mardi 12 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

L’Algérie dénonce l’intervention disproportionnée en Libye

23 mars 2011

L’Algérie appelle à la cessation immédiate des hostilités et de l’intervention étrangère en Libye, a déclaré hier à Alger le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, alors que son homologue russe Sergueï Lavrov, qui rappelle que « l’objectif unique » de la résolution 1973 du Conseil de sécurité est de protéger les civils, a averti les Etats concernés par l’application de cette résolution quant à l’utilisation de « doubles standards ».

Mourad Medelci, qui animait une conférence de presse conjointe avec son homologue russe Sergueï Lavrov, à l’issue de leurs entretiens à la résidence d’Etat El-Mithaq, a souligné avoir « développé les consultations » avec son homologue sur la situation en Libye qui, a-t-il dit, « traverse une crise profonde qui s’est aggravée, je dis bien qui s’est aggravée, avec l’entrée en action des forces aériennes que nous jugeons disproportionnée par rapport à l’objectif assigné par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1973 ». « L’Algérie saisit cette occasion pour appeler une nouvelle fois à la cessation immédiate des hostilités et des interventions étrangères » en Libye, et ce, a-t-il poursuivi, « afin d’épargner la vie de nos frères libyens et de leur permettre de régler pacifiquement et durablement la crise dans le respect et la préservation de leur unité, de leur intégrité territoriale et de leur pleine souveraineté ». M. Medelci a ajouté que « l’Algérie associera ses efforts à ceux de l’Union africaine qui doit se réunir le 27 à Addis-Abeba et regarde avec un intérêt certain les efforts du SG de l’ONU qui doit réunir le Conseil de sécurité jeudi prochain (demain, NDLR) pour procéder à une évaluation objective de la situation sur le terrain libyen ».

De son côté, M. Lavrov a assuré que la Russie « ne ferme pas les yeux sur les défauts qui existent dans le texte de la résolution 1973 et, donc, c’est pourquoi la Russie n’a pas soutenu la résolution mais s’est abstenue de voter ». « L’objectif de la résolution 1973 était sans ambiguïté, à savoir protéger la population civile », a insisté le chef de la diplomatie russe, soulignant que les Etats qui assurent l’instauration de cette zone « doivent se limiter à cet objectif ».

Laissant par ailleurs entendre que ces Etats nourrissent d’autres objectifs autres que celui assigné par le Conseil de sécurité, M. Lavrov ajoute : « Nous voyons que dans plusieurs pays de la région il y a des évènements très inquiétants et il se pourrait que l’utilisation de ces doubles standards pourrait attiser la situation ; il faut donc l’éviter ». « Si l’on perdait le contrôle de la situation, il pourrait y avoir de nouvelles manifestations de terrorisme dans la région », a encore averti le chef de la diplomatie russe.
« L’attachement inconditionnel au droit international doit être le seul critère de l’effort consenti par la communauté internationale pour régler les crises », a-t-il encore souligné. « Nous insistons sur le fait que tous les problèmes doivent être réglés par des moyens pacifiques sur la base de la recherche d’un consensus national sur ce qu’il faut entreprendre dans tel ou tel pays », a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, et dans une déclaration à la presse à l’issue de l’audience qui lui a été accordée par le président Bouteflika, M. Lavrov a affirmé que la Russie a « une position commune avec l’Algérie en ce qui concerne le respect du droit fondamental à la vie humaine. Et, donc, nous condamnons tout recours à la force » dans tout pays. Le chef de la diplomatie russe a indiqué avoir eu avec le président Bouteflika des « consultations stratégiques sur tous les aspects des évènements qui se déroulent aujourd’hui dans la région ». Il a affirmé que la position de son pays « coïncide tout à fait » avec celle de l’Algérie concernant « le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des pays et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, d’être les maîtres de leurs destins et de déterminer les réformes politiques nécessaires ».

H. Mouhou

Tags: Algérie Libye Russie Attaque Mouammar Kadhafi Coalition

Source : Le Jeune Independant

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir