mercredi 18 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Le pouvoir reçoit un très fort avertissement

L’Egypte persiste à chanter un air tunisien

26 janvier 2011
L'Egypte persiste à chanter un air tunisien

Surpris par l’ampleur des manifestations hostiles organisées mardi, qui ont fait au moins quatre morts, trois à Suez et un au Caire, le pouvoir égyptien n’avait plus hier qu’un souci :

étouffer le mouvement et éviter à tout prix qu’une « dynamique tunisienne » ne s’instaure au sein d’une population excédée par un régime autoritaire qui essaie de devenir « héréditaire ». Le régime Moubarak n’est pas menacé immédiatement mais il reçoit un très fort avertissement.

Quadrillage général et menaces contre les manifestants. Dans une Egypte en état d’alerte répressive maximal, des manifestants ont osé braver hier les interdits et ont manifesté dans le centre du Caire et la ville de Suez, à l’est de la capitale égyptienne. Quelques centaines de manifestants se sont confrontés aux forces de l’ordre en face des locaux du syndicat des journalistes et de ceux du syndicat des avocats. Les policiers ont dispersé sans ménagement les manifestants en les frappant avec des bâtons et en utilisant des gaz lacrymogènes. Le déploiement policier était intense dans le centre du Caire alors que les sites sociaux (Twitter, Facebook ou YouTube) étaient difficiles d’accès voire inaccessibles.

Dans ce bras de fer qui n’en est qu’à ses débuts, le pouvoir égyptien peut compter sur le soutien des Occidentaux. Ces derniers ne peuvent se priver d’un allié aussi « sûr » dans la région. Les formules vagues comme l’appel à la « retenue » ou des appels à tenir compte des sentiments des gens expriment surtout le souci de ne pas être « à côté de la plaque » comme cela a été le cas pour nombre d’entre eux en Tunisie. La Bourse égyptienne a été plus sensible aux manifestations anti-régime et a ouvert en forte baisse mercredi, son principal indice perdant près de 5% au cours des quarante-cinq premières minutes d’échanges. Hier, le souci premier du régime était d’empêcher qu’une dynamique à la tunisienne ne se crée et se propage dans un pays où plus de la moitié de la population vit sous le seuil de la pauvreté et où des élites supportent de moins en moins l’autocratie et les velléités de Moubarak de faire hériter son pouvoir à son fils.

GAMAL MOUBARAK OUT

Le ministère de l’Intérieur a été sans équivoque en annonçant « aucun acte de provocation, rassemblement de protestation, marche ou manifestation ne sera permis ». La menace était évidente contre les contestataires qui étaient des milliers dans la rue à montrer que le système Moubarak pouvait être défié. Le centre du Caire a été quadrillé pour empêcher les manifestants d’y arriver. Une rumeur relayée par des journaux britanniques, dont The Guardian, veut que Gamal Moubarak, le fils du président, ait quitté le pays avec son épouse pour se réfugier à Londres. L’annonce a été démentie par le Consulat égyptien de Grande-Bretagne. De fait, le régime n’est pas encore au bord de l’effondrement mais ses capacités de persuasion s’effritent. Gamal Moubarak n’a pas encore besoin de fuir mais il doit clairement enterrer ses ambitions présidentielles.

La rue égyptienne a définitivement clos, mardi, l’hypothèse, très présente, qu’il puisse « hériter » du pouvoir de son paternel. Comme le soulignent des analystes égyptiens, les manifestations du 25 janvier ont enterré cette option de la transmission héréditaire, elles n’ont pas barré la route à une nouvelle prolongation du pouvoir de Moubarak. Car la manifestation du 25 janvier est sans précédent depuis plus de deux décennies en Egypte. Ce que voulaient ces milliers d’Egyptiens qui ont osé braver des forces de sécurité à la matraque lourde, c’était bien le départ de l’inamovible Moubarak, en place depuis 29 ans. Ils ont été clairement inspirés par le mouvement de révolte en Tunisie qui a poussé vers la sortie Ben Ali, au pouvoir depuis 23 ans. Ils répondaient à l’appel des militants pour la démocratie du « mouvement du 6 avril », eux-mêmes très surpris par l’écho formidable qui lui a été réservé.

LA TUNISIE EST LA SOLUTION

Un signe du formidable impact de la révolution tunisienne dans les esprits et de l’exaspération face à un régime autiste et réfractaire au changement. « Moubarak, dégage ! », « la Tunisie est la solution ! ». Au Caire comme à Alexandrie, la deuxième ville du pays ou à Suez, le dispositif policier massif déployé par les autorités n’a pas empêché des milliers d’Egyptiens de dire qu’ils vomissent le régime. Des milliers de personnes rassemblées à la grande place Tahrir, non loin du Parlement et de nombreux ministères. Des manifestations ont également eu lieu dans de nombreuses villes du pays, d’Assouan et Assiout (Sud) à Tanta et Mansourah (delta du Nil), en passant par la péninsule du Sinaï. Partout, la même envie de faire « dégager » le régime s’est exprimée. « Après Ben Ali, à qui le tour ? ». « Pain ! Paix ! Dignité ! ».

Une mère de famille, drapeau égyptien à la main, houspillait l’inamovible autocrate : « Moubarak dégage ! Tu es injuste, tu nous affames, tu nous tortures dans tes commissariats, tu es un agent des Américains ! ». Quelque chose a bougé en Egypte. Mohamed El Baradeï, ancien patron de l’AIEA et opposant à Moubarak, emporté par l’enthousiasme, croit que le régime « tremble ». En réalité, il se braque. Par contre, El Baradeï a parfaitement raison d’affirmer que la « culture de la peur » entretenue par le régime n’est plus opérante. Au niveau international, les réactions des Occidentaux sont devenues plus nuancées après les réactions risibles sur la Tunisie. Il est cependant clair que le régime Moubarak sera, en cas de difficulté, davantage soutenu que ne l’a été Ben Ali. Les Egyptiens qui se battent pour la démocratie ne doivent pas s’illusionner sur les propos des gouvernements occidentaux qui cherchent surtout à sauver la face. Le régime autoritaire égyptien est un maillon essentiel du dispositif impérial et il est clairement préférable aux Occidentaux à une démocratie qui, immanquablement, entraînerait un changement qualitatif de la position égyptien sur l’échiquier proche-oriental.

Tout ce que les Occidentaux, Américains en tête, demandent au régime de Moubarak est de ne pas trop les mettre dans l’embarras. La Maison Blanche a ainsi invité le gouvernement égyptien à être « sensible » aux aspirations de son peuple. « Le gouvernement égyptien a une occasion importante (...) de mener des réformes politiques, économiques et sociales qui peuvent améliorer sa vie et aider à la prospérité de l’Egypte ». La ministre française des Affaires étrangères n’a pas proposé l’ingénierie sécuritaire française et a appelé à « plus de démocratie dans tous les Etats… On doit pouvoir manifester sans pour autant qu’il y ait des violences et encore moins des morts », a-t-elle affirmé. Il n’y a pas que les Egyptiens qui sont sous influence tunisienne.

Salem Ferdi

Tags: Égypte Tunisie Émeute Manifestation

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir