samedi 25 novembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Algérie : Secteur public et hausses des salaires

7 septembre 2011

Les récentes augmentations des salaires et l’éventuel relèvement du SNMG font craindre le pire pour un secteur public qui n’arrive pas à tenir le cap de la relance économique.

Les responsables de l’Union nationale des entrepreneurs publics s’activent depuis quelques mois à évaluer la situation qui prévaut au sein des entreprises publiques et ce, en prévision de la prochaine tripartite. Pour eux, ce rendez-vous sera purement social puisqu’il sera plus question de décider d’une revalorisation des salaires sur la base de l’examen de plusieurs variantes. Ceci dit, ils ont déjà considéré la tripartite du 28 mai dernier comme ayant été une tripartite économique dans la mesure où les partenaires sociaux y ont eu à examiner la situation des entreprises, la fraude fiscale, les procédures fiscales, le rééchelonnement de la dette des PME et leur mise à niveau, les exportations hors hydrocarbures, l’emploi et autres crédits aux entreprises.

Le président de l’UNEP nous a affirmé hier que la prochaine tripartite examinera les rapports des 8 groupes de travail issus de la tripartite de mai dernier, le dossier des retraites et la problématique de la limite de l’âge de la retraite. Mais il y aura surtout l’examen de possibilités d’une revalorisation des salaires des travailleurs. Il est possible que celle-ci se fera par une révision à la hausse du SNMG, une suppression de l’IRG ou autres formules comme la suppression de l’article 87 bis du code du travail qui indexe les primes au salaire de base. Ce qui devra donner une nouvelle définition du SNMG. « Rien n’est encore décidé, la tripartite nous permettra justement d’en discuter », nous dit Ahcène Benyounès. Il ne s’empêche pas cependant d’exprimer des inquiétudes à propos d’une revalorisation des salaires qui ne prendra pas en compte l’état des entreprises économiques publiques. Ceci, même s’il fait savoir que « nous à l’UNEP, nous sommes contents qu’il n’est plus question d’assainissement des entreprises, d’argent mis sans contrepartie de relance, aujourd’hui le gouvernement a décidé de mettre en oeuvre une vision globale par l’application de plans de redressement, de business plans, c’est important pour les entreprises ».

Ainsi, de nouvelles augmentations des salaires, le laisse-t-il penser, que « les choses pourraient se compliquer si les entreprises n’amorcent pas leur relance et assurent réellement la création de richesses ». Benyounès affirme ainsi sans ambages que « l’entreprise a des problèmes de capacités de production qu’elle peine à reconstituer ». Il fait part, entre autres, de la concurrence déloyale qui a pris de l’ampleur en raison de l’intensification de l’économie informelle qui est, dit-il, « vive, importante et tentaculaire  ». Sans compter le poids des « deux millions de travailleurs qui ne sont pas déclarés ». Il reconnaît que « le pouvoir d’achat est important et que les travailleurs sont en attente de quelque chose mais il faut agir en parallèle pour mettre fin aux dysfonctionnements de leur outil de production  ». L’UNPE s’« active à faire les calculs qu’il faut pour peser l’impact d’une éventuelle revalorisation du SNMG sur le Trésor public mais aussi et surtout sur les ressources des entreprises publiques qui ne sont pas, nous dit-on, très solides. Il existe près de 900 entreprises publiques où travaillent en principe plus de 400 000 mille personnes. L’UNEP estime que si le SNMG passe de 15 000 à 18 000 DA, il engendrera une augmentation de la masse salariale de 57%. S’il passe de 15 000 à 20 000DA, le niveau de la masse salariale augmentera de 75%. « Les deux taux sont énormes pour un secteur public économique qui n’en a pas les moyens », souligne le président de l’UNEP.

Du côté syndical, les calculs de l’impact d’éventuelles augmentations des salaires à l’issue de la prochaine tripartite ont pris de l’envol. L’on apprend que si le SNMG est relevé à hauteur de 18 000 DA, le coup qu’accusera le Trésor public sera de plus de 10 milliards de DA chaque année pour les 1,9 million de personnels de la fonction publique. Ceci, sans compter les travailleurs du secteur public. Dans le cas où le gouvernement décidera de la suppression de l’article 87 bis, il sera question d’une nouvelle structuration du Salaire national minimum garanti (SNMG) qui obligera l’Etat à répondre à une augmentation de la masse salariale de plus de 70 milliards de DA chaque année. Ce que syndicalistes et employeurs publics et privés qualifient de « dépenses exorbitantes ! « En comptant avec toutes les augmentations décidées tout au long de l’année au profit de divers secteurs, il est craint « une hausse vertigineuse de l’inflation dont le taux doit inquiéter déjà sérieusement, et des conséquences désastreuses sur le Trésor public, le pouvoir d’achat et les entreprises ».

Tags: Algérie Entreprise publique Salaire

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir