mardi 22 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Les ministres maghrébins de l’Intérieur à Rabat

Maghreb : La sécurité avant tout

21 avril 2013

Daho Ould Kablia participera aujourd’hui avec ses homologues maghrébins à une réunion de travail à Rabat dédiée exclusivement aux questions sécuritaires qui préoccupent la région notamment la lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et la criminalité transfrontalière.

Décidée en marge de la 30è session du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur qui s’était tenue à Ryad le 14 mars, et annoncé par le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, cette rencontre s’inscrit dans une conjoncture particulière après la demande américaine d’élargir le mandat de la mission des Nations unies au Sahara occidental (Minurso) au respect des droits de l’homme.

Les priorités de l’heure sur la table des ministres maghrébins de l’Intérieur tourneront essentiellement sur les questions de sécurité et les cinq ministres d’échanger leurs points de vue sur les « liens étroits entre le trafic de drogue et le financement du terrorisme », ainsi que la « prolifération des armes à feu dans la zone sahélo-saharienne » ou encore « l’émergence de nouveaux réseaux de traite internationale d’être humains dans la région ouest-africaine », avait déclaré dernièrement à l’agence marocaine MAP le ministre marocain de l’Intérieur Mohand Laenser. Cette rencontre de Rabat se veut être un prolongement d’un processus, selon M. Medelci, né à Alger en juillet 2012 lors d’une réunion des ministres maghrébins des Affaires étrangères qui ont abordé, pour la première fois, la question sécuritaire.

« C’est lors de cette rencontre que nous avons passé en revue le risque sécuritaire propre à notre région. Nous sommes sortis avec la plateforme d’Alger qui a donné une lecture de ce risque et, en particulier, celui découlant des développements de la crise libyenne et malienne  », a-t-il rappelé. Elle est également perçue comme un autre jalon constructeur devant mener à la « normalisation » du fonctionnement de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) et la tenue de son sommet, avait indiqué le ministre algérien des Affaires étrangères. La rencontre d’aujourd’hui doit passer en revue, entre autres dossiers, la situation sécuritaire dans la région influencée par les événements au Sahel mais aussi en Libye, en ce qui concerne Alger avec la circulation des armes alors que d’après M.Medelci, un travail est fait avec les Libyens et les Tunisiens pour une meilleure gestion de la sécurité aux frontières.

La lutte contre le terrorisme et le crime organisé avec la montée en puissance des réseaux de narcotrafiquants restent également des sujets d’actualité. Si un consensus s’est dégagé sur ces dossiers à traiter, l’ombre d’autres questions « bilatérales  » planeront certainement sur ce rendez- vous des cinq de l’UMA avec l’ouverture des frontières algéro-marocaines, le dossier sahraoui, du cas du jeune Islam Khoualed, détenu au Maroc ou de la campagne médiatique marocaine menée contre l’Algérie. A propos de ces questions en suspens, Mourad Medelci avait affirmé dernièrement que la campagne médiatique marocaine contre l’Algérie est « en contradiction » avec la volonté d’Alger et de Rabat « d’aller de l’avant ». Quant aux frontières terrestres, il a précisé que la solution doit être trouvée « bilatéralement ». S’agissant de Islam Khoualed, il a déclaré que « l’Algérie n’a pas l’intention de remettre en cause la souveraineté de la justice marocaine », tout en souhaitant que le processus d’appel introduit par sa famille « pourra permettre à la justice marocaine de tenir compte de ce qui c’est passé réellement ».

Du côté marocain, cette rencontre tombe dans un contexte assez spécial qui a vu les principaux alliés du royaume alaouite lui tourner le dos. Washington qui a déclaré présenter, avant la fin avril, un projet de résolution aux pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU pour étendre le mandat de la Minurso au respect des droits de l’homme et Paris qui envisage de ne pas s’opposer à cette démarche. Rappelons que le roi du Maroc, Mohammed VI, et les membres de son gouvernement ont dénoncé cette initiative visant à «  dénaturer le mandat » de la Minurso.

Tags: Maghreb Terroriste

Source : El-annabi.com

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir