jeudi 14 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Shanghai : SOS de marins algériens

24 mai 2011

Dans une lettre adressée à notre rédaction, l’équipage du navire « Nedroma » lance un SOS à l’adresse des responsables du secteur du transport maritime et en particulier ceux du groupe CNAN, partenaire d’un armateur jordanien.

Le navire a été affrété à la Sekur Holding de nationalité grecque. Les 18 membres algériens de cet équipage relatent leur calvaire qui a commencé en septembre 2010 lorsqu’ils ont regagné le navire en Malaisie en compagnie du reste du personnel, à savoir 4 Ukrainiens et 11 Philippins.

Une fois en mer, les membres de l’équipage n’ont pas perçu leurs salaires au bout du premier mois et les démarches entreprises auprès de leur employeur n’ont abouti que sur une simple promesse de perception de leurs dus au bout du second mois d’exercice. De port en port et au bout du second mois, la promesse n’a pas été tenue et la réponse des responsables de la Sekur Holding n’a pas changé d’un iota et les marins ont espéré avoir enfin leurs salaires, espérant que cette fois l’engament sera tenu. Cependant, au bout de 6 mois, les marins algériens sont restés sans salaires. Et le drame est que le contrat de travail les liant avec le groupe CNAN venait d’expirer.

Aujourd’hui, ils sont à leur 8ème mois et les salaires ne sont pas encore versés. Le drame de ce personnel navigant est que le navire a accosté au port chinois de Shanghai pour des travaux d’entretien et les contacts avec l’armateur jordanien n’ont pas abouti. La réponse de ce dernier est surprenante  : « Vous avez patienté 6 mois, alors patientez encore ». Leurs déboires continuent en apprenant tout récemment que leur employeur, le grec Sekur, a versé 50.000 dollars au titre des salaires de l’équipage et que cette somme a été détournée par un employé de cet opérateur qui une fois à bord aurait versé les salaires des 4 Ukrainiens, avant de disparaître dans la nature depuis 15 jours.

Comme réaction à cette arnaque, les membres de l’équipage algérien ont décidé d’observer une grève et la reprise est conditionnée par le versement de leurs arriérés de salaires. De ce fait, ils se retrouvent dans une situation humanitaire difficile et ils soulignent qu’ils sont devenus otages de ce navire comme le sont leurs collègues du « Blida » entre les mains des pirates somaliens. Ils s’interrogent sur la nature de ce partenariat avec des armateurs qui n’ont d’armateur que l’appellation et qui font fi de toutes les clauses du contrat passé avec la partie algérienne.

Tags: Algérie

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir