lundi 11 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Recommandation des experts pour booster la création d’emploi

Algérie : La relance de l’économie productive, un préalable

3 mars 2011

Des experts ont plaidé pour la relance de l’économie productive, synonyme de création de richesses et d’emplois et de lutte contre le chômage qui demeure le fléau numéro un de toute économie contemporaine.

Pour lutter efficacement contre le chômage et promouvoir l’emploi, l’économiste Abdelhak Lamiri préconise l’élaboration de politiques et de plans de développement communaux et régionaux et la mise en place d’incubateurs régionaux. Dans une déclaration à l’APS, il suggère également d’accompagner les grandes entreprises publiques et privées qui réussissent dans leur expansion, estimant que « les 100 plus grandes entreprises algériennes ont de grands projets à travers lesquels elles peuvent créer des millions d’emplois ».

La révision des systèmes d’incitation à l’investissement comparativement aux pays qui offrent les meilleurs avantages, constitue, selon M. Lamiri, l’une des solutions au problème du chômage. L’expert a plaidé, en outre, pour la transformation des banques publiques en banques d’affaires, pour l’adaptation du système de formation aux réalités du marché en privilégiant la qualité sur la quantité et pour l’investissement dans les technologies du futur dans la mesure où les industries de l’avenir créent plus d’emplois et de prospérité. Pour l’expert en économie, M. Mustapha Mekidèche, l’Algérie a besoin d’adopter une politique économique visant à créer une croissance qui réduise le chômage existant et qui crée d’importantes opportunités d’emploi.

Il a plaidé, à ce titre, pour une politique de soutien à la création d’entreprises plus « efficace » et plus « incitative » et pour des mesures plus « encourageantes » au recrutement des universitaires en faveur des grandes entreprises et ce, a-t-il dit, en rendant l’emploi moins cher à travers la diminution des charges qui pèsent sur ces entreprises. Selon M. Mekidèche, les nouvelles technologies de l’information et de la communication et le secteur des services sont des activités porteuses qu’il convient d’investir.

La qualification de la ressource humaine est également un sérieux problème. L’économiste Salah Mouhoubi abonde dans le même sens et constate que les mécanismes élaborés par l’Etat en faveur des jeunes pour lutter contre le chômage n’ont pas répondu aux attentes des pouvoirs publics. « Nous continuons à créer des emplois, mais précaires, notamment dans le secteur du bâtiment et des infrastructures », a-t-il soutenu. La problématique de l’emploi en Algérie a toujours été au cœur des politiques publiques de développement, mais « on n’est jamais allé au bout des stratégies de développement ». Pour lui, « il est impératif de revoir la stratégie nationale de développement économique en vue de développer une économie productive ».

Il met l’accent sur la nécessité de mettre en place un cadre juridique qui favorise l’investissement, d’élaborer une politique de développement cohérente avec un double objectif : promouvoir une économie productive et créer des emplois permanents.

M. B.

Tags: Algérie Crédit immobilier Travail Chômage Jeunesse

Source : Le Jeune Independant

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir