lundi 23 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Algérie : Bain de foule de Bouteflika à Tamanrasset

6 avril 2011
Algérie : Bain de foule de Bouteflika à Tamanrasset

S’il se contente du bain de foule qu’il a effectué hier sur la rue principale de la ville de Tamanrasset pour tester sa popularité, le président de la République peut se targuer de l’avoir encore intacte. Ou presque.

Tôt le matin, les habitants de la capitale du Hoggar com mençaient à affluer vers le premier point inscrit dans la visite du président. C’est à la place de Tahagart, au coeur de la ville, que Bouteflika devait commencer sa virée. Place où a été construite une stèle que les Targuis ont baptisé « Illamane  » (il y a de l’eau). Il devait appuyer sur un bouton pour faire jaillir l’eau du semblant de montagne qui a été érigée à ce niveau. Il ne l’a fait qu’à 12h40, l’heure à laquelle il a fait son entrée dans la ville. Les femmes, les hommes et les enfants qui l’attendaient depuis de longues heures étaient exténués. Les policiers constituant le cordon sécuritaire ne l’étaient pas moins à les entendre se lamenter auprès de vieux notamment qui se cherchaient une place pour s’asseoir. La nature n’a pas été très clémente envers tous ces petites gens qui semblaient se faire un devoir de marquer de leur présence la venue d’un président qu’ils disent bien apprécier. Le ciel était bas à force d’être chargé et le soleil cognait sur les têtes. Le vent de poussière qui soufflait titillait bien les narines allergiques.

Le président n’avait pas tardé au niveau de « Illamane ». A peine le temps d’écouter les quelques phrases de bienvenue qui lui ont été prononcées par le président de l’APC. L’élu l’a aussi remercié pour avoir décidé la réalisation du projet alimentant en eau potable Tamanrasset à partir des eaux albiennes d’In Salah. « Vous avez participé à faire entrer la joie dans tous les foyers de Tamanrasset », lui a-til exprimé. Il fera son bain de foule qu’il aime tant. Il sera fortement acclamé par le public qui s’était regroupé tout au long de la rue principale appelée familièrement des « Houanet » (commerces) et officiellement l’Emir Abdelkader. Il saluait calmement avec un geste de la main. Il s’est à peine rapproché d’un enfant habillé en tenue traditionnelle, et lui a accordé une petite poignée de main avec un large sourire. « Abdelaziz Bouteflika » scandaient les gens. Sans plus. Pas d’autres slogans.

Il faut dire que cette visite a été effectuée dans un moment creux de l’histoire nationale. Ceci, même si elle coïncide - à quatre jours près - avec la deuxième année du troisième mandat présidentiel. L’on s’interroge d’ailleurs si les habitants de Tam se sont rendu compte que le 9 de ce même mois de l’année 2009 a été le jour de sa réélection à la présidence de la République. Aucune voix ne s’est élevée pour une « Ouhada » supplémentaire. Aucun slogan politique n’a été lancé.

DIGNITÉ SUR FOND DE MISÈRE

Il est évident que depuis 2009, les choses ont beaucoup changé. Ceci, les habitants de Tam doivent certainement le savoir. De sanglants événements se passent juste à quelques kilomètres de chez eux, en Libye. Ils vivent aussi les conséquences dramatiques d’une contrebande de toute nature. Les échos en provenance du Sahel les inquiètent. Il faut reconnaître que les gens dans ce majestueux Hoggar gardent une dignité imparable. La tête enturbannée, le regard lointain, comme si ces hommes bleus veulent disperser leurs souffrances dans ces immensités lunaires. Pourtant, la misère est bien installée. Elle crève les yeux. Les enfants déambulent nu-pieds, les vêtements presqu’en chiffons. Les jeunes traînent les pieds sans trop de convictions. Hommes, femmes et vieux arpentent les rues en observant tristement les prix de produits de consommation qui grimpent, grimpent, grimpent… en l’absence effarante des services de contrôle.

D’une superficie de 557 906,25 km², organisée en 07 daïras et 10 communes, la wilaya de Tamanrasset abrite 205 220 habitants (chiffre 2010). Elle a bénéficié d’une autorisation de programme dans le cadre du plan quinquennal 2010- 2014 de l’ordre de 243,9 milliards DA, en augmentation par rapport à celle allouée durant le premier quinquennat de Bouteflika qui avait équivalu à 118,312 milliards DA. A en feuilleter la synthèse du programme de développement de la wilaya, les décideurs estiment avoir « pris en charge des préoccupations des populations et assuré la réalisation et la réhabilitation des infrastructures de base nécessaires à son développement ». Le discours est pompeux mais la réalité est tout autre.

UNE VISITE D’À PEINE UNE HEURE

S’il est clairement admis que la région a bénéficié d’importants projets structurels, mais les populations attendent toujours de pouvoir se faire soigner décemment, de scolariser leurs enfants dans des écoles commodes et de travailler en contrepartie de salaires quelques peu conséquents. Ils végètent dans cette ville poussiéreuse aux trottoirs défoncés et aux édifices délabrés. Après avoir inauguré le mégaprojet de l’eau potable, le président traversera en toute vitesse la transsaharienne reliant Tam à In Guezam, il fera vite aussi en inaugurant le nouveau pôle urbain situé à Adriane, du nom de la montagne qui lui fait face. En dernier, il fera un saut à la station de pompage du transfert de l’eau potable et de son laboratoire d’analyses. Il a quitté Tam vers les coups de 14h en direction d’Alger. Sa visite dans la capitale du Hoggar a été express. Elle lui a pris à peine une heure. A son arrivée hier à l’aéroport Bey Ag Akhamoukh, il a été accueilli par les notables de la ville et ses responsables civils et militaires.

Il n’a prononcé ni discours, ni fait de déclarations, ni entrepris des entretiens. Les choses sont allées très vite. Mais sa virée au Hoggar lui aura permis d’être vu par les populations. Il faut admettre que la réalisation d’un projet aussi important comme le transfert de l’eau potable d’In Salah à Tam mérite bien le déplacement d’un président qui s’est toujours targué d’avoir pris à coeur les préoccupations du peuple. Il l’a certainement voulu le prouver à tous ceux qui l’accusent d’être absent alors que la rue nationale gronde.

La veille de son arrivée, la rumeur d’un discours présidentiel à la Nation s’est répandue comme une traînée de poudre. Elle a laissé les journalistes à l’affût du moindre élément d’information à cet effet en provenance du nord. Les liaisons téléphoniques entre Tam et Alger avaient bien fonctionné ce jour-là. Des échos d’Alger laissaient entendre que le président était dimanche en train d’enregistrer un discours pour célébrer la deuxième année de son 3ème mandat…

Ghania Oukazi

Tags: Abdelaziz Bouteflika Tamanrasset

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir