mercredi 23 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

La Libye, la Palestine, les Arabes et les autres

19 avril 2011
La Libye, la Palestine, les Arabes et les autres

Se battre pour libérer la Palestine de l’occupation sioniste exclut-il le devoir d’aider la Libye d’être libre et démocratique ? Faut-il se taire sur la responsabilité des régimes arabes dans l’enfer que vivent les Palestiniens depuis 63 ans ?

Les bombardements de l’Otan contre les forces armées loya listes au colonel Kadhafi soulèvent, chez une partie de l’opinion publique arabe, des interrogations quant au but réel de ces attaques. Interrogations légitimes, tant les exemples irakien et afghan ne plaident pas, dix ans après l’intervention des coalisés et de l’Otan, en faveur de la paix et de la démocratie. Circonstances aggravantes pour les Occidentaux : l’enfer vécu par les Palestiniens, notamment ceux de Ghaza, depuis 63 ans. Pourquoi les Occidentaux n’appliquent pas le même traitement à l’Etat d’Israël qui occupe, tue, assassine et bombarde les civils palestiniens depuis des lustres ? Pourquoi la « Communauté internationale » ne force-t-elle pas la mise en application des résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu condamnant Israël  ? De 1967 à nos jours, pas moins de 17 résolutions du Conseil de sécurité et des dizaines de condamnations (plus de 110 depuis 1948) demeurent lettre morte ! C’est donc à raison que l’opinion arabe et internationale s’interroge pour le cas libyen et conclut qu’il y a deux poids et deux mesures dans l’application de la justice et du droit international. Cela confirme le travail et le poids des lobbies sionistes dans les instances internationales, en particulier dans celles de l’Onu. La complicité du pouvoir politique américain avec celui d’Israël est du domaine public.

Malheureusement ce ne sont pas les seules raisons à l’impunité d’Israël dans sa colonisation de la Palestine et l’oppression des Palestiniens. Il y a aussi les lâchetés des pays arabes, surtout ceux voisins d’Israël, qui s’apparentent à de la complicité. Lorsque des voisins immédiats de l’Etat hébreu, tels l’Egypte et la Jordanie signent des accords de paix dans les conditions que l’on sait avec Israël, ils se condamnent à ne pas réagir face aux agressions israéliennes en Palestine. Lorsque les riches monarchies du Golfe se classent loin derrière l’Europe dans l’aide financière aux Palestiniens, elles ne peuvent peser dans les instances internationales pour appliquer la justice en Palestine. Et quand bien d’autres Etats arabes comme le Maroc, le Qatar ou le Koweït entretiennent des relations cordiales avec l’Etat hébreu, on ne peut parler de l’unité arabe. Faut-il rappeler que lors des bombardements meurtriers contre Ghaza l’hiver 2008-2009, l’Egypte de Moubarak avait fermé sa frontière avec Ghaza et repoussé sous les obus israéliens les civils palestiniens qui fuyaient ? Que l’Egypte avait entrepris la construction sur sa frontière d’un « mur » en acier et béton ? Faut-il rappeler septembre noir de l’année 1970 et le massacre des Palestiniens par l’armée jordanienne ? Et l’autre septembre, celui de l’année 1982, à Sabra et Chatila par les milices chrétiennes libanaises aidées de l’armée israélienne ? Les faits qui démontrent de l’abandon de la question palestinienne par les régimes politiques arabes sont, hélas, nombreux. La genèse du conflit israélo-palestinien nous donne une leçon capitale : ce n’est pas Israël qui est très fort, mais ce sont les régimes politiques arabes qui sont faibles. C’est une grosse différence. Et cela continue puisque les Palestiniens, eux-mêmes, sont divisés entre deux clans ennemis : le Hamas à Ghaza et l’Autorité palestinienne en Cisjordanie.

Quant au cas libyen, n’oublions pas qu’à l’exception de l’Algérie et de la Syrie, les Etats de la Ligue arabe ont voté l’intervention militaire dans le ciel libyen. Le colonel Kadhafi crie à la trahison arabe, lui qui ne voulait pas d’un Etat palestinien et proposait un seul Etat nommé « Isratine » (Confer. ses discours devant la Ligue arabe). Etrange rappel de l’histoire au colonel Kadhafi. Aujourd’hui la Libye est en danger de survie en tant que nation unifiée. Pourtant l’évidence s’impose d’elle-même : Kadhafi est condamné à abandonner le pouvoir s’il veut sauver l’unité de la nation libyenne et lui éviter d’autres massacres. Le Tunisien Ben Ali et l’Egyptien Moubarak l’ont fait. Kadhafi sait qu’il est partant et continue à bombarder « son » peuple.

Dans ces circonstances, faut-il continuer à dénoncer les attaques de l’Otan et faire le parallèle avec la question palestinienne ? Bien sûr, pour rappeler justement la politique des deux poids, deux mesures de la communauté internationale. En revanche, dénoncer les attaques de l’Otan et se taire sur les massacres perpétrés par Kadhafi contre son peuple en raison de l’impunité d’Israël en Palestine est une deuxième injustice. On ne justifie pas une injustice par une autre. Oui, il faut dénoncer et plus, se battre sur les plans politiques, diplomatiques et sur le terrain s’il le faut pour amener l’Etat d’Israël à se conformer aux résolutions du Conseil de sécurité. Mais il faut aussi, au nom de la justice, dénoncer le régime tyrannique de Kadhafi. Ce dernier joue le sentiment sincère des peuples arabes pour la cause palestinienne pour apparaître comme l’autre victime du sionisme et de l’Occident.

S’il y a lieu à une comparaison entre la question palestinienne et celle libyenne, elle porte sur l’état dans lequel se trouvent et vivent les populations des deux pays. Aux Palestiniens la violence et l’oppression de l’Etat raciste d’Israël ; aux Libyens la tyrannie et la violence du régime politique de Kadhafi. Plus vite la liberté et la démocratie s’installeront en Libye, en Egypte, en Tunisie, en Syrie, en Jordanie et dans le reste du monde arabe, plus vite les chances de l’édification d’un Etat palestinien libre et démocratique sont grandes. Le Conseil de sécurité et l’Otan n’auront plus de raisons à évoquer pour « libérer » des peuples libres, vivant dans des Etats où la justice et la dignité ne sont pas des chimères. Dans le monde d’aujourd’hui, la ligne de partage entre les amis et les adversaires et ennemis, entre le bien et le mal n’est pas l’appartenance à la même ethnie, famille ou religion ; la ligne de partage est la capacité et la volonté sincère d’adopter et de faire respecter les droits humains qui englobent le droit à la liberté d’opinion, à l’égalité des sexes, à une justice égale pour tous, au travail, au respect, à la protection sociale, à la dignité, au bonheur. En somme, tout ce qu’a conquis l’homme dans sa longue marche vers la sa libération. C’est le sens de la civilisation humaine.

Tags: Libye Tunisie Palestine Emirats Arabes Unis

Source : Le Quotidien d'Oran

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • Vain mot que la démocratie... Désolé mais je ne vois nullement de démocratie (à 100%) dans le monde entier actuel. Partout des massacres, des injustices, des laissers pour compte, des brimades, des opprimés, j’en passe et des meilleures. La loi du plus fort prédomine principalement au niveau de certains états (démocratie déguisée en frolant la dictature). Inventons un autre modèle propre à chaqu’un. Un EDEN sur cette terre, OU ?

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir