mardi 22 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Algérie : Ould Abbès annonce une reprise, les résidents veulent consulter la base

12 mai 2011
Algérie : Ould Abbès annonce une reprise, les résidents (...)

Les résidents et les étudiants en médecine, chirurgie-dentaire et pharmacie ont observé, hier, un sit-in de protestation à l’intérieur du Centre hospitalo-universitaire (CHU) Mustapha Pacha à Alger pour exiger « la satisfaction effective de toutes leurs revendications ».

La manifestation des blouses blanches a été émaillée de quelques blessés légers parmi les étudiants dans des escarmouches avec la police près du CHU Mustapha Bacha à Alger. « Nous étions près de 3.000 manifestants et il y a eu des blessés légers parmi les étudiants  », nous a affirmé le Dr Amine Benhabib, porte-parole du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra). Dès les premières heures de la matinée, la police antiémeute s’est positionnée aux alentours du CHU, mais aussi à proximité de la Présidence de la République. Les étudiants ainsi que les résidents se sont massés devant le CHU. La manifestation s’est déroulée sous tension. Pour tenter d’apaiser la situation, le ministère de la Santé a rendu public un communiqué s’engageant cette fois-ci par écrit à satisfaire les doléances des protestataires. « Nous prenons acte de ce communiqué. Nous allons prendre le temps qu’il faut pour consulter la base qui décidera des suites à donner à la protestation », nous explique le Dr Benhabib.

Pour sa part, le ministre de la Santé a affirmé, hier, en marge de l’installation officielle de la commission mixte des ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur scientifique et des représentants de « l’instance autonome des médecins résidents algériens  », chargée d’ »enrichir et d’actualiser » le statut des médecins résidents, que « les médecins résidents ont décidé de reprendre le travail la semaine prochaine », soulignant leur « satisfaction » à l’égard du contenu du communiqué officiel du secteur concernant leurs revendications. Il a indiqué que la plupart des hôpitaux avaient confirmé la reprise des médecins résidents à partir de dimanche prochain. En grève illimitée depuis le 7 mars dernier, les résidents avaient déjà observé, il y a deux jours, un sit-in à l’hôpital Maillot, à Bab El-Oued, à Alger, après une rencontre la veille de leur collectif avec le ministre de la Santé. A l’issue de cette réunion, les résidents avaient notamment reproché au ministre de la Santé de se de formuler des promesses verbales. « Nous voulons du concret », avait scandé la foule qui manifestait à Bab El-Oued. Au lendemain de cette réunion avec le ministre, des assemblées générales sont en train de se tenir à travers les wilayas pour décider des suites à réserver à la contestation. Une chose est sûre : les résidents affichent un scepticisme mesuré et attendent que le ministre concrétise ses promesses qu’il s’est engagé à tenir « avant le 30 juin prochain ».

Après plus de deux mois de grève, le ministre a promis de répondre à quelque-unes des revendications des résidents. Ces promesses ont trait à la signature d’un nouveau statut du résident. Le ministre avait également appelé les résidents à siéger dans une commission qui sera mise en place et qui sera composée des représentants des ministères de la Santé, de l’Enseignement supérieur, des Finances et de la direction de la Fonction publique. Ould Abbès a promis une augmentation du présalaire de 70 % à 110% et s’est aussi engagé à indexer le régime indemnitaire des résidents sur celui des spécialistes. Plusieurs primes ont été promises par le ministère. C’est le cas notamment de la prime de contagion, majorée à 3.000 DA, et de l’indemnité de garde qui progresse pour s’établir à 2.000 DA. Le ministre a suggéré de mettre en place une commission qui se chargera, notamment, de proposer une solution idoine au problème crucial du service civil. Les résidents avaient menacé de « démissionner collectivement  » si leurs revendications « ne sont pas toutes satisfaites  ». La suppression du service civil, qui les contraint à exercer dans des zones reculées du pays durant deux ou quatre ans au terme de leur spécialisation à l’hôpital, est une revendication frappée du seau de « scellée et non négociable  » par les résidents. Le ministre avait avoué que l’abrogation du caractère obligatoire du service civil ne relevait pas de ses prérogatives. Sur le plan pédagogique, les examens qui étaient programmés en juin ont été ajournés au mois de septembre prochain, vu que la grève a fortement perturbé le programme.

Tags: Algérie Grève Médecin

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir