mercredi 23 août 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Me Ali Yahia Abdennour

L’avenir de l’Algérie est dans sa jeunesse

1er mars 2011

L’infatigable défenseur des droits de l’homme, le charismatique avocat Ali Yahia Abdennour, a tenu à laisser un legs à la jeunesse algérienne. Il n’en est pas moins dur à porter, mais l’enjeu est de taille : l’avenir de l’Algérie.

« L’avenir de ce pays est entre les mains de sa jeunesse », a lancé hier Me Ali Yahia lors d’un point de presse improvisé dans les locaux de la Fédération internationale des journalistes , à la maison de la presse Tahar-Djaout. « La génération à laquelle j’appartiens est terminée mais l’avenir demeure entre les mains des nouvelles générations », a-t-il asséné, catégorique. « La jeunesse est la colonne vertébrale de tout pouvoir », a-t-il ajouté. Aux yeux du conférencier, « ou bien la jeunesse est l’espoir de ce pays ou bien ce sera son explosion, pour peu qu’on l’oriente vers ce qu’elle croit », a-t-il toutefois prévenu. Ali Yahia Abdennour estime que les jeunes en Algérie font face à quatre problèmes majeurs : l’école, l’emploi, le logement et la santé.

Outre la jeunesse, l’avocat prend également position en faveur des femmes. « L’Algérie sans le respect des droits des femmes, dit-il, est comme un avion qui vole avec une seule aile. » Abordant les dernières marches empêchées par les forces de sécurité à l’initiative de la Commission nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), l’orateur a fait un sévère réquisitoire contre la Télévision nationale ainsi que les chaînes de radio qui ont, selon lui, « travesti » la réalité des faits, notamment en ce qui concerne le nombre de marcheurs. A ce propos, l’avocat a indiqué que la CNCD a appelé samedi prochain à trois marches simultanées dont une s’ébranlera du côté du boulevard des Martyrs où est situé le siège de l’ »Unique » pour « dénoncer justement la couverture médiatique plus que tendancieuse de cette télévision qui sert le pouvoir », a affirmé l’orateur. Il a appelé, en outre, à la dissolution du Parlement avec ses deux chambres (APN et Conseil de la nation) dans la mesure où, dit-il, l’Assemblée populaire nationale « n’est qu’une maison de vieillesse », tandis que le Conseil de la nation, avec notamment le « tiers présidentiel », a été créé par l’ancien président Lamine Zeroual dans « le seul but de contrer les islamistes au cas où ils seraient majoritaires à l’APN ». C’est pour toutes ces raisons que le Parlement « doit impérativement être dissous », assène l’avocat qui a, également, appelé à « refaire une nouvelle Constitution à laquelle les Algériens devront être associés ». « Nous ne sommes plus des sujets mais des citoyens à part entière », a-t-il insisté, tout en soulignant que « l’exclusion engendre la séparation et, surtout, l’intolérance qui est un crime ». Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères, n’a pas été, lui non plus, épargné par les diatribes de l’avocat. « C’est un ministre des Affaires étrangères qui ne comprend rien aux affaires étrangères », a-t-il ironisé et ce, à la suite de ses récentes déclarations à des médias étrangers selon lesquelles les troubles en Tunisie et en Egypte ne pouvaient, en aucun cas, se reproduire en Algérie. « L’Algérie n’est pas la Tunisie ni l’Egypte », avait déclaré M. Medelci.

Younès Djama

Tags: Algérie Jeunesse

Source : Le Jeune Independant

3 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

4 commentaires

  • L’avenir de l’Algérie est dans sa jeunesse par mumus de bouzaréa 1er mars 2011 14:12

    C’est le présent que la jeunesse réclame ! Que l’avenir soit à eux, c’est plus qu’évident, Maitre.

    Les vieux ont perdu toute crédibilité, qu’ils s’en aillent sans bain de sang ! Please.

    Le monde observe, la peur doit changer de camp, même si avec toutes ces forces de l’ordre suréquipées et l’armée, il y a vraiment de quoi craindre le pire. Ils avaient déjà commis le pire : tortures, meurtres et viols d’enfant, dans des casernes à Sidi Ferruch, en 1988.

    Répondre à ce message

    • L’avenir de l’Algérie est dans sa jeunesse 1er mars 2011 18:54, par R ABDENOURI

      Mr, en tant que jeune algérien, mes préoccupations sont tout autres. Les quatre problèmes que vous avez énumérés sont même secondaires.
      La jeunesse algérienne veut d’abord et avant tout la JUSTICE. Entendre par là, une entière liberté des magistrats loin de toute influence politique ou de toute forme d’intimidation. C’est le fondement même d’un état de droit. La justice en Algérie est muette. Il n’y a pas pire pour un citoyen que de voir la justice de son pays emprisonnée entre les mains du pouvoir. Il est alors normal de voir la corruption proliférer. Notre justice, instruite par un citoyen, sur un cas de corruption associant le président même, doit ouvrir une enquête indépendante et en rendre compte publiquement. L’Etat de droit sera alors rétabli.

      Le pouvoir algérien doit cesser de chercher à calquer un modèle de citoyen selon sa conception. Il prive alors celui ci de libertés universelles. C’est au pouvoir de calquer la loi fondamentale du pays selon les aspirations du peuple. Entendre par là le droit d’être non musulman et d’intégrer toutes les constituantes et les variantes qui forment ce grand peuple millénaire : La langue, la culture, l’histoire et ce au même pied d’égalité. Il faut que l’État algérien favorise notamment les conditions qui restituent l’originalité de ce peuple, respecter les différences qui en font l’unité et non le contraire comme c’est toujours le cas de nos dirigeants. Il sera alors possible d’avoir un sentiment d’appartenance à ce pays dans sa globalité et d’ être fier d’être ALGÉRIEN, fier de toute son histoire, de toute sa culture, de toutes ses langues et ses orientations individuelles.

      Favoriser les conditions qui restituent l’originalité de ce peuple, sous entend répondre favorablement aux moyens pris par ce peuple pour restituer son identité. L’aider et l’accompagner pour y arriver. Accéder aux aspirations de son peuple n’est jamais une menace, la véritable menace réside dans l’explosion que vous connaissez devant le mur de négation érigé depuis plus d’un demi siècle.
      Vous comprendrez Mr Ali Yahia que la jeunesse algérienne vit maintenant dans l’ère de l’internet, au fait de l’actualité internationale instantanée, au fait des droits et libertés dans tous les pays.
      L’ère de l’huile et du sucre est révolue, ce n’était qu’une étincelle trop proche de la mèche.

      Rachid Abdenouri

      Répondre à ce message

  • L’avenir de l’Algérie est dans sa jeunesse par l’etranger 1er mars 2011 21:23

    mr Ali Yayhia,allez vous reposer car vous commencer a nous fatiguer avec vos discours,car lorsque le gia nous massacrait ont ne vous a pas entendu protester contre ses tueries et aujourd’hui qu’il y a une stabilité sécuritaire en Algérie avec vos discours vous allez finir par nous ramener les intégristes et ca monsieur, les algériens n’en veulent pas car le peuple a assez souffert,et l’Algérie pour moi est en train de se reconstruire de cette guerre civile qui nous a poser beaucoup de dégâts que ce soit humains ou bâtiments public alors arrêter avec vos discours de révolutionnaire tout ca pour vos intérêts personnel

    Répondre à ce message

  • L’avenir de l’Algérie est dans sa jeunesse par mahfoud 2 mars 2011 11:33

    Mon cher monsieur la jeunesse de l’Algerie n’est plus qu’avant.Elle a besoin de confiance non de marginalisation.Les autes choses materielles viennent avec les aspirations.

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir