samedi 23 septembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Hausse des prix, appréhensions sécuritaires…

Algérie : Les affairistes ne font pas la trêve du ramadhan

1er août 2011

Un ramadhan – mardi selon Sirius, mais les voies de la vision lunaire sont impénétrables – est-il propice à l’éclosion des fleurs du printemps politique qui traverse, avec beaucoup de heurts, de casses, de bosses et d’incertitudes le monde arabe ? Nul ne peut le certifier.

Le ramadhan peut être léthargique – c’est la tendance en général – mais il peut également devenir explosif. La Tunisie de Bouazizi, si sûre, si bien contrôlée, a réintroduit la notion d’imprévisibilité des mouvements sociaux et donc de l’inanité, sur la durée, de la solution policière. Mais si les « traditions » sont respectées, le ramadhan, mois de la miséricorde, n’est pas porteur de bouleversements. Signe qui en dit peut-être long, la Place Al Tahrir au Caire, qui n’a jamais désempli depuis les journées fatidiques pour le clan Moubarak, a décidé d’observer la trêve du carême. Les révolutionnaires ont annoncé qu’ils libéraient la place et qu’ils reviendraient après l’Aïd. Mais les gouvernants des pays, où les processus politiques pour le changement ne sont pas encore engagés, devraient prendre garde. La trêve de Place Al- Tahrir ne supprime pas l’équation tunisienne : les sociétés empêchées de s’organiser librement sont imprévisibles. Elles peuvent passer d’une longue hibernation à la révolte, voire, cela reste discutable, à la révolution.

LES SOUKS PRIS D’ASSAUT

Il est pourtant clair que ceux qui ont l’habitude d’organiser la traditionnelle hausse des prix des légumes et des fruits durant la première quinzaine de ramadhan ne font pas de trêve. Le constat a été fait depuis une dizaine de jours. Les prix avaient déjà pris leur envol. Cela n’atténuera pas pour autant le choc du « premier jour » où il est de tradition que les chefs de ménage soient pris de tournis. Et, signe que le piège de la surconsommation- hausse des prix va fonctionner mécaniquement, il suffisait d’aller dans un souk, hier matin, pour constater l’assaut général sur les achats. A l’évidence, la riposte par l’ascétisme ou plus simplement par la modération ne marche que pour ceux qui n’ont pas les moyens. Ceux-là, de plus en plus nombreux quoiqu’en disent les chiffres, émargeront aux restos ou aux couffins de la Rahma. Les imams ont peut-être prêché, comme on leur a demandé, pour que les commerçants n’augmentent pas les prix. Les commerçants qui sont de bons musulmans – qui aurait le droit d’en douter – peuvent vous jurer la main sur le coeur que leur marge du ramadhan n’est pas plus importante que celle d’avant. Ils désigneront ces mandataires, invisibles pour la ménagère et apparemment intouchables par les contrôleurs. Après tout, le gouvernement algérien a reconnu, après les émeutes de janvier, dans une explication très sucrière et huileuse sur l’origine des évènements, que les distributeurs- grossistes sont des gens capables de provoquer de gigantesques tumultes, voire des révolutions. Et qu’ils peuvent travailler sans facture et poursuivre le négoce par la chkara.

Les commerçants de détail, qui essuient chaque matin les remarques, pas toujours injustifiées, sont infiniment plus exposés que les gros. C’est dans l’ordre des choses. Comme il est dans l’ordre des choses que le gouvernement promette que les produits seront disponibles et que les prix resteront abordables.

LES TERRORISTES ET LES BANDES

On ne change pas les vieilles habitudes ni les vieux tics. Le ramadhan, c’est le printemps des « bonnes affaires » pour un petit nombre, qui met sur les nerfs un plus grand nombre. Au chapitre de nos énervements pré-ramadhaniens, il y a cette pénurie de médicaments dont la réalité continue à être niée par les services du ministère de la Santé. Beaucoup de ceux qui peinent à trouver ce dont ils ont besoin ont dû être choqués par cette communication via-APS reprenant, presque, l’antique « tout va bien ». Sans doute que la communication en question est faite en prévision de quelques auditions ramadhanesques, mais quand même… Que celui qui ne connaît pas un malade qui n’éprouve pas depuis deux mois au moins des difficultés lève la main… C’est sûr qu’il y aura des mains levées du côté du ministère de la Santé… On avait pourtant cru que le ministre de la Santé, en dénonçant un complot ourdi des importateurs, avait admis la réalité de la pénurie… Au plan sécuritaire, les récents actes terroristes qui ont connu une forte médiatisation sont-ils le signe d’un regain ? Difficile de l’affirmer. Mais il est loisible de constater que le dispositif de sécurité, très contraignant pour les automobilistes, a été un peu plus serré à l’approche du ramadhan. Mais ce qui semble préoccuper certains quartiers périphériques est le phénomène, nouveau dans le pays, de bandes de délinquants se livrant à des descentes. La presse a fait état d’au moins deux cas dans l’A1gérois. Est-ce un épiphénomène ? Mais, sur le fond, ce que risquent le plus les Algériens est de se faire détrousser par le biais de la hausse prévisible et toujours inévitable des prix. La seule réponse est une « platitude » : consommez juste ce qui est nécessaire.

Tags: Algérie Ramadhan

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir