lundi 23 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

IL LA SURPREND EN COMPAGNIE DE SON VOISI

Algérie : Un ex-policier poignarde mortellement sa mère

15 janvier 2011
Algérie : Un ex-policier poignarde mortellement sa (...)

Le tribunal d’Alger statuera lors de sa session criminelle en cours dans une grave affaire d’homicide volontaire. Le mis en cause, un ex-ppolicier âgé de 32 ans, a été écroué.

Il a mis fin aux jours de sa mère après lui avoir asséné trois coups de couteau en plein thorax, sous prétexte qu’elle entretiendrait des relations extraconjugales avec son voisin de palier. Ce crime qui a jeté en émoi les habitants d’une cité d’Aïn Naâdja remontent au mois de janvier 2004, lorsque les élé- ments de la police judiciaire de cette localité reçoivent un appel téléphonique faisant état de la découverte d’un corps gisant dans une mare de sang au seuil même de l’appartement de la victime. Aussitôt, les enquêteurs se rendent sur les lieux, où ils procè- dent à l’enquête d’usage, avant de faire évacuer le corps. Entretemps, l’auteur du crime s’était livré à la police, avouant son forfait. « Je l’ai tuée parce que je l’ai surpris en compagnie de mon voisin à bord de son véhicule.

Elle a trahi mon défunt père qui jouissait d’une très bonne réputation », déclarera-t-il aux enquê- teurs, tout en précisant qu’il n’avait nullement l’intention de la tuer, mais seulement de la corriger : « Je ne voulais pas la tuer, mais avoir seulement des explications sur cette relation avec mon voisin. Elle m’a avoué qu’elle était amoureuse de lui et qu’elle ne pouvait s’en passer. Je ne sais comment, j’ai pris un couteau et je lui ai asséné trois coups à la poitrine. » Le procureur de la République du tribunal d’Hussein Dey, après l’avoir auditionné, a demandé à son collègue de l’instruction l’ouverture d’une enquê- te judiciaire, lors de laquelle le mis en cause a maintenu ses premières dépositions. Suite à quoi, il a été placé en détention provisoire, sous le chef d’inculpation d’homicide volontaire avec préméditation et guet-apens. Un chef d’inculpation confirmé par les magistrats de la chambre d’accusation de la cour d’Alger.

Le procès devait être jugé lors des deux dernières sessions criminelles, mais il a été renvoyé suite à l’absence des avocats de la défense. Entre-temps, ces derniers avaient sollicité une mise en liberté provisoire au profit de leur client, arguant qu’il réunissait toutes les garanties requises par la loi. Le rapport psychiatrique, demandé par la justice, a conclu que le mis en cause jouissait de toutes ses facultés mentales et morales au moment des faits, devant ainsi pénalement responsable de ses actes, ajoutant que l’intention criminelle existait.

Tags: Procès Meurtre

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir