mardi 12 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Libye : Kadhafi perd-il la partie aux portes de Benghazi ?

18 mars 2011

Jeudi soir, le Conseil de sécurité de l’ONU a donné son feu vert à l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne sur la Libye, la Russie et la Chine n’ayant pas usé de leur droit de veto, contrairement à ce que disaient craindre diplomates et observateurs occidentaux.

C’est un coup dur pour Kadhafi qui a espéré, en comptant sur les manoeuvres bloquantes de ces deux puissances, qu’une résolution de l’ONU dans ce sens n’interviendrait qu’après la reprise de contrôle par ses troupes des derniers bastions tenus par les insurgés, dont surtout Benghazi, ville symbole de la révolte contre son régime et siège du Conseil national de transition qui lui dispute la légitimité du pouvoir.

Sa mise en échec à l’ONU, Kadhafi la doit en grande partie à l’activisme déployé par l’Elysée et sa diplomatie, qui sont parvenus à obtenir de Moscou et Pékin qu’ils ne votent pas contre le projet de résolution parrainé par la France et ayant l’onction de la Ligue arabe. C’est d’autant un coup dur pour le dictateur libyen, que la résolution onusienne va très certainement redonner du tonus à la résistance des insurgés qui font barrage à l’avance de ses partisans sur Benghazi. Surtout que la France, encore elle, est en train de faire le forcing pour que la communauté internationale, maintenant habilitée par le Conseil de sécurité de l’ONU, engage au plus vite, dans les heures à venir, des opérations militaires qui desserreront indubitablement l’étau exercé jusque-là par les forces fidèles à Kadhafi sur les dernières poches de résistance.

Kadhafi a vite fait de saisir que ce genre d’intervention change la donne en rendant inexorables un retour en force de l’insurrection armée et la probable débandade d’une partie de ses troupes. D’où l’attitude « conciliante » qu’il a laissé entrevoir en se déclarant prêt à un « cessez- le-feu ». Ce que très certainement le Conseil national de transition refusera catégoriquement d’accepter. L’intérêt du colonel à un cessez-le-feu est qu’il pourra se revendiquer du contrôle qu’il exerce sur les territoires reconquis par ses troupes pour être accepté en tant qu’interlocuteur sur la sortie de crise du pays.

Pour autant, la résolution du Conseil de sécurité et l’intervention internationale qu’elle autorise ne vont pas immédiatement changer le rapport de force militaire entre insurgés et partisans de Kadhafi. Il faut s’attendre à ce que la guerre civile qui se déroule en Libye se poursuive encore, hélas. Kadhafi et tous ceux qui ont intérêt à ce que son régime perdure savent qu’ils n’ont plus d’issue que celle de se faire reconnaître en tant que partie prenante d’une solution de retour à la paix en Libye. Militairement, les frappes aériennes qui vont être faites affaibliront sûrement les forces du dictateur, mais elles conserveront longtemps encore une capacité de nuisance qui justifiera qu’en opposition à la France, d’autres puissances et organisations internationales pousseront à la recherche d’une solution négociée à la crise libyenne entre insurgés et partisans du colonel.

Qu’enfin la communauté internationale ait décidé d’agir pour contraindre Kadhafi à arrêter la guerre qu’il a déclarée à son peuple, c’est le moins qu’elle se devait de faire. Ce qui est inacceptable est que des Etats arabes qui oppriment leurs propres peuples ou participent à la répression de peuples voisins, soient comptés parmi les intervenants en Libye contre le dictateur et ses troupes. Leur contribution jette un voile de suspicion sur les véritables motivations de l’action internationale autorisée par le Conseil de sécurité.

Kharroubi Habib

Tags: France Libye ONU OTAN Mouammar Kadhafi

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir