mardi 24 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Nationale>

Ils peuvent atteindre un million selon la FOREM

Algérie : Polémique autour des chiffres des consommateurs de drogue

30 décembre 2010

Mustapaha Khiati, président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM) a tiré hier la sonnette d’alarme.

S’exprimant sur les ondes de la radio Chaîne 3, il a affirmé que le nombre de consommateurs de drogue peut dépasser un million en Algérie. Précision toutefois : pour lui, « ce chiffre n’est pas fiable, c’est une estimation. Ce chiffre est basé sur les données des organisations internationales qui estiment entre 2 et 3% de la population le nombre consommateurs permanents, ce qui donne le chiffre d’un million ». « Mais, insiste-t-il, ce chiffre n’a pas de signification particulière car les données évoluent chaque jour ». Pour lui, « cela ne sert à rien d’avancer des chiffres. On ne fait rien sur le terrain malheureusement. Arrêtons de donner des chiffres, il faut agir ! »

L’invité de la radio rejette ainsi les chiffres annoncés la semaine dernière par le directeur général de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie, Abdelmalek Sayah, qui a estimé le nombre de consommateurs de drogue en Algérie à 250 000. « Il peut y en avoir le double ou le triple », a considéré M. Khiati. Il soutient que « le phénomène de la drogue est dynamique et évolue chaque jour ». Il rappelle qu’à la fin 2009, 70 tonnes de cannabis ont été saisies par les services de sécurité. « C’est un voyant rouge qui s’est allumé. Il y a également la consommation des drogues dures telles que la cocaïne dans les grandes villes et qui prend de l’ampleur. C’est inquiétant », a-t-il constaté. « Avant, ajoute-t-il, la consommation des drogues dures était un fait exceptionnel, mais d’année en année, ceci est devenu un fléau, surtout dans les grandes villes ». Selon le président de la FOREM, de plus en plus de jeunes s’adonnent à la drogue à un âge précoce. « La drogue a atteint les collégiens. Même les enfants de 12 ans commencent à en être victimes, surtout ceux qui vivent dans les rues. Mais, généralement, on commence à en goûter dès 15 à 16 ans », constate-t-il. Pour le professeur Khiati, les 15-30 ans sont les plus touchés par le phénomène de la drogue en Algérie. Autre phénomène nouveau cité par l’invité de la radio : de plus en plus de femmes consomment de la drogue, notamment dans les grandes villes. « A Delly Brahim et Ben Aknoun (Alger), la drogue fait fureur au sein des étudiantes. Dans les endroits, la consommation de drogue par les femmes oscille entre 11 et 17 %», relève- t-il. Mustapah Khiati a dressé un bilan mitigé de l’action de prévention contre la drogue en Algérie. « Nous avons maintes fois prévu des actions en direction des élèves et de la jeunesse mais, malheureusement, les ministères de tutelle nous ont toujours opposé des réponses en recourant à la langue de bois », regrette- t-il. Selon lui, l’Office de lutte contre la drogue et la toxicomanie ne fait rien sur le terrain. « Cet office a beaucoup perdu de ses prérogatives en passant de la tutelle du Premier ministère à celui de la Justice.

On ne peut pas être juge et partie en même temps. On doit revoir le fonctionnement de cet office, adopter une stratégie nationale et créer un mécanisme de coordination qui peut permettre d’agir concrètement sur le terrain », suggère-t-il. « La société civile est marginalisée. Depuis plusieurs années, on n’arrive pas à engager un travail sérieux sur le terrain  », a-t-il déploré. Pour lui, il faut mettre les bouchées doubles et mettre le cap sur la prévention et la sensibilisation. « Il est nécessaire, explique- t-il, de revoir la stratégie de lutte en créant de véritables assises pour unifier la stratégie en dehors de l’aspect sécuritaire ». Et d’affirmer que sa fondation a déjà à son actif le lancement d’un programme de formation d’éducateurs de quartier dans des wilayas où les autorités se sont montrées réceptives. « Dans certaines wilayas, on a tendance à nier l’existence de ce problème  », a-t-il encore regretté. Et de recommander la nécessité d »impliquer les associations et les familles, plaidant en faveur d’une stratégie qui ciblerait les jeunes en s’appuyant sur une sorte de réseau qui donne l’information dynamique afin de procéder à une analyse et agir en conséquence. Le professeur Khiati estime qu’« il y a des modèles de par le monde qui doivent être adaptés à la réalité en Algérie.

C’est le cas des actions en vigueur dans le Sud de l’Europe : aller vers les jeunes et travailler avec eux ». Enfin, le président de la FOREM plaide en faveur de la révision de la loi de 2004 pour consacrer la dépénalisation de la consommation occasionnelle mais d’instaurer des peines lourdes et incompressibles pour les narcotrafiquants

Tags: Algérie Drogue

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir