vendredi 20 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

Non-lieu du diplomate Hasseni : Développement positif, selon Paris

2 septembre 2010

Paris a finalement adopté une position plus conforme à ce qu’avait espéré depuis deux ans l’Algérie dans l’affaire du diplomate Mohamed Ziane Hasseni, accusé par la justice française dans l’affaire de l’assassinat du militant du FFS, l’avocat algérien Ali Mecili. Le diplomate algérien, en fait chef du protocole au ministère des Affaires étrangères,

avait été arrêté en août 2008 à sa descente d’avion à l’aéroport de Marseille et inculpé en vertu d’un mandat d’arrêt international. Mardi, la justice française abandonnait toute poursuite judiciaire contre le diplomate algérien, après deux années de procédures judiciaires. Au lendemain de la décision du non-lieu dans cette affaire, Paris réagit positivement. « L’abandon par la justice française des poursuites contre un diplomate algérien, un temps soupçonné d’avoir été impliqué dans l’assassinat de l’opposant Ali Mecili à Paris en 1987, est un développement positif », estime le ministère français des Affaires étrangères. « Le prononcé de cette décision de la Cour d’appel de Paris apporte un développement positif pour nos relations bilatérales dont notre volonté est bien d’en poursuivre l’approfondissement et le développement », a déclaré le porte-parole du ministère Bernard Valero.

Pour rappel, la Cour d’appel de Paris avait prononcé mardi un non-lieu au diplomate algérien, selon son avocat Me Jean-Louis Pelletier. La chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris avait été saisie d’une demande de non-lieu du diplomate dans cette affaire, qui a encore envenimé un climat délétère entre Alger et Paris, dont la mauvaise passe des relations bilatérales n’avait pas besoin d’un tel incident politique entre les deux pays. L’arrestation de M. Hasseni, d’une manière peu protocolaire, avait en réalité rallumé cette vieille rancœur qui perdure entre les deux pays, la droite française, sous le règne de Sarkozy, n’ayant pas fait l’effort d’améliorer cette situation, du moins apaiser les tensions. Suffisant pour rallumer toutes les colères contre un pays qui ne fait pas assez, du point de vue d’Alger, pour effacer sa mauvaise réputation d’Etat faisant l’apologie du colonialisme, surtout sous l’actuel mandat de Nicolas Sarkozy. Paris avait-il besoin d’en rajouter dans ses relations tumultueuses avec l’Algérie ? Toujours est-il que l’affaire Hasseni sentait le roussi. La justice française, qui se prévalait de la séparation des pouvoirs et refusait toute intervention politique pour dénouer cette malheureuse affaire, avait voulu aller jusqu’au bout, malgré les protestations du diplomate algérien et celles officielles de l’Algérie.

A Alger, beaucoup voyaient dans la direction dans laquelle cette affaire était menée un signe que Paris n’arrivait pas à se dépêtrer de ses mauvais travers, notamment dans ses relations avec l’Algérie. Et puis, après des protestations officielles de l’Algérie, l’affaire prend une tournure plus positive, comme un signal que Paris est prêt à tourner la page d’une période de tension. « La chambre de l’instruction a accordé un non-lieu à M. Hasseni, il n’est plus concerné par cette affaire », a déclaré Me Pelletier. Dans sa réaction sur cet épilogue « heureux » de l’affaire Hasseni, le ministère français des Affaires étrangères a également ajouté que Paris attend que « toute la lumière soit faite (...) afin que ce crime ne reste pas impuni ».

Tags: Algérie France Mohamed Ziane Hasseni

Source : El-annabi.com

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir