lundi 11 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Permis à points en Algérie : Les barèmes connus prochainement

4 juin 2011
Permis à points en Algérie : Les barèmes connus (...)

Terrorisme routier, hécatombe, cimetière sur quatre roues, tous les adjectifs peinent à traduire la réalité de nos routes qui font chaque année quelque 3.500 morts, en moyenne.

Des statistiques que même le durcissement du code de la route, décidé en 2009, en consacrant le principe de rétention du permis de conduire et en révisant à la hausse les paliers d’amendes forfaitaires n’a pas pu revoir suffisamment à la baisse et qui continue d’inquiéter les plus hautes sphères de décision.

Ainsi, le fameux permis à points qu’on avait annoncé en grandes pompes, en juillet 2009, et qui devait permettre à l’Algérie du volant de se rapprocher de ce qui se fait au niveau des autres pays développés, ne sera présenté que prochainement au gouvernement, selon Amar Tou. Sa mise en place a été retardée par l’absence d’un fichier national de permis de conduire. Le ministre des Transports a annoncé jeudi passé, au cours d’une séance de questions orales au Conseil de la nation, que le projet de décret portant application du permis à points est finalisé. Ce projet, estiment ses concepteurs, permettra de juguler le nombre d’accidents de la route, en hausse par rapport à l’année dernière, selon le bilan de la gendarmerie nationale. 758 personnes sont mortes et 8.412 autres ont été blessées dans 4.906 accidents de la circulation survenus à travers le territoire national durant les trois premiers mois de l’année en cours. Par rapport au premier trimestre 2010, le nombre de décès a augmenté de 143 (+23,25%), celui des blessés de 2.138 (+34,08%) et celui des accidents de 1.248 (+34,12%).

Ces chiffres battent en brèche la volonté des pouvoirs publics à endiguer un véritable fléau qui endeuille, bon an, mal an, des milliers de familles algériennes et coûte au Trésor quelque un million d’euros annuellement. M. Tou a exprimé toute sa crainte de voir le nombre de victimes, enregistré cette année, atteindre le seuil de 2009 avec quelque 3.800 morts sur les différentes routes d’Algérie.

Pour rappel, chaque année, 3.000 personnes viennent grossir les rangs des handicapés victimes d’accidents de la circulation. Le permis à points, inspiré de ce qui se fait en Europe, permettra de retirer au conducteur un point à chaque infraction sachant que le titulaire d’un permis de conduire obtenu il y a plus de deux ans, est crédité d’un capital initial de 16 points et 8 points pour les personnes ayant un permis probatoire. Si un conducteur n’a pas épuisé tous ses points, il pourrait, à la faveur d’un stage de sensibilisation dans une école spécialisée, reconstituer un certain nombre de points. A l’épuisement de tous les points, l’intéressé sera suspendu et sera interdit de passer son examen pour l’obtention du permis de conduire pendant un délai de six mois. Après six mois, il passera à nouveau l’examen pour l’obtention du permis de conduire. Cette mesure est également assujettie aux examens médicaux qu’il doit subir au préalable.

Le retrait des points sera alors selon la gravité de l’infraction. Il y a quatre catégories d’infractions pour les délits plus graves et dont le barème sera publié sur le journal officiel après l’adoption du projet soumis par le ministère des Transports. Le retrait de points serait pourtant proportionnel à l’infraction commise. On pourrait même aller jusqu’au retrait de trois ou quatre points par infraction et un ou deux points pour les petites infractions. Les infractions qui mènent vers un retrait de quatre ans concernent notamment la conduite en état d’ivresse ayant occasionné des blessés ou des morts. Par ailleurs, et abordant l’épineux dossier des plans de circulation dont l’inadéquation étouffe littéralement les grandes villes algériennes, le ministre des Transports a indiqué que 50 plans de circulation étaient en gestation pour moderniser le transport en milieu urbain.

« Nous comptons arriver, à moyen terme, à l’élaboration de 50 plans de circulation dans les plus grandes villes d’Algérie avec une particularité qui sera accordée pour Alger, Oran et Constantine », a précisé Amar Tou qui a ajouté que l’Agence spatiale algérienne (ASAL) est chargée de la réalisation des cartes de ces agglomérations, celle de la ville d’Oran étant achevée, celles d’Alger et de Constantine sont en cours de réalisation.

Tags: Algérie Permis à points

Source : Le Quotidien d'Oran

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • Permis à points en Algérie 1 par Aliwette 5 juin 2011 21:43

    Salam !
    moi je crois qu’il faut commencer par
    1-la délivrance de la carte d’immatriculation d’un véhicule sur place et ne plus attendre 1 an.
    2-remise en état de nos route (Bistes comme il dit Mr Aliouette) qui sont la cause de 50% des accidents, marquage au sol par une entreprise qualifier dans le domaine, et non pas par un fabricant de ZLABIA.
    3-installer des radars fixe dans des zones dangereuses.
    4-former la police et la gendarmerie qui sont eux aussi la cause de beaucoup d’accidents y compris mortel malheureusement.

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir