samedi 23 septembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Ksentini dénonce

Paris mène une opération « politique et commerciale » en Libye

20 septembre 2011
Paris mène une opération « politique et commerciale » en (...)

Sous l’intitulé « La Libye dynamitée  », la commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CNCPPDH), vient de rendre public un communiqué dans lequel elle dénonce et condamne fermement l’ingérence française dans le conflit militaire en Libye.

« Pas plus qu’elle n’avait le droit de les soutenir militairement comme elle l’a fait pendant longtemps, la France n’a pas le droit de combattre, elle-même, par les armes et par institution interposée, les régimes autoritaires qui existent de par le monde et dont elle avait souvent favorisé l’installation par son influence et les moyens de toutes sortes dont elle dispose… » lit-on.

Le document signé par le président de la commission M Farouk Ksentini, indique que dans ces conditions l’ingérence française en Libye contre le colonel Kadhafi et son régime est « condamnable et immorale » surtout qu’il y a été apporté le prétexte de la démocratie contre la dictature et celui de la liberté contre l’arbitraire. Ceci, ajoute Ksentini, est à la fois « inexact et mensonger » lorsque l’on sait la détermination avec laquelle la France continue à combattre la liberté des peuples comme en Palestine et au Sahara Occidental, et à quel point la démocratie intéresse peu ce pays, quand il s’agit des autres.

La CNCPPDH souligne d’autre part, que par rapport aux Arabes en général et au Maghreb en particulier, la France se comporte comme « un état de droite » et non comme un Etat de droit », comme s’emploient à le faire croire certains de ses officiels ; toute la politique africaine et moyenorientale de ce pays étant déterminée par cette réalité incontournable et dont il est de notre devoir d’en tenir compte… ». De ce fait, assure la commission, il a été mené en Libye, par le fer et par le feu, une opération « politique et commerciale » qui n’a strictement rien à voir avec la démocratie et la délivrance humanitaire.

Tout en affirmant que ces vérités n’impliquent en aucune façon, un quelconque soutien à posteriori au colonel Kadhafi, la CNCPPDH affirme que quels que soient les regrets que l’on puisse avoir devant l’explosion d’un pays dynamité, une évolution paisible est toujours préférable à la violence et à la guerre. « Les Algériens que nous sommes ne peuvent que souhaiter au peuple libyen, une réconciliation nationale de toute urgence, ainsi qu’une démocratisation exempte de toute influence étrangère intéressée, en vue d’une République arabe unifiée et pacifique », conclut le président de la CNCPPDH.

Tags: Algérie France Libye Farouk Ksentini

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir