mardi 27 juin 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Le ministre qatari des AE à Alger

Alger et Doha veulent parler d’une même voix

29 septembre 2011
Alger et Doha veulent parler d'une même voix

Alger et Doha veulent montrer que leurs relations ne traversent aucunement une période critique, sinon une crise que certains imputent à la position de Doha vis-à-vis du conflit en Libye.

Le président du Conseil des ministres et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Cheikh Hamed Ben Jassem Ben Jaber Al Thani, a fait mardi le déplacement à Alger. A la tête d’une importante délégation, le chef de la diplomatie qatarie, officiellement invité par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, aura des entretiens de haut niveau avec les responsables algériens.

Hier, il a été reçu par le Président Bouteflika avec lequel il a abordé plusieurs questions d’actualité. Et probablement, quelques questions qui fâchent, notamment la position différente des deux pays vis-à-vis de l’insurrection en Libye. Le Qatar a été parmi les premiers pays arabes à suivre la coalition internationale pour faire « tomber » le régime du colonel Mouamar Kadhafi, comme il a participé activement à la campagne internationale de soutien au Conseil national de transition (CNT) libyen. Le Qatar, qui avait offert d’acheter le pétrole libyen aux insurgés pour leur permettre d’acheter munitions, armes, vivres et médicaments, aura été impliqué, dès la première heure, dans la campagne internationale contre le régime de Kadhafi. Or, à Alger, les choses n’étaient pas vues de la même manière par les décideurs algériens.

La venue à Alger de Cheikh Hamed Ben Jassem devra clarifier avec les responsables algériens bien des zones d’ombres, d’autant que les deux pays ont toujours affiché leur parfaite cohésion dans les grands dossiers économiques et politiques du moment, notamment sur la question palestinienne ou les dossiers énergétiques. Maintenant que les autorités algériennes ont affiché leur disposition à travailler avec les « tombeurs » de Kadhafi, des changements devraient s’opérer entre les deux pays. A commencer par cette rocambolesque suspension de délivrance des visas du Qatar aux Algériens, une décision annoncée au mois d’août dernier et perçue par certains observateurs comme une réplique de Doha face aux hésitations d’Alger de reconnaître les nouvelles autorités libyennes. A son arrivée mardi soir à Alger, Cheikh Hamed Ben Jassem, s’est félicité des « relations profondes » liant l’Algérie et le Qatar. Il a précisé que sa visite en Algérie, à l’invitation du Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, s’inscrivait dans le cadre de la « concertation permanente  » entre l’Algérie et le Qatar et sera l’occasion d’examiner les moyens de développer davantage la coopération bilatérale, d’autant plus, a-t-il souligné, qu’« il y a maintenant des accords qui commencent à se concrétiser de manière positive dans les relations économiques entre les deux pays ». Dans une déclaration à la presse, à l’issue de l’audience que lui a accordée le Président Bouteflika, le responsable qatari a affirmé que « la commission mixte se tiendra au Qatar et sera sanctionnée par d’importantes conclusions, à la faveur des orientations des dirigeants des deux pays ». Il a déclaré avoir transmis au chef de l’Etat, à l’occasion de cette visite, « un message fraternel  » de l’Emir de l’Etat du Qatar, Cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani. Dans le même contexte, il s’est félicité des relations unissant les deux pays les qualifiant de « privilégiées  ». Le président du Conseil des ministres qatari a précisé que sa visite en Algérie a porté sur « la coordination bilatérale dans le domaine politique et les évènements que connaît la région » ainsi que sur « les relations bilatérales et les moyens de les renforcer dans les domaines économiques ».

Par ailleurs, le responsable qatari a salué la sagesse du Président Bouteflika devant les évènements « aussi bien sur le plan intérieur qu’extérieur » ajoutant que cette sagesse « nous enseigne comment nous devons nous comporter devant les évènements  ». « Je ne dis pas cela au Président Boutelika par complaisance, car c’est la vérité », a-t-il dit. Concernant les développements de la question palestinienne, Cheikh Ben Jassem a réaffirmé le soutien de son pays aux aspirations du peuple palestinien souhaitant une adhésion de ce pays « en tant que membre à part entière » à l’ONU.

Tags: Algérie Abdelaziz Bouteflika Emirats Arabes Unis

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir