mardi 22 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Des blessés à Alger

Algérie : La marche des étudiants empêchée

13 avril 2011
Algérie : La marche des étudiants empêchée

Des milliers d’étudiants arrivant de différentes universités et écoles supérieures ont bravé hier, l’interdit. Ils se sont rassemblés à la place Emir Abdelkader et à la Grande Poste, pour entamer vers 11h, leur marche en direction de la Présidence. Des blessés ont été enregistrés dans les deux camps, étudiants et policiers, lors d’affrontements.

Malgré la présence massive des forces de l’ordre, les étudiants ont réussi à forcer le cordon sécuritaire. Des échauffourées s’en sont suivies entre étudiants et éléments antiémeutes. Les étudiants ont, tout de même, marché en prenant le chemin du boulevard Mohamed V, pour atteindre le Palais du gouvernement et enfin la rue Pékin, près d’El Mouradia. Un groupe est arrivé près du lycée Descartes en se mêlant aux médecins résidents qui étaient déjà sur place. Un autre groupe a été bloqué près de l’Hôtel Saint Georges. Tout au long de leur parcours, les étudiants scandaient des slogans hostiles au pouvoir. Des blessés ont été enregistrés tant parmi les manifestants que la police qui tentait, à chaque fois, de repousser les protestataires. Les renforts des éléments de la sécurité continuaient à affluer, au fur et à mesure, mais c’était peine perdue, les étudiants avaient déjà pris place en occupant la rue près du lycée Descartes. Dès que les éléments anti –émeutes s’approchaient d’eux, ils scandaient « on n’est pas des voyous, on est des étudiants » et d’enchaîner « Oulach smah, oulach ». Les revendications estudiantines parfois relevaient du politique. Certains ont répété « le peuple veut la chute du régime ». La tension est montée d’un cran, lorsque les éléments anti-émeutes ont tenté de déloger les protestataires, vers un peu plus de14h, par la force et la matraque, en les repoussant vers le Palais du gouvernement, et plus loin encore. Certains étudiants brutalisés n’ont même pas pu récupérer leurs affaires laissées sur place dans la précipitation. Des pancartes ont été abandonnées ici et la, sur lesquelles on pouvait lire « les jeunes veulent fuir » et encore « on n’est pas des cobayes ».

Un des porte-parole des étudiants, un jeune architecte de la faculté de Blida, Hamza El Ouzani nous a décrit « le calvaire estudiantin ». « Notre école d’architecture ne ressemble en rien à celle de nos voisins tunisiens que j’ai moi-même visitée » a-t-il mentionné. Et d’enchaîner : « je pose une simple question au ministre de l’Enseignement supérieur : pourquoi nous n’avons pas, nous les jeunes étudiants d’architecture, une école comme celles qui existent partout dans le monde, sachant que l’argent ne manque pas ? ». Notre interlocuteur affirme que les derniers propos du ministre n’ont convaincu personne. Les étudiants réclament, enfin, le respect total de la table de revendication initiale et non celle modifiée par le département du ministre. Le jeune architecte et porte-parole du mouvement nous a signalé vers 15h, qu’une vingtaine d’étudiants blessés ont été évacués aux urgences de l’hôpital Mustapha. Les étudiants qui devaient tenir leur réunion le soir, étaient dans l’incapacité de nous fournir des informations sur la suite à donner à leur mouvement de protestation, notamment après l’intervention musclée des forces de l’ordre.

Tags: Algérie Manifestation Etudiant

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir