vendredi 20 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Mohammed VI écrit à Bouteflika

Maroc - Algérie :Un message diplomatique et des sous-entendus

6 juillet 2011
Maroc - Algérie :Un message diplomatique et des (...)

Mettant à profit l’occa sion du 5 juillet, le roi Mohammed VI du Maroc, dans une correspondance diplomatique adressée au président Bouteflika, a réaffirmé sa volonté d’imprimer une nouvelle dynamique aux relations bilatérales tout en évitant l’évocation des dossiers qui fâchent.

Le message de félicitations de M6 s’est voulu un rappel de la température des derniers mois qui ont vu des échanges de visites ministérielles entre les deux capitales mais également à des annonces de bonnes intentions qui ont auguré, un certain temps, un réchauffement de leurs relations politiques. Ce message a été également un relais royal pour se souvenir de l’existence de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) puisque le roi alaouite, se prononçant sur « les obstacles conjoncturels et objectifs » entre les deux pays, s’est dit « déterminé » à les surmonter dans le cadre même de l’UMA.

Une union régionale en terme d’option stratégique avec la consolidation de cette union maghrébine mais aussi un clin d’oeil à la relance de l’Union Pour la Méditerranée, chère à Sarkozy, avec la nomination de M. Amrani, un haut cadre marocain, au poste de Secrétaire général de l’UPM, « avec l’appui de l’Algérie  », comme souligné par Alain Juppé, le ministre français des Affaires étrangères et européennes, lors de son dernier passage à Oran. Ce discours de circonstance tranche avec le vocabulaire habituel utilisé par M6 pour fustiger la politique extérieure algérienne, notamment sur le dossier sahraoui et la fermeture des frontières terrestres entre les deux pays. Une position marocaine qui s’inscrit en opposition avec les recettes de bon voisinage en provoquant des réactions de la part de la diplomatie algérienne pour recadrer les accusations et les manoeuvres marocaines.

Alors que l’actualité était à une éventuelle et prochaine réouverture des frontières, fermées depuis 1994, la diplomatie marocaine, surfant sur les déclarations du Conseil de transition libyen accusant Alger d’alimenter les forces de Kadhafi en armes et mercenaires, s’est payé une tribune à Washington par l’entremise d’une plume lobbyiste en son nom pour reprendre ces mêmes accusations. Rabat, dont les inimitiés avec Alger sont plus fortes que son désir d’apaisement dans l’espoir de voir les frontières entre les deux pays se rouvrir, a profité de cette occasion pour rebondir sur la question et frapper de suspicion internationale les relations qu’entretiennent l’Algérie et le Polisario, sous le couvert de la sacro-sainte priorité de la lutte antiterroriste. Ce qui a fait dire au Premier ministre, Ahmed Ouyahia, que ce n’est pas avec ce genre d’initiatives qu’on assistera à une réouverture des frontières, une réouverture vivement souhaitée et conseillée par Paris. L’autre dossier polémique entre Alger et Rabat est celui du Sahara Occidental où, là aussi, la France a pris position.

Interrogé à propos de la position de Paris sur le Sahara Occidental, M. Juppé, tout en se félicitant de la volonté de contact entre Alger et Rabat malgré ce problème, a veillé à rappeler les fondamentaux français qui consacrent la médiation américaine et le travail de l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara Occidental, Christopher Ross, comme base d’une solution dans la voie d’une reconnaissance du peuple sahraoui, soit sous la forme d’une autonomie, un plan préconisé par le Maroc, rappelons-le, soit sous la forme de l’indépendance.

Tags: Algérie Maroc

Source : Le Quotidien d'Oran

11 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

12 commentaires

  • Il est temps de faire comme les grands qui écoutent leurs peuples.

    Répondre à ce message

  • Trop de mefiance tue la mefiance !

    Répondre à ce message

  • Le problème des frontières sahariennes est une bombe à retardement entre les deux pays. A la légitimité historique du Maroc sur les confins sahariens s’oppose le principe institué par l’ex-OUA (dont le Maroc était membre fondateur, mais qui a posé ses réserves sur ce passage) de l’intangibilité des frontières héritées du colonialisme. Principe qui a grandement profité à l’Algérie et particulièrement nui au Maroc.

    Seule échappatoire possible à une confrontation directe entre les deux pays un jour ou l’autre, la suppression de ses frontières héritées des colons occidentaux et intégration d’un ensemble maghrébin unique où tous vivront en paix avec le même passeport et pèseront sur l’économie et donc la diplomatie mondiale de manière beaucoup plus efficace.

    Répondre à ce message

    • evidement c est possible, l europe a bien un seul passeport, cela n empeche pas les Belges d etre belges etc... il est evident que l Europe est dans une evolution lente vers l integration generale à cause des differences entre les anciennes nations. L’ancienne identité est trop forte avec les anciens nationnalismes. Au Maghreb il aurait ete plus facile et il reste encore relativement facile de former une nation comparable aux etats unis d Amerique. Ceux ci d ailleurs s’hispanisent de plus en plus ce qui laisse présager une amerique des ameriques de l extreme Nord à l extreme Sud. Le Maghreb lui serait plus realisable dans le sens EST OUEST. SUIVRE EN suite 2.....

      Répondre à ce message

  • Un exemple de sujet qui fache "4 - 0" :DD

    Répondre à ce message

  • .... suiste de 1
    Si les Nations savent laisser des regions se former tout en etant sous la baniere de la nation. Ainsi aujourd hui on serait Maghrebins et Marocains, puis Maghrebins et amazigh ou Maghebin et arbis ou nomades ou juifs ou Gnaouas je ne dis pas Sahraouis encore parce que cela engloberait une bonne partie de l Algerie et une autre du Maroc il y aurait les Maghrebins Touaregs ...... les uns iraient vivre sous la banniere du Roi du Maroc et de son premier ministre, d autres sous la banniere d’un président ou d un autre qui n’ont pas encore revu leurs satuts evoluant vers la democratie. Voilà un peu de bon sens ! non ???

    Répondre à ce message

  • Je pense que la diplomatie algérienne est restée figée dans les années 60 et 70. Le monde a tellement changé et même le mur de Berlin a chuté et l’Algérie reste attachée au discours révolutionnaire révolu. La tendance internationale est aux regroupements régionaux. Personnellement, je n’ai jamais compris pourquoi la politique algérienne envers le Maroc se construit sur des émotions sans vision long terme. Une politique qui se dit avec le droit des peuples à l’autodétermination et qui la viole chez-elle au quotidien. Au Maroc, l’élite politique a tellement changé depuis l’indépendance. Je crois que pour que les choses changent, on doit attendre que la vielle garde algérienne parte et se fait remplacer par du sang nouveau.

    Répondre à ce message

  • Les marocains souhaitent le rapprochement avec l’Algérie et le Maghreb uni mais sans perdre un grain de sable.
    Nous avons lutter avec l’Algérie pour son indépendance sans perdre son sahara.
    Le Maroc ne demande aucun soutien moral ou physique de l’Algérie mais un esprit de comprhésion et sans haine.
    Les marocains aiment et respectent les algériens et avec le temps les frontières seront ouvertes et même supprimées.

    Répondre à ce message

  • Quel bel esprit critique sur ce site !!! ou blog ou je ne sais plus quoi ! ce n’est pas la première fois que je lis un sujet concernant les relations enter l’Algérie et le Maroc et (presque ?)toujours la même source : le quotidien d’Oran...
    L’auteur peut t il ou a t il la capacité de faire une synthèse de plusieurs sources ? A priori non, puisque généralement tout journaliste analyste algérien qui se penche sur les relations algéro-marocaines perd tout sens de la réalité, et devient porte-parole des boutef et consorts...
    Un peu de sérieux quand même !
    allez sans haine, puisque ça nous fait sourire ces "articles
    un marocain qui n’ en a que faire de l’ouverture des frontières...

    Répondre à ce message

  • j’aime le maroc et j’aime l’algérie et alors.il est le problème ???

    Répondre à ce message

  • Le musulman est le frere du musulman ne l’oublion pas.

    Répondre à ce message

  • Chers tous

    les deux peuples ne demandent rien d’autre que le respect mutuel et le bon voisinage, nous avons les meme aspirations et les mêmes reves.
    je constate seulement que le temps s’est arreté en Algerie depuis des dizaines années sachez que lorsque le président Bouteflika oeuvrait en politique le roi du Maroc n’était pas encore né, c’est dire l’ecart générationnel entre les gouvernants, les uns sont à la page (encore à parfaire evidemment) les autres sont encore dans le discours révolutionnaire et vindicatif d’un autre age
    imaginer si en 2012 De gaulle serait encore au pouvoir c’est le cas en Algérie Bouteflika etait dans les serails depuis l’epoque de de gaulle.
    vous savez quel nom porte la frontière fermée : zouj bghal

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir