jeudi 17 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Affaire Matoub : Un procès sous tension

19 juillet 2011

Le procureur de la République près le tribunal criminel de Tizi Ouzou a requis hier la peine capitale dans le procès des deux présumés complices dans l’assassinat du chanteur kabyle Lounès Matoub.

En effet, il a été demandé la peine maximale contre Chenoui Abdelhakim et Medjnoune Malik jugés pour appartenance à un groupe armé terroriste et complicité de meurtre. Alors que les deux mis en cause ont nié tour à tour devant le tribunal les charges pour lesquelles ils sont poursuivis. Ainsi pour Chenoui Abdelhakim s’il a reconnu avoir activé au sein des groupes armés terroristes avant sa repentance, il a réfuté toute implication dans l’embuscade terroriste qui a coûté la vie à Lounès Matoub. Comme il a révélé qu’il était contraint par les enquêteurs de donner le nom de son coaccusé Malik Medjnoune. Ce dernier a à son tour nié les griefs retenus contre lui.

Des témoins appelés à la barre ont également innocenté Malik Medjnoune quant à sa participation au meurtre du chanteur kabyle en affirmant devant le tribunal qu’à l’heure de cet attentat celuici était avec eux dans un restaurant à Tizi Ouzou. Après le réquisitoire, les avocats se sont succédé à la barre pour les plaidoiries. Le procès tant attendu a été marqué par des suspensions depuis son coup d’envoi vers 09 heures du matin et n’a débuté en fin du compte qu’aux environs de 14h30. Ces suspensions ont été provoquées par l’intervention de l’une des parties civiles, en l’occurrence Malika Matoub, pour annoncer dans un premier temps son retrait jusqu’à la présence des « commanditaires et des auteurs de cet assassinat  » mais sans formuler une demande de son report tout en invitant le tribunal à juger plutôt l’affaire des deux détenus Chenoui Abdelhakim et Medjnoune Malik et non celle de l’assassinat de son frère. Elle a, à maintes reprises, interrompu le président du tribunal notamment quand il a invité le greffier à faire lecture de l’arrêt du renvoi de la chambre d’accusation. Comme les précédentes fois, la séance a été suspendue une nouvelle fois de 11h à 13h50. Durant cette suspension, Malika Matoub a été reçue longuement par le président du tribunal pour la raisonner quant à la nécessité de juger les deux prévenus en détention provisoire depuis 13 années. A la reprise de la séance, Malika Matoub est revenue à la charge malgré l’annonce du retrait de la seconde partie civile constituée par Nadia Matoub, l’épouse du défunt, et de ses deux soeurs témoins et victimes dans cette affaire.

Une nouvelle suspension d’audience est prononcée par le président du tribunal en invitant Malika Matoub à ne pas perturber le déroulement du procès faute de quoi il serait contraint de faire évacuer la salle. Moins d’une demiheure plus tard le procès débute enfin. Le verdict était attendu en fin d’après-midi. Les plaidoiries ont pris fin aux environs de 17 heures.

Tags: Algérie Assassinat Procès Lounès Matoub

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir