lundi 23 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Premier jour du ramadan en Algérie : Une ambiance assez ordinaire

2 août 2011
Premier jour du ramadan en Algérie : Une ambiance assez (...)

Malgré une chaleur caniculaire, l’ambiance est presque ordinaire en ce premier jour de ramadan. Pour ce début de mois d’août un peu spécial cette année, ramadan oblige, les ménagères ne se bousculent pas au marché populaire T’nach de Mohamed Belouizdad, en plein centre d’Alger. Un marché très populaire que nous avons visité hier dans la matinée.

Il y en avait pour tous les goûts et toutes les bourses : des denrées alimentaires de toutes sortes, des fruits et légumes ainsi que différentes variétés de viande rouge ou blanche, de poisson frais ou congelé... Les ménagères qui prenaient tout leur temps pour faire de bonnes affaires passaient d’un étal à un autre, à la recherche de produits de bonne qualité et, si possible, à moindre coût.

Du côté des boucheries, l’affluence est perceptible, ainsi qu’auprès des marchands d’épices. Les mères de famille achetaient tout le nécessaire pour pouvoir préparer de bons plats à moindre frais, tout en faisant attention aux dépenses superficielles afin de pouvoir faire face aux prochains jours de ce mois sacré. « Ce n’est que le premier jour, je vais y aller doucement pour éviter de contracter des dettes ou de tomber en panne sèche… d’argent ! », signale une mère de famille qui était en compagnie de sa voisine, laquelle disait partager son avis.

A notre question sur les besoins en viande pendant ce mois sacré, notre interlocutrice nous relève qu’elle ne se cassera pas trop la tête. « J’ai un peu de viande blanche dans le congélateur, au moins pour les deux premiers jours. Après, j’achèterai un peu de viande congelée ou, si ma bourse me le permet, de la viande fraîche », nous explique-t-elle avant de signaler que le ramadan ne se limite pas seulement « à la bouffe mais s’étend aussi aux bonnes actions pour espérer la grâce de Dieu ». « En dépit de mon âge avancé, je fais tous les étals avant de faire des achats. Car si à chaque produit acheté, j’économise 5 à 10 dinars, cela me permettra d’acheter plus avec cet argent économisé », assure, toute souriante, une veille dame. Mais malheureusement, ils ne sont pas nombreux à penser comme cette mère de famille.

Chez certains, l’impatience finit parfois par l’emporter quel que soit le prix à payer, qu’il s’agisse de légumes, de fruits où de viandes. « Je m’approvisionne en tout malgré ces prix qui donnent le vertige. Je suis sûr d’une chose, ces prix vont baisser à la deuxième semaine de ce mois », estime un jeune fonctionnaire qui nous a indiqué qu’il s’est privé, cet été, de vacances sur les plages du pays pour pouvoir passer un ramadan sous de bons auspices. En abordant la cherté de la viande rouge ou blanche, un autre fonctionnaire soutient qu’il est impossible d’acheter du poulet à 370 DA le kilogramme. Il nous affirme qu’il est fort probable qu’il retourne à la maison bredouille, car sa bourse ne peut lui permettre de tels frais. Contrairement à un autre qui, lui, est aller acheter du poulet congelé, cédé à 2 50 DA le kilogramme.

Ce vendeur a d’ailleurs été pris d’assaut. Les ménagères sont également nombreuses à acheter de la viande congelée en morceaux ou hachée, pour les besoins de leurs plats. Ceci explique, nous souligne le vendeur aux alentours de marché T’nach, l’augmentation depuis quelques jours de prix de la viande rouge. A signaler que celle-ci est cédée, en ce premier jour de ramadan, à 1 050 DA le kilogramme pour la viande ovine et 7 50 à 800 DA pour la viande bovine. Alors qu’ailleurs, elle est écoulée à 850 DA, voire plus. Idem pour ce qui est des prix des légumes et des fruits.

Les petites et moyennes bourses essayent tant bien que mal d’acheter le strict minimum, juste de quoi goûter au fruit de saison. Les légumes qui étaient cédés il y a de cela quelques jours seulement à des prix abordables connaissent une hausse significative. « Les prix de la carotte, du navet et de la courgette ont connu une augmentation significative ces trois derniers jours.

Au marché de gros, le prix de la courgette a atteint les 80 DA le kilogramme, alors que la semaine dernière, elle se vendait à seulement 350 DA le kilogramme », nous a assuré un marchand de légumes, ne manquant pas de pointer du doigt les marchands de gros suite à cette flambée des prix, et ce en attendant les dépenses supplémentaires de l’Aid-el-Fitr et celles de la prochaine rentrée des classes.

Tags: Algérie Ramadhan

Source : El-annabi.com

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir