mercredi 23 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Louiza Hanoune : Des élections avant la constitution

24 mai 2011
Louiza Hanoune : Des élections avant la constitution

La secrétaire générale du parti des travailleurs (PT) réclame des élections législatives anticipées qui donneront naissance à un parlement « légitime » capable alors de voter la révision de la Constitution suivie de celle de l’ensemble des lois politiques.

Simple omission, tactique politi que ou changement d’avis, Louisa Hanoune n’a pas mis hier, en avant, la nécessité d’aller vers une Constituante comme elle l’a toujours fait depuis que les vents des changements politiques ont atteint l’Algérie. Hier, à sa sortie de sa séance de consultation avec la Commission Bensalah, la responsable du PT n’en a pas du tout parlé. Bien qu’elle ait rappelé à la presse sa préférence pour un régime parlementaire, elle ne l’a pas conditionné par la nécessité d’aller vers une assemblée constituante, « seule capable de lancer le débat autour de la révision de la Constitution  » comme elle le soutenait depuis le début de l’année et jusqu’à il y a moins d’une semaine. Cette revendication l’avait pour rappel, étroitement rapprochée du FFS de Aït Ahmed qui lui, en a toujours fait sa priorité première. Connue pour opérer les réajustements qu’il faut dans ses positions politiques à chaque fois que « la nécessité » lui est exprimée, la SG du PT a dû certainement changer d’optique en troquant l’idée d’une assemblée constituante -rejetée catégoriquement par le pouvoir- contre une prise en charge convenable du reste de ses revendications.

Accompagnée de quelques membres du bureau politique de son parti, Hanoune a déclaré hier après une bonne heure et demie de discussion avec les membres de la commission nationale de consultations que « nous avons exprimé notre avis sur les réformes en toute liberté et d’une manière intransigeante parce que nous estimons que ces réformes sont impératives à partir du moment que notre pays a recouvré la paix et se dirige vers l’édification. » Elle tient au terme « réformes » au lieu de « changement  » parce qu’a-t-elle expliqué, « on ne démarre pas du néant, on doit réactiver les droits et libertés consacrés déjà par la Constitution et ajouter celles qui manquent. »

LES 7 POINTS CARDINAUX DU PT

Hanoune remonte à 2006 pour noter que « depuis que le président de la République a décidé de réviser la Constitution, nous avions estimé qu’il fallait y consacrer l’indépendance de la justice, les libertés individuelles et collectives du peuple, les moyens de résoudre les problèmes comme celui relatif à la préservation de la propriété privée, la protection des droits de l’Homme, les droits des générations futures, les garanties pour assurer un bien-être social au peuple(…) ceci en exposant tous les aspects politiques, économiques et sociaux des problèmes.  » Elle estime que le tout doit reposer sur un régime parlementaire parce que dit-elle « il assure et garantit la véritable légitimité. » Il permet selon elle, de mettre en place « les mécanismes législatifs nécessaires pour contrôler le pouvoir exécutif (le gouvernement) et pour tout arbitrage. » Mais le système que Hanoune défend ne peut être instauré que « si l’agenda des réformes démarre de la révision la Constitution avant toute chose. » Elle lâchera quelques idées sur sa conception de la révision en question en indiquant entre autres que « nous demandons à ce que les prérogatives des élus soient élargies, qu’il y ait création d’un secrétariat d’Etat chargé de la promotion de tamazight, un autre chargé des droits de l’homme et de la citoyenneté et un troisième pour s’occuper des catégories défavorisées. » La patronne du PT a par ailleurs souligné que « le moment est venu pour l’abrogation de la condamnation à mort (une disposition gelée depuis 1993), parce que nous soutenons que les sociétés modernes ne doivent pas faire dans la vengeance. »

Hanoune comptera en tout et pour tout, sept (07) points sur lesquels elle a mis l’accent au titre de sa contribution dans les réformes politiques décidées par le président de la République. « La révision de la Constitution doit consacrer l’indépendance de la justice et les règles démocratiques parce que toute réforme politique doit assurer la démocratisation du système politique, des institutions de l’Etat et de la vie du peuple. La révision de la loi électorale doit permettre aux partis et non à l’administration d’assurer la surveillance des élections dès l’annonce des candidatures jusqu’à celle des résultats du scrutin, parce que l’administration ne peut pas être impartiale. Il faut que les mandats des élus soient respectés et ne doivent pas être annulés. Il ne faut pas permettre qu’il y ait un rapport entre le mandat législatif et les affaires d’argent (…).

« NOUS INSISTONS SUR DES ÉLECTIONS ANTICIPÉES AVANT LA FIN 2011 »

Il faut permettre la création de nouveaux partis politiques parce que les causes qui ne le permettaient pas ont disparues avec le retour de la paix. C’est le peuple qui décidera si un parti est bon ou mauvais selon le programme qu’il présente. Il faut aussi permettre la naissance de nouvelles associations. Nous sommes contre le système de quota pour les femmes, on estime que c’est superficiel comme droit. On doit régler les choses dans le fond en revoyant les lois scélérates, le code de la famille, en assurant les libertés aux femmes pour qu’elles puissent faire leurs choix politiques librement, sans pression ou chantage au sein des partis.

Le projet de loi sur les assemblées de wilaya qui a été remis au gouvernement change toute la nature de l’Etat. Nous disons alors que c’est dans la Constitution qu’il faudra mettre les règles d’élection et d’institution de ces assemblées. Pour ce qui est du code de l’information, dépénaliser le délit de presse ne suffit pas à lui seul, il faut revoir d’autre dispositions, il faut libérer le secteur de la presse des pressions et assurer la protection des journalistes dans l’exercice de leur métier et leur assurer les conditions sociales. » Louisa Hanoune précise que « nous avons remis des écrits aux membres de la Commission de consultations sur l’ensemble des textes de loi à réviser y compris sur la Constitution. » Mais ajoute-t-elle « nous avons un problème avec l’agenda. » Elle explique « nous sommes d’accord avec le président de la République pour la révision de la Constitution mais il ne faut pas qu’elle soit votée par l’assemblée actuelle parce qu’elle n’est pas crédible ni légitime. » Elle fait savoir que « nous avons la même réserve pour la révision des autres textes de lois, c’est une problématique qui doit être réglée pour assurer un bon départ aux réformes politiques. » Au même titre que Boujderra Soltani du MSP, Hanoune considère que « la Constitution est le socle pour toute réforme, c’est la mère des lois. Elle permet de procéder à la révision de toutes les autres lois. Elle doit donc être votée par un parlement légitime. » La SG du PT réitère encore une fois sa demande d’élections législatives anticipées. « Nous insistons sur la tenue d’élections législatives anticipées avant la fin 2011, » a-t-elle affirmé. Ceci permettra selon elle « d’élire un vrai parlement, nous n’avons pas besoin de référendum. » Elle demande alors « d’élargir le débat au peuple parce que ces consultations ne suffisent pas. » Elle estime que « c’est la seule manière qui garantira au pays un parlement crédible et légitime qui pourra démocratiser le système politique de l’intérieur. » Hanoune déclare avoir « confiance pour que nos points de vues et nos propositions soient remises à celui qui décide. Les écrits facilitent le travail à ceux qui sont chargés de ces consultations. »

Aujourd’hui, la Commission Bensalah reçoit dans la matinée Abdelkader Merbah, président du Rassemblement populaire républicain (RPR) et dans l’après-midi, Farouk Ksentini, président de la Commission consultative nationale pour la promotion et la défense des droits de l’Homme (CCNPPDH) ainsi que Abderahmane Akif, secrétaire général du mouvement national pour la nature et le développement (MNND).

Tags: Elections Louisa Hanoune Constitution

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir