lundi 23 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Algérie : Les médecins résidents entament leur quatrième semaine de grève

18 avril 2011

Les médecins résidents entament leur 22e jour de grève sur fond de crise. Les négociations avec leur ministère de tutelle semblent dans l’impasse. Pire, les choses se compliquent davantage avec la fiche de vœux instaurée dernièrement par le département de Djamel Ould-Abbès pour l’affectation des nouveaux diplômés dans le cadre du service civil obligatoire.

« On ne le répètera jamais assez : nous rejetons le service civile obligatoire en bloc, et nous proposons à la place l’ouverture de postes budgétaires », déclare le docteur Omar Mohamed Sahnoun, l’un des porte-parole du Collectif des médecins résidents algériens. « Cette fiche de vœux destinée aux nouveaux médecins et pharmaciens spécialistes de la santé publique est, le moins qu’on puisse dire, opaque », dénonce ce jeune résident gréviste qui exerce à l’hôpital des urgences médico-chirurgicales Salim Zemirli. « Mis à part le nom de la wilaya, dans ces fiches, le ministère ne motionne ni la spécialité ni le poste », a-t-il relevé.

Il a expliqué que d’habitude, les affectations des nouveaux médecins spécialistes se faisaient en séance plénière et par ordre de mérite. Et de rappeler : « Les résidents exigent l’ouverture de postes budgétaires avec un salaire motivant et un plateau technique adéquat à la place du service civil. » Le service civil oblige les nouveaux médecins spécialistes à exercer, pendant un temps déterminé, dans des zones isolées ou déshéritées, généralement dépourvues de praticiens spécialistes. Ce service s’étend à une année pour les nouveaux médecins spécialistes affectés dans les wilayas du Sud, deux ans pour ceux qui doivent exercer dans les Hauts Plateaux et 4 ans pour ceux qui sont désignés pour exercer dans les régions du Nord.

Selon les médecins résidents interrogés, l’ouverture des postes budgétaires réglera, une bonne fois pour toutes, le déficit dans les zones reculées en matière de médecins spécialistes et d’infrastructures, car cela permettra la création de postes d’emploi durables. Outre l’abrogation du service civil, les médecins résidents, en grève illimitée depuis le 28 mars dernier, réclament la révision de leur statut actuel, un relèvement des salaires, l’instauration d’une prime de contagion, la validation des formations spécialisées nationales et internationales effectuées par les résidents au cours de leur cursus.

Z. M.

Tags: Algérie Grève Médecin

Source :

2 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

2 commentaires


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir