vendredi 18 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Algérie : L’ENTV, objet d’une campagne oblique

1er mars 2011
Algérie : L'ENTV, objet d'une campagne oblique

C’est aujourd’hui un fait presque abouti en Algérie : la communication avec les pouvoirs publics est inscrite au cœur des débats et les mass médias, principalement la télévision algérienne, font face à différentes campagnes de critiques qui ne disent pas souvent leur nom.

Les motivations d’un tel point d’ordre médiatique sont bien évidemment en totale symbiose avec les motivations de l’exécutif qui, à travers les dernières décisions, a entrebâillé la porte pour une réelle ouverture pour un Etat de droit outillé de tout le nécessaire démocratique : Espace d’expression pour tout le monde. Mais encore une fois, les attaques obliques visant à semer le doute dans nos institutions, surtout celles ayant permis à l’Algérie de ne pas sombrer dans le chaos et la guerre civile, sont-elles la manière la plus intelligente d’aller de l’avant ?

L’ENTV, l’unique ou la chaîne zéro, comme se plaisent à la surnommer les Algériens, selon les humeurs ou la classe, est, certes, critiquable sur plusieurs plans. Il n’est cependant pas de trop que de dire qu’elle a été, à l’image du service public et de toute la presse indépendante, le relais des directions et des institutions algériennes, dans les moments de la grande vague de désordre, un bureau d’ordre des communiqués. Il serait tout à fait sain de reconnaître aujourd’hui que les « petites gens », retirées dans l’intérieur du pays, et les illettrés, n’avaient d’yeux que pour cette chaîne pour s’enquérir de la situation du pays, à travers justement ces communiqués des services concernés.

La presse nationale, toutes tendances confondues, a-t-elle fait mieux en scoop, en dossier ou en information quand le peuple algérien dans sa majorité n’attendait que le 20 h de l’unique pour donner un crédit à une quelconque nouvelle ? Il reste cependant vrai que la production d’émissions socioculturelles ou politiques, le volet de la programmation et le professionnalisme et tout ce qui constitue réellement une télévision de service public sont les thèmes d’un travail de réflexion certain à fournir. Là encore une question se pose : quelle télévision voudrions-nous avoir ?

Celle qui répond aux aspirations des Algériens réellement ? Une danseuse du ventre à l’image des milliers de chaînes arabo-turques qui embouteillent nos satellites et droguent la conscience de nos foyers, une propagandiste à l’image d’Al-Arabiyya au service de l’atlantisme, une françafricaine au service du néocolonialisme ou une endoctrineuse qui pollue les esprit en faisant ou en défaisant les régimes et en répandant l’exclusivité des dernières sorties de Ben Laden sans l’accord, soi-disant, de la Maison-Blanche… à l’image d’Al Djazira ? Pour quelle télé l’Algérien troquera-t-il son unique tant décriée ? C’est certainement à ce débat qu’il faut absolument penser en impliquant toutes les forces de la nation. Le reste n’est que « djazirisme ».

Samir Méhalla

Tags: Algérie Télévision ENTV

Source : Le Jeune Independant

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • Qu’on ne nous fasse plus un journal radiophonique au lieu d’un journal télévisuel. Qu’on arrête, SVP, de nous lire intégralement les messages présidentiels de félicitations envoyés ou reçus. Qu’on arrête de répéter "Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire". Tout le monde le sait enfin ! Etc, Etc. Etc. Bref ! On veut une télé de pro !

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir