lundi 21 août 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

Les Sahraouis en colère : Appels à la reprise de la lutte armée

14 novembre 2010

Des centaines de réfugiés sahraouis, exaspérés par l’inaction des Nations unies et leur peu d’engagement à appliquer leurs propres résolutions affirmant le droit à l’autodétermination, ont appelé à la reprise du combat par les armes.

L’attaque brutale contre le campement de la contestation na tionale sahraoui à Laâyoune et l’absence de réactions minimales de la part de l’organisation des Nations unies achèvent de la discréditer définitivement aux yeux des Sahraouis.

Si le Polisario, sans fermer cette option, continue à donner un peu de chance à la diplomatie, dans les camps de réfugiés, le temps est à la colère. Et à l’appel à la lutte armée. Cette exaspération, Jean-François Debargue, témoin fraternel, l’a constatée dans les camps. Dans un courrier adressé aux amis, il note que « des manifestations organisées mais aussi spontanées ont immédiatement eu lieu dans tous les camps de la Hamada de Tindouf. Au-delà de l’inquiétude et des pleurs des premiers jours, j’ai vu des familles regarder en boucle les rares images retransmises sans se lasser d’exprimer leur tristesse et leur compassion ». De la tristesse. Ensuite, est venu le temps de la colère.

DES JEUNES QUI VEULENT EN DÉCOUDRE AVEC LA MINURSO

Les jours suivants, écrit Jean-François Debargue, dans un témoignage d’une grande sobriété, « j’ai vu les jeunes voulant en découdre avec la Minurso, puis des groupes de femmes, déterminées à marcher vers le mur et ses champs de mines, être raisonnées par le Polisario ». Il constate que le « gouvernement sahraoui a arrêté toutes ces tentatives spontanées et affirme vouloir aller jusqu’au bout des initiatives de négociations encore possibles. La population, malgré les douleurs familiales, reste incroyablement respectueuse des décisions hiérarchiques ». Jusqu’à quand cependant, le Polisario pourra- t-il contenir une jeunesse qui ne supporte plus la situation d’injustice subie par les Sahraouis ? La volonté des jeunes d’en « découdre » avec la Minurso n’a pas besoin d’être largement expliquée. Cette mission en charge officiellement de l’organisation du référendum au Sahara Occidental s’est transformée en instrument de surveillance du maintien du cessez-le-feu, elle ne s’occupe plus de sa mission originelle. La Minurso incarne parfaitement la situation inique faite aux Sahraouis : elle ne s’occupe pas de l’autodétermination mais elle oeuvre à fermer l’option légitime de la lutte armée face à l’impasse. Si le Polisario contrôle encore la situation, il n’est pas sûr qu’il puisse résister à la pression des jeunes si la situation d’impasse perdure.

Or, au vu de l’attitude de la communauté internationale, cette impasse est partie pour durer. Les manifestants, qui scandaient des slogans appelant la direction du Polisario à adopter une position « plus ferme pour sauver les citoyens sahraouis » au Sahara Occidental, adressaient de fait un avertissement aux dirigeants sahraouis.

LA PATIENCE A SES LIMITES

La grande patience dont font preuve les Sahraouis commence à atteindre des limites. Quand des manifestants disent « leur disposition à prendre les armes et à se sacrifier pour la libération de leur pays », c’est aussi bien l’affirmation d’une détermination qu’un reproche à la direction du Polisario. Manifestement, les jeunes Sahraouis ne veulent pas que la direction du Polisario tombe dans les travers d’une action diplomatique sans autre but que de donner l’illusion qu’il existe un processus politique qui rendrait « caduc » le retour à la lutte armée. Pour les réfugiés sahraouis, l’attitude du gouvernement espagnol incarne jusqu’à l’écoeurement la malhonnêteté des Etats occidentaux qui cherchent à imposer le plan d’autonomie marocain comme ersatz à l’autodétermination. Zapatero n’a pas hésité à invoquer « l’intérêt de l’Espagne » pour justifier une attitude pour le moins scandaleusement timorée qui a été dénoncée avant-hier par des milliers de manifestants espagnols. La violente attaque marocaine contre le campement de l’affirmation nationale sahraoui est une escalade violente qui bénéficie de la « compréhension » des Occidentaux.

Le message a été clairement perçu par la population sahraouie que ce soit dans les camps de réfugiés, dans les territoires occupés ou à Madrid. D’où la réaffirmation claire que le retour à la lutte armée est une option légitime.

Salem Ferdi

Tags: Maroc Affrontement Sahara Occidental Polisario

Source : Le Quotidien d'Oran

2 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

2 commentaires


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir