mardi 12 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Il n’y a pas d’autre alternative, selon Yousfi

L’Algérie maintient le cap sur le nucléaire

29 mars 2011
L'Algérie maintient le cap sur le nucléaire

L’Algérie n’a pas d’autres choix que de recourir à long terme à l’énergie nucléaire pour la production d’électricité, a indiqué lundi le ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi. « Nous allons peut-être recourir au nucléaire à long terme, nous n’avons pas d’autres choix », a déclaré M. Yousfi lors de sa présentation sur le secteur de l’énergie à l’Assemblée populaire nationale (APN).

Pour autant, l’Algérie doit se préparer pour ce choix, ajoute le ministre qui, selon lui, « il faut entre 10 et 15 ans pour établir les études pour la construction de la première centrale électrique fonctionnant au nucléaire, a précisé le ministre devant les membres de la commission économique de l’APN.

L’Algérie avait annoncé en novembre 2008 qu’elle allait construire sa première centrale nucléaire en 2020 et a prévu à partir de cette date de construire chaque cinq ans une nouvelle centrale. Le choix de recourir, en partie, au nucléaire pour la production de l’électricité a été préconisé dans le souci de réduire la facture coûteuse de la production de cette énergie à partir des énergies renouvelables, a expliqué M. Yousfi aux députés. Le ministre a souligné que cette centrale, si elle venait à être construite, va respecter « toutes les conditions de sûreté et de sécurité liées au nucléaire ». Selon M.Yousfi, trois problèmes objectifs se posent actuellement pour sa concrétisation : celui de la sécurité de l’installation, du lieu de son implantation et de la disponibilité de ressources importantes d’eau. Il a souligné qu’une centrale nucléaire a besoin de grandes quantités d’eau pour son fonctionnement, ce qui nécessite sa construction en bord de mer. Pour le moment, la problématique est que les côtes algériennes sont des zones sismiques et de surcroît à forte densité de population.

Et, si cette centrale est implantée dans une zone éloignée (des côtes), cela va poser la question de la disponibilité de l’eau, a expliqué le ministre. Seul le gouvernement « décidera en fonction des données objectives si nous allons poursuivre ce projet ou si on doit étudier davantage cette question et les problèmes qui y sont liés », a souligné M. Yousfi. Le ministre a assuré à ce propos que l’Algérie disposait de réserves suffisantes pour faire fonctionner une centrale nucléaire. Les réserves prouvées de l’Algérie en uranium avoisinent quelque 29.000 tonnes, de quoi faire fonctionner seulement deux centrales nucléaires d’une capacité de 1.000 Mégawats chacune pour une durée de 60 ans », selon des chiffres déjà annoncés par le ministère de l’Energie et des Mines. Le ministre a par ailleurs rassuré que la centrale nucléaire de Aïn Oussara, qui est un réacteur de recherche de 15 MW, ne représente aucun danger pour la région. M. Yousfi répondait à la préoccupation d’un député qui a exprimé ses craintes sur le risque de fuites de substances radioactives, après l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, endommagée par le séisme du 11 mars dernier. Le réacteur (El salem), poursuit le ministre, est doté d’un système de refroidissement et d’une clé pour sa fermeture en cas d’urgence, a ajouté le ministre.

D’ailleurs, une équipe de chercheurs algériens suit avec attention ce qui se passe au Japon pour récolter les données sur cet accident nucléaire, a encore ajouté M. Yousfi.

Tags: Algérie Nucléaire

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir