mardi 11 décembre 2018 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Les spécialistes de la Santé critiquent leur régime indemnitaire

22 juin 2011

Le président du syndicat na tional des praticiens spécia listes de la Santé publique (SNPSSP) Mohamed Yousfi, a exprimé hier, lors d’une conférence de presse tenue à Alger, l’insatisfaction de sa corporation du nouveau régime indemnitaire publié dans le Journal Officiel.

Pour Mohamed Yousfi, ce nouveau régime indemnitaire est loin de satisfaire les revendications des praticiens spécialistes de la Santé. Ses arguments reposent sur le fait que le pourcentage des primes est limité à 50 et 70%, alors que le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbès avait promis le double du salaire « un régime indemnitaire indexé sur la classification valorisée grâce à une augmentation à hauteur de 100% », dira l’orateur.

Le deuxième point qui fâche, selon Yousfi, c’est l’octroi d’une nouvelle prime, celle de performance et la suppression de la prime d’intéressement. Et le troisième point noir est la non harmonisation entre les grades « les pourcentages entre les 1er et le 2ème grades sont presque identiques, idem pour les 2ème et le 3ème grades, ce qui ne permet pas une progression », affirme le président du SNPSSP.

Pour Mohamed Yousfi, cette harmonisation ne peut être garantie que par l’amendement du statut particulier de la profession. Le président du SNPSSP est revenu sur la revendication en suspens qui concerne le service civil des médecins. Il a affirmé que son syndicat a, depuis dix ans, proposé des solutions pour le service civil, mais aucune suite n’a été donné à cette question  ». Le SNSSP a, aussi, formulé des revendications politiques à travers sa contribution au débat sur les réformes politiques, en participant aux 1ers Etats généraux de la société civile et sa participation aux audiences de la commission Bensalah.

Le syndicat des spécialistes de la Santé revendique l’application effective des lois consacrant le pluralisme syndical, ainsi que le respect de toutes les conventions ratifiées et signées par l’Algérie, dans le domaine du travail. Il exige en outre, une vraie concertation, sans exclusion, avec les partenaires sociaux sur tous les problèmes concernant le travail. Le SNPSSP demande la participation des syndicats autonomes aux bipartites et tripartites. Concernant le secteur de la Santé, le SNPSSP propose l’ouverture d’un débat national sur la santé pour définir la politique nationale de santé publique et entamer, de ce fait, la révision de la loi sanitaire. Le syndicat a en outre, demandé la mise en place d’un gouvernement d’union nationale qui sera dirigé par une personnalité indépendante, faisant consensus et non candidate à aucune élection en perspective. Un gouvernement qui aura pour mission, selon le SNPSSP, la révision profonde de la Constitution, avec la limitation du nombre de mandats présidentiels et la consécration de la séparation des pouvoirs législatif, exécutif, et judiciaire. Et que cette révision de la Constitution sera soumise à référendum. Le syndicat exige en outre, la révision de la loi électorale, l’organisation d’élections locales, parlementaires et présidentielles anticipées, sous contrôle d’observateurs nationaux et internationaux.

Tags: Algérie Santé Médecin

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir