Mitaani, « la perversion sexuelle en général va à l’encontre de la volonté de Dieu et de sa création. Il s’agit de comportements méprisables dont se détournent même les animaux les plus vils ». Un véritable racolage littéraire dans le seul but de nuire à l’Algérie. Pour rester dans le registre du bien et du mal, boire une bière en Algérie constitue un risque selon les rédacteurs du Petit futé Algérie. _ En effet, à propos des bars et cafés, on peut lire à la page 145 que « s’il est devenu facile de trouver des bars où l’on serre de l’alcool à Alger, il en va autrement dans d’autres villes et a fortiori à l’intérieur du pays. Les bars sont certes des lieux de convivialité mais aussi et surtout des lieux où les clients viennent pour s’enivrer ou pour oublier (alors que bien souvent les Algériens ont le vin triste) et il n’est pas rare d’y croiser des femmes. » Ne pouvant pas dire qu’en Algérie on ne peut pas boire d’alcool, on nous ressort cette histoire de vin triste.

Au pays des ragots, l’eau n’est pas potable et les hôtels sont désenchanteurs

Les rédacteurs du Petit futé Algérie reconnaissent à la page 107 que « l’espérance de vie est, certes, en régulière augmentation et supérieure à la moyenne africaine ». Toutefois, ils rajoutent qu’elle « cache des difficultés croissantes » sans les préciser. Une contradiction qu’aucun professionnel ne peut commettre sauf s’il est mal intentionné. _ S’il est vrai que ce dernier reste en deçà des attentes des populations et des efforts financiers consentis, il reste que le système existe et qu’il est le premier responsable de l’augmentation de l’espérance de vie.
Comme s’il fallait faire du mal à l’image de l’Algérie coûte que coûte, les rédacteurs du Petit futé Algérie écrivent dans la même page que « … la consommation d’anti dépresseurs, d’anxiolytiques et autres tranquillisants est également importante et dans certaines villes, le nombre de panneaux annonçant un psy peut surprendre. »

Aux touristes qui viennent en Algérie, les rédacteurs du Petit futé Algérie donnent un seul choix : ne rien boire du tout. « Dans les grandes villes, l’eau du robinet peut se boire à condition de tolérer les goûts la caractérisant », peut-on lire à la page 143 à propos de l’eau du robinet en Algérie. Quand on sait que l’eau est censée être incolore, inodore, on saisi la finalité du message. « Dans les sources des villages et des oasis, l’eau est meilleure au goût, mais peut être à l’origine de troubles intestinaux… », lit-on à propos de l’eau des sources, comme quoi, cette eau est aussi à éviter. Enfin, la suspicion touche aussi l’eau embouteillée. « On trouve partout des bouteilles d’eau minérale, pas toujours scellées, souvent de marque… », lit- on encore. Autrement dit, en Algérie, il est déconseillé de boire de l’eau.

Dans la page 462, les Algériens sont présentés comme des gens sales. « Principale particularité qui peut être un problème : la pénurie de l’eau ! Dans les toilettes des lieux publics ou même chez les particuliers, l’eau est stockée dans un récipient qu’on déverse dans la cuvette (sans exagérer sur la quantité) en guise de chasse d’eau. Dans la plupart des cas, comme il n’y a pas du tout- à-l’égout, on ne jette rien dans la cuvette. Une poubelle est presque toujours mise à disposition. Il s’agit juste de s’y habituer ! Autre particularité : il n’y a presque jamais de papier toilette », écrivent les rédacteurs.
A propos de l’hôtellerie, les rédacteurs du Petit futé signalent que « la capitale est assez bien pourvue en hôtels mais l’offre proprement touristique est assez restreinte pour une capitale. Le standing ne correspond pas au nombre d’étoiles affichées et les prétentions sont assez élevées au vu de la qualité des services proposés ».

Ce constat dressé à la page 213 et jusque-là objectif et partagé, sauf que la suite, comme pour la question de l’eau, donne aux touristes potentiels un seul choix, celui de ne pas venir en Algérie.
« Si coupures d’eau, mobilier hétéroclite bancal et manque d’entretien sont le lot des hôtels de bas de gamme, c’est la qualité de l’accueil qui fait souvent défaut dans les hôtels des catégories supérieures », écrit-on pour dénigrer tout le parc hôtelier indépendamment de la gamme.

Ce parc est dénigré, aussi, indépendamment du statut « …Mais en ce qui concerne la qualité, on entre alors dans une autre dimension. Dans chaque ville d’importance, l’Etat gère un hôtel, souvent construit dans les années 1960… Ces hôtels, toujours très bien situés, ont malheureusement vieilli quand ils ne sont pas déjà agonisants… le personnel a pris de l’âge en même temps que les piscines se vidaient, que les jardins s’asséchaient, que la plomberie s’engorgeait de détritus divers ou que la moquette aux spirales psychédéliques pourrissait… Aujourd’hui, à de rares exceptions près, ces hôtels sont devenus plutôt sordides et le service très aléatoire », lit-on ! « D’autres hôtels, privés ceux-là, sont très fiers de leurs prestations mais n’espérez pas y trouver le confort qu’on s’est habitués à découvrir au Maroc voisin ». Et voilà que même l’hôtellerie de droit privé est achevée. Même les établissements des chaînes internationales sont caricaturés, car l’essentiel est de nuire à la destination Algérie. « … Aucun hôtel algérien ne peut être qualifié de cadre enchanteur, le service laisse presque toujours à désirer, la plomberie et l’électricité peuvent inquiéter les plus anxieux et la propreté les plus maniaques… Les hôtels de chaînes internationales échappent évidemment à ce constat, mais leurs chambres ressemblent à celles que vous occupez à Miami ou à Melbourne », lit-on à la page 509.

Sous le titre Voyager seule, à la page 460, les rédacteurs du Petit futé Algérie versent davantage dans la méchanceté. Quand ils écrivent, en s’adressant aux touristes potentiels, « ce qu’il vous faudra éviter de chercher à éviter à tout prix, c’est de donner prise aux ragots, l’une des principales activités algériennes, que ce soit dans un petit village ou à Alger ! » Je ne sais pas s’il existe, dans le monde, un seul gouvernement qui acceptera la présence de ces remarques déplacées sur sa population dans le plus grand tirage en matière de guides touristiques. A toutes celles qui voyagent seules, le Petit futé Algérie ne se prive pas de rappeler que les Algériens sont des obsédés harragas. _ « Dans le sud, les gens se sont habitués à voir des bras et des jambes nus, mais ils n’en pensent pas moins ! Garder à l’esprit que vous représentez le pays vers lequel on rêve très fort de s’envoler pour un meilleur avenir… Sachez donc rester circonspecte devant toute tentative de séduction un peu incongrue », lit-on à la même page

Milices, sida et persécution des libertés

Les rédacteurs du Petit futé Algérie semblent faire à travers la rubrique réservée à la police le procès de la politique sécuritaire d’un pays souverain plus que la présentation d’une destination. Ainsi, à la page 461, on peut lire : « Il y a trois types de représentants de l’ordre en Algérie : la police (en bleu), la gendarmerie (en vert) et les milices des forces spéciales ou de simples agents de sécurité (en noir). Difficile donc de savoir à qui on s’adresse. »
Avec ce constat, je ne vois pas de touristes prêts à prendre l’avion pour un pays dont les forces spéciales ont leurs milices et où il y a confusion dans le travail des différents corps de service de sécurité. Afin de jeter plus de doutes, à la même page, les rédacteurs écrivent : « Il n’y a presque pas eu de faux barrages, ces sinistres barrages dressés n’importe où, même sur les autoroutes, par des groupes terroristes cachés sous des tenues policières dérobées, on n’ose pas se demander comment. » On a l’impression de lire un rapport d’une organisation des droits de l’homme et non un guide touristique.

Le risque en Algérie ne s’arrête pas à ces faux barrages, selon le guide, il est aussi lié au sida et autres MST. Les conseils de prudence sont portés à la page 465 comme s’il ne s’agit pas d’un problème de santé publique mondial. « Avoir des relations sexuelles non protégées fait courir le risque de maladies sexuellement transmissibles, dont le sida qui n’épargne pas l’Algérie, mais aussi l’herpes, de chlamydiae et autres joyeusetés ». Pour quelle intention inclure une mesure préventive générale dans Le Petit futé Algérie ? Le sida existe en Algérie, comme partout dans le monde pas plus !

Pas de libertés au pays de la mafia politico-financière

Etant moi-même journaliste, ayant à mon actif des années de prison avec sursis et des dizaines de millions de centimes d’amendes, je trouve inopportun que la question des libertés de la presse et de son combat figure dans un guide touristique avec des commentaires d’ordre politique.
Il y a confusion de genres, une instrumentalisation de la question, non pas pour défendre la cause des journalistes, mais pour nuire à la destination.

« A la lecture des titres parfois audacieux de certains journaux de la presse algérienne, on pourrait penser que la presse est libre en Algérie. Ce n’est plus le cas depuis 2004, année de la pénalisation des délits de presse. Et cette audace est chèrement payée souvent par la prison avec sursis et des amendes très sévères et quelquefois par la prison ferme… En revanche, des pressions de toutes natures sont constamment exercées sur les journalistes de la part des responsables politiques, de la mafia politico-financière, de notables et d’hommes d’affaires locaux mettant en péril leur métier et dans certains cas leur vie », lit-on à la page 473.
« Les journaux, leurs directeurs et leurs journalistes sont régulièrement assignés en justice pour répondre de plaintes pour diffamation et le plus acharné semble être le ministère de la Défense qui s’estime diffamé par la moindre allusion dans les caricatures et les articles publiés », lit-on encore à la même page pour donner une image plus sombre de l’Algérie et de son institution militaire.

Pour conclure, disons qu’un guide touristique qui s’attaque au président d’un pays et à son armée pour promouvoir la destination est une innovation. Il faut toutefois admettre que les responsables algériens ont été pris par abus de confiance. Moi-même je n’aurai jamais pensé que les rédacteurs d’un guide touristique, ceux du réputé Petit futé en particulier, capable de commette une telle agression contre un peuple et un pays. Moi-même je comptais des amis au sein de cette entreprise et avant de lire le guide, je n’ai jamais douté des qualités des rédacteurs.
Il ne sert à rien d’être présents dans les foires, de passer des pubs sur certaines TV si l’image de la destination est souillée dans les colonnes du premiers guide touristique dans le monde. Une action pour limiter les dégâts s’impose à court terme. Une autre action pour révolutionner les démarches de communication et promotion de la destination afin d’éviter ce genre de situation s’invite à moyen terme.

Tags: Algérie Voyage Attaque Petit futé Algérie

Source : El-watan

2 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

2 commentaires

  • En gros vous préférez piéger des touristes plutôt qu’ils soient prévenus de l’état de pourriture avancée de ce pays ? Belle mentalité, surtout ne changez rien en Algérie.

    Répondre à ce message

  • Féroce attaque contre la destination Algérie par le Petit futé par messaoud le marocain 2 septembre 2010 02:43

    Petit fute,ce n’est plus un guide touristique mais un proces contre l’Algerie.Je vais chercher le Petit Fute,sur la France,juste pour controler l’honnetete du
    guide.et je ne crois pas qu’il est dit que Paris la nuit
    est peuple de travestis porteurs du sida,qu’on peut a tout moment etre agresse a La Gare du Nord,que Barbes est en quartier protitue...cet auteur semble avoir oublie
    l’hospitalite des maghrebins et tous les bons cotes.Guide
    a mettre a la poubelle.

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir