lundi 23 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Des équipements militaires serbes pour l’Algérie

23 février 2011

Le gouvernement serbe vient de de mander au Parlement de donner son feu vert pour exporter, vers l’Algérie, autour de 288 millions d’euros d’armes.

Rien n’a filtré sur la nature de ces armes, sachant toutefois que la Serbie est réputée fabriquer notamment des armes légères et des blindés. Le gouvernement de Serbie a demandé au Parlement d’approuver une garantie pour les exportations d’armes à l’Algérie dans une affaire qui dépasse l’ensemble du pays, les ventes d’armes de l’année dernière, rapporte le site blomberg.net. En effet, la valeur de la transaction à l’exportation vers l’Algérie est « autour de 288 millions d’euros comparativement à 250 millions de dollars représentant le montant des exportations d’armes durant l’ensemble de l’année 2010 », a précisé avant-hier le ministre des Finances, Diana Dragutinovic aux parlementaires à Belgrade. En 2007, les exportations d’armes de la Serbie s’élevaient seulement à 75 millions de dollars. Aussi, le ministre, au nom du gouvernement, a-t-il vivement invité les parlementaires à donner leur accord en laissant entendre que, faute de cela, ce contrat risquerait d’être pris par des concurrents.

Dans cette affaire de vente d’armes, la garantie de l’Etat serbe de 42 millions d’euros (57 millions de dollars) sera remise à la banque « Srpska Banka AD » pour les livraisons,qui passeront par l’entreprise serbe exportatrice d’équipe ments militaires, « Jugoimport SDPR ». Outre des armes légères, cette entreprise propose un blindé, le « Lazar BTRSR  » polyvalent. Sa fiche de présentation indique que ce véhicule blindé est conçu « selon les tendances mondiales dans le développement moderne sur une famille de véhicules blindés à roues destinés à la réalisation d’un certain nombre de tâches tactiques dans les différents conflits armés ». Plus précisément, ce type d’engin sert pour les « unités spéciales chargées de l’exécution des tâches antiterroristes et dans des actions de maintien de la paix ». Il est également adapté aux « actions dans des conditions urbaines, les zones habitées et de crosscountry, contre les embuscades ennemies, les mines antichars et les engins explosifs improvisés ».

Les fabricants serbes proposent également des avions d’entraînement « avancé », tel que le « Lasta-95 ». Cet avion est conçu pour « la sélection, la formation initiale et de base des pilotes, il propose d’atterrissage bas et vitesse de décollage et la manipulation de pilotage ergonomique, pardonner les erreurs potentielles par des pilotes inexpérimentés.

DYNAMISATION DES RELATIONS BILATÉRALES

Cela dit, l’Algérie, au plan de ses équipements militaires reste tournée vers ses traditionnels partenaires de l’ex-bloc de l’Est, tels que la Russie ou l’Ukraine. Si d’aventure, la Serbie perd ce contrat, ses voisins pourraient bien se le disputer. A priori, il n’y a pas de raison que cela arrive, d’autant plus que les relations bilatérales ont été boostées ces dernières années après un passage à vide durant notamment la décennie 90.

Alger s’est attelée à réactualiser le cadre juridique de la coopération et à relancer la commission mixte qui ne s’était pas réunie, également, durant une vingtaine d’années. Finalement, la Commission mixte a tenu sa 20ème session à Belgrade du 18 au 20 novembre 2009 sous la coprésidence du côté serbe de M. Mladjan Dinkic, vice-Premier ministre, ministre de l’Economie et du Développement régional, et M. Sellal Abdelmalek, ministre des Ressources en eau, du côté algérien.

D’importantes décisions ont été prises à cette occasion et des accords et mémorandums d’entente ont aussi été signés. Des rencontres au plus haut niveau ont également eu lieu et au cours desquelles il a été décidé de relancer la coopération dans les différents domaines. C’est la raison pour laquelle, soulignait l’ambassadeur algérien en Serbie Abdelkader Mesdoua, il y a lieu de s’attendre à une reprise durable et conséquente de la coopération entre la Serbie et l’Algérie dans le futur proche. Ce contrat d’armes en cours de passation en est une illustration.

Oualid Ammar

Tags: Algérie Armée

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir