samedi 21 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

Des images des 7 otages enlevés au Niger

Aqmi fait monter les enchères

2 octobre 2010
Aqmi fait monter les enchères

Des images des sept otages en levés au nord du Niger par l’Aqmi ont été diffusées sur un site djihadiste.

Le groupe terroriste a fait le « premier pas » - mettre en évidence que les otages sont bien vivants
- qui peut constituer le prélude à la négociation. La « réponse » de Paris a été positive. La diffusion des images des sept otages - cinq Français, un Malgache et un Togolais - enlevés le 16 septembre dernier a été qualifiée de « signe encourageant » par le porteparole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero. Cela « constitue un signe encourageant dans la mesure où elle montre tous les otages en vie ». Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, tout en prenant acte du fait que les « otages semblent en bonne santé », a indiqué que la France était en attente de connaître les exigences des ravisseurs. « Pour le reste, nous attendons (…) Nous continuons à être plus qu’attentifs, complètement prêts si d’autres signaux nous sont adressés ». Le gouvernement français ne semble vouloir fermer aucune option et agira en fonction des desseins des chefs de l’Aqmi. Tout en effet en dépend. Les chefs de l’Aqmi ont-ils l’intention de négocier des rançons et des libérations de détenus  ? Cela paraît, a priori, l’objectif le plus vraisemblable. Mais il pourrait mettre Paris devant une situation difficile si parmi les éventuelles exigences de l’Aqmi figure la libération des détenus islamistes en France condamnés pour les attentats de 1995.

La France qui a exercé des pressions sur le Mali pour faire libérer des djihadistes
- après un simulacre de procès - peut-elle envisager de libérer des djihadistes détenus pour avoir commis des attentats en France.

LA LIGNE DURE DES RESPONSABLES SÉCURITAIRES FRANÇAIS

Sur un plateau d’une TV française, d’anciens responsables sécuritaires laissaient entendre ouvertement que la libération de Rachid Ramda and co n’était pas envisageable et suggéraient clairement de refuser de négocier. Et donc de considérer les otages comme perdus. Un discours que le pouvoir français ne peut se permettre d’endosser ouvertement. D’où le discours répété sur l’attente des revendications des ravisseurs. Ce serait l’absence d’offre de négociation d’Aqmi qui motiverait un choix militaire… C’est la ligne officiellement exprimée par Paris dans le cas de l’otage Michel Germaneau, tué par Aqmi après un raid franco- mauritanien, fin juillet, au nord du Mali. « Pour l’instant, nous n’avons reçu aucune revendication d’Aqmi, hormis la revendication de la prise d’otages, il y a désormais près de 10 jours, mais c’est tout », a déclaré le ministre de la Défense Hervé Morin, « nous attendons avant tout de savoir ce que demandent les ravisseurs ». Les pays de la région - Algérie, Mauritanie, Niger et Mali - tentent de renforcer leur coordination avec la mise en place d’un centre conjoint de renseignements. Le président malien, Amadou Toumani Touré, a critiqué le « déficit de coopération régionale » dans un entretien au journal français Libération. « Les forces terroristes actuelles ne sont pas audessus de nos capacités.

Il faut un plan sous-régional », a indiqué le président malien qui a encore rejeté l’idée que son pays soit le maillon faible de la lutte antiterroriste.

ATT : « ILS SONT VENUS DU MAGHREB »

Le président malien considère que son pays est « otage et victime. Ces gens ne sont pas Maliens. Ils sont venus du Maghreb avec des idées que nous ne connaissons pas ». Le « rôle de la France doit rester dans l’accompagnement et l’appui au plan matériel », a-t-il indiqué. Le président malien a évoqué la remise en liberté de l’otage Pierre Camatte en contrepartie de la libération de djihadistes. « Aujourd’hui, encore nous en payons le prix. La Mauritanie et l’Algérie ont rappelé leurs ambassadeurs », rappelle-t-il. L’ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ahmedou Ould Abdallah, a estimé pour sa part que l’Algérie pouvait « faire plus » pour la coopération régionale face à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) au Sahel et qu’elle doit « se montrer plus patiente ». « Il est de notoriété publique que ceux qui montrent le plus de violence (au Sahara) sont issus (...) particulièrement de la guerre civile en Algérie… Le gouvernement algérien peut faire plus car il a les institutions les plus expérimentées, les plus professionnelles, le plus de moyens financiers et humains ».

Tags: France Otage Rançon Aqmi

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir