vendredi 20 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Il a présidé la cérémonie d’ouverture de « Tlemcen, capitale de la culture islamique »

Algérie : Bouteflika prône la mondialisation de la culture musulmane

18 avril 2011
Algérie : Bouteflika prône la mondialisation de la (...)

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a affirmé que les musulmans sont « adeptes du dialogue, de l’échange et du partage entre les cultures », conformément au message du Saint Coran,

soulignant la nécessité pour les musulmans de relever le défi de l’adaptation de leur culture à la mondialisation, mais sans pour autant « rien renier de notre foi, de nos convictions, de nos façons d’être…  », a-t-il dit.

C’est à un véritable plaidoyer en faveur de l’islam et de la culture islamique que le président Bouteflika s’est adonné lors de son discours prononcé avant-hier à Tlemcen à l’occasion de l’ouverture de la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture islamique ». « Nous (les Musulmans, NDLR) croyons en l’unité de l’humanité, car si les cultures sont nombreuses, diverses, variées et toutes aussi respectables les unes que les autres, il n’en demeure pas moins qu’il n’existe pas une civilisation au monde qui englobe toutes ces cultures », a relevé M. Bouteflika devant une assistance nombreuse parmi laquelle se trouvaient les représentants officiels de 41 pays, dont plusieurs ne sont pas musulmans.

« Nous sommes adeptes du dialogue, de l’échange et du partage entre les cultures, car c’est à cela que nous convie le message adressé à l’humanité entière par le Saint Coran », a-t-il ajouté, appuyant son propos par un verset coranique. Cependant, Bouteflika a averti que « le monde musulman fait face aujourd’hui à de nombreux obstacles qui peuvent contrarier sa réalisation comme sphère culturelle stable susceptible de compter dans le concert des nations ».

A ce propos, le Président a souligné que « l’adaptation de notre culture à la mondialisation constitue un défi qu’il nous appartient de relever », soulignant toutefois que « cette modernisation […] doit se faire dans le respect de notre personnalité et de nos valeurs ». « A l’occasion de cette année, nous dirons au monde que nous n’entendons rien renier de notre foi, de nos convictions, de nos façons d’être, mais sans nous attarder sur le bord du chemin à regarder le temps qui passe. La modernité c’est aussi nous, nos rythmes, nos chants, nos contes, nos livres, nos films, notre théâtre, notre créativité, notre talent », a-t-il tonné sous une salve d’applaudissements.

Auparavant, le président de la République a indiqué que la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture islamique » permettra « une meilleure connaissance de l’islam par les occidentaux en même temps qu’une plus grande compréhension entre les peuples ». « Notre devoir est d’œuvrer solidairement, non pas à l’instauration de la confrontation et de la rupture, mais à la construction des consensus, des dialogues, des échanges fondant la grande réconciliation des cultures humaines », a ajouté M. Bouteflika, notant que « l’humanisme musulman est en train de reconquérir la place qui a malheureusement cessé d’être la sienne, mis à mal qu’il l’était par les différents colonialismes qui lui ont réservé le sort que l’on sait et qui est fait de spoliations, d’aliénation, de dépersonnalisation et d’acculturation ». « La mise en symbiose de tous les génies, de tous les talents, de toute la création culturelle, artistique et scientifique des peuples musulmans nous permettra de participer de manière significative à l’approfondissement de la diversité culturelle de l’humanité », a encore estimé le chef de l’Etat. « Nos âges d’or, nous voulons les conjuguer au présent […] Nos âges d’or ne se contentent plus d’être évoqués, ils veulent se succéder, se poursuivre, se frayer leur chemin dans le présent, poursuivre leur route en tant que viatiques indispensables à la montée de la sève des générations. Nous voulons éclairer avec les lumières du passé, car nous savons parfaitement qu’il ne suffit pas d’être le contemporain du monde pour être moderne ». Mais pour cela, « il nous faut bien sûr rechercher, étudier, écrire, mettre en valeur nos patrimoines…  », a-t-il conclu. De notre envoyé spécial

Tags: Abdelaziz Bouteflika Tlemcen

Source : Le Jeune Independant

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • Algérie : Le chômage tue les familles Tlemcen, capitale de la culture islamique » permettra « une meilleure qu’il n’existe pas une civilisation dans pays musulmans
    parce que malheureusement le trente trois toure gagner du terrain on a un grand président qui fait tout meme c’est l’arrive pas marches sur si pied mais et reste sure petit fauteil bien installés méme c’est les malade et ça l’arrange tout le mondes mais c’est pas la fontaine de djurdjura

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir