lundi 23 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

70% affirment observer le jeûne

Dossier : Le ramadhan en France

24 août 2010
Dossier : Le ramadhan en France

Dans les quartiers à forte concentration musulmane comme la Goutte d’or et Barbès à Paris, l’on se rend vite compte qu’on est en plein mois de ramadan.

A quoi ressemble le mois de jeûne en France ? Qu’est-ce qui fait sa particularité ? Comment les musulmans se préparent-ils à l’accueillir ? Annoncé par le Conseil français du culte musulman (CFCM), qui s’était réuni à la Grande Mosquée de Paris pour fixer la date du début du ramadan, mois de grands moments de piété et de partage, il ne passe pas inaperçu sur l’autre rive de la Méditerranée, notamment dans les grandes villes où réside une importante communauté musulmane, à l’instar de Paris, Marseille et Lyon. En effet, la France est le premier pays d’Europe comptant le plus grand nombre de musulmans, 5 à 6 millions, et parmi eux 70% affirment observer le jeûne, selon une enquête réalisée l’année dernière par l’Institut français d’opinion publique (Ifop), contre 60% il y a une vingtaine d’années. Dans les quartiers à forte concentration musulmane comme la Goutte d’or et Barbès à Paris, on sent vite que c’est ramadan, tant il est rare de voir un habitant du coin manger, boire ou fumer dans la rue. Les marchés aussi sont dans l’ambiance du ramadan à travers les gâteaux traditionnels, les dattes, mais aussi et surtout la viande halal, proposés par les commerçants, des Maghrébins le plus souvent.

Les grandes enseignes de distribution telles que Auchan, Carrefour et Leclerc se mettent aussi, depuis quelques années, à l’heure du mois sacré en réservant des stands aux produits halal : viande, épices du Maghreb et dattes entre autres, qu’elles écoulent grâce à des campagnes publicitaires lancées plusieurs semaines auparavant. En effet, le marché halal en France, représentant un enjeu intéressant sur le plan économique, suscite une concurrence entre organismes investisseurs de plus en plus forte. Selon des estimations, il pèserait désormais près de 5 milliards d’euros ; chiffre notamment contesté par la Grande Mosquée de Paris qui le juge surévalué. Sur un autre plan, des quêtes sont organisées au niveau des mosquées et des marchés et l’argent récolté servira à la préparation de plats pour les nécessiteux.

Autres signes de ramadan en France : les quartiers abritant une forte communauté musulmane sont très animés le soir après la rupture du jeûne. Ailleurs, des associations organisent régulièrement des expositions et des concerts.

Décor de circonstance à Marseille

S’il est une ville de France où les signes du ramadan sont perceptibles un peu partout, c’est bien Marseille, la « 49e wilaya d’Algérie » comme aiment à l’appeler certains, en référence à l’importante communauté algérienne qui y est établie.

Quelques jours avant le début du mois sacré, ses « ingrédients » font leur apparition dans les marchés. Epices, gâteaux orientaux, piments et olives faits maison, tous les produits ramadanesques sont proposés par les commerçants qui ne lésinent pas sur leur voix pour attirer le maximum de clients et faire un bon chiffre d’affaires. Pour certains, cela passe aussi par le lancement de promotions sur les produits les plus demandés durant le mois de jeûne, comme la viande, par exemple. Ces soldes exceptionnels touchent également… la téléphonie.

Les taxiphones proposent des offres de communication alléchantes vers les pays du Maghreb particulièrement à l’occasion de ce mois. Des quêtes d’argent pour construire des mosquées sont organisées, avec l’autorisation des autorités locales, par des étudiants qui sillonnent les marchés plusieurs jours avant le début du ramadan. « Récemment, un jeune étudiant chargé de cette mission au niveau du marché aux Puces, m’a révélé qu’il avait réussi à amasser pas moins de 900 euros en une seule journée. C’est vous dire combien les gens sont généreux ici », souligne Noureddine, un Algérien de 38 ans qui vient juste de s’installer dans la cité phocéenne. Au niveau des mosquées aussi - une au moins par arrondissement, l’ambiance ramadanesque est visible.

Des réunions y sont organisées une semaine avant le lancement du mois sacré pour récolter l’argent nécessaire à la préparation de plats en faveur des nécessiteux. Chaque fidèle est appelé à apporter sa contribution pour la réussite de cette action de solidarité en fonction de ses moyens, bien sûr. Dans le même registre, des familles invitent, plusieurs jours à l’avance, les étudiants et les personnes vivant seules à rompre le jeûne avec elles. Par ailleurs, des entreprises et des associations procèdent, deux ou trois jours avant le début du mois sacré, à la distribution de calendriers « spécial ramadan » sur lesquels sont portés les horaires de l’iftar et de l’imsak. De leur côté, certains médias locaux, comme Radio Soleil et Radio Gazelle, fournissent aux musulmans toutes les informations relatives au mois de ramadan, qui « ne passe pas du tout inaperçu ici », commente Noureddine. Et pour cause : « Les musulmans sont présents en grand nombre à Marseille. » « Ce qui frappe l’esprit ici durant le ramadan, c’est que de nombreux bistrots et restaurants sont fermés la journée. La raison ? Ils sont tenus par des musulmans », conclut-il.

Les employeurs face à la pratique du jeûne

Attitude n De plus en plus d’entreprises acceptent la pratique du jeûne de ramadan en France. Mieux encore, certaines procèdent à des aménagements horaires pour leurs employés musulmans.

Les températures élevées, les longues journées d’été, les sorties tardives du travail seront autant d’ennemis pendant ce mois de privation. Cette année, le ramadan au mois d’août est une véritable aubaine pour les musulmans. Beaucoup partent en congé et certaines entreprises ferment carrément. « On en a de la chance : on peut jeûner tranquillement sans avoir à se soucier des contraintes du boulot », relève Amar qui exerce dans une collectivité locale à Paris. De son avis, il n’est pas toujours facile de travailler à jeûn : « Votre responsable hiérarchique se rend vite compte que vous n’êtes pas en possession de tous vos moyens et tente d’en connaître les raisons. Si vous lui dites la vérité, il risque d’avoir une opinion négative sur vous avec toutes les idées reçues sur les musulmans. » « Quand le ramadan coïncide avec les congés comme c’est le cas cette année, on évite tout cela », poursuit-il.

Cependant, en règle générale, un grand nombre d’employeurs sont conciliants et acceptent d’aménager les conditions de travail de leurs employés pratiquant le jeûne, sans que ce geste désorganise l’entreprise ou que le reste du personnel en pâtisse. Certains accordent souvent le droit à leurs employés de partir plus tôt. Parfois, ils accordent l’Aïd en « jour férié » pour tous. Ce type de pratique permet à tous les employés de travailler harmonieusement et donc plus efficacement. L’employeur comme les employés sont gagnants. « J’ai eu la permission de partir à 20h 30 au lieu de 21h pour pouvoir manger plus tôt, car c’est très fatigant », a témoigné à l’Agence France Presse (AFP) Mariana, 41 ans, femme de ménage pour une société de nettoyage. Seulement, dans la majorité des cas, les salariés musulmans préfèrent ne pas en informer leurs employeurs, encore moins leurs collègues. Quand ils se sentent en difficulté au travail, ils préfèrent opter pour un départ en congé plutôt que de demander un quelconque aménagement. Et ceux qui n’ont pas d’autre choix que de travailler doivent, alors, se surpasser pour ne pas paraître en méforme et éviter ainsi les remarques qui pourraient en découler. « Il ne faut surtout pas que votre rendement diminue, car on risque de faire vite le lien avec ramadan. Personnellement, je fais tout mon possible pour que l’on ne me dise pas que je travaille moins durant ce mois », relève Amar. _ Pour les femmes qui travaillent, la tâche est encore plus difficile, car une fois la journée de travail terminée, le plus souvent à 17h ou 17h 30, elles doivent s’atteler à la préparation du f’tour.

« Pas de vacances au bled cette année ! »

Les émigrés, qui constituent le gros de la communauté musulmane de France, ont été peu nombreux à passer leurs vacances, cette année, dans leur pays d’origine. Ceux qui l’ont fait ont opté pour juillet au lieu d’août pour pouvoir passer le mois de jeûne en France. La raison ? « Il est vraiment difficile de jeûner sous la chaleur, le temps est plus clément ici », nous a-t-on expliqué.
Du coup, les avions à destination d’Algérie, du Maroc et de la Tunisie pour ne citer que ces pays du Maghreb, affichent ‘’vides’’ ou presque depuis le début du mois de ramadan. Pourtant, les compagnies aériennes ont lancé des promotions alléchantes, sans toutefois réussir à séduire grand monde.

Des mosquées pleines à Paris

Images. Quand le mois sacré débute, les mosquées, implantées pour la plupart dans les 18e et 19e arrondissements, s’avèrent le plus souvent trop exiguës pour accueillir les nombreux fidèles.

C’est dans les quartiers où il y a une forte communauté musulmane que l’on peut véritablement sentir l’« odeur » du ramadan à Paris. Ils sont principalement répartis entre les 11e, 18e, 19e et 20e arrondissements. Les plus connus restent la Goutte d’or et Barbès où les produits typiquement ramadanesques, tels que la zlabia, font leur apparition dans les marchés dès la dernière semaine du mois de chaâbane. Quand le mois sacré débute, les mosquées, implantées pour la plupart dans les 18e et 19e arrondissements s’avèrent le plus souvent trop exiguës pour accueillir les nombreux fidèles qui y viennent accomplir leur devoir religieux. « Ces lieux de culte sont très fréquentés durant ce mois car beaucoup tiennent à y accomplir la prière du coucher du soleil », témoigne Amar, 42 ans, qui vit à Pantin dans le 18e arrondissement depuis bientôt 13 ans. Selon lui, les jeunes générations issues de l’émigration sont très attachées à l’islam : « Elles sont de plus en plus pieuses : elles font la prière, observent le jeûne, mangent halal. » Certaines mosquées offrent également aux nécessiteux et autres personnes vivant seules la possibilité de rompre le jeûne en groupe. Au menu, l’incontournable chorba, un plat de résistance avec viande et un dessert le plus souvent.
La particularité du ramadan cette année dans la capitale française pour Amar, ce sont « les rayons de produits halal introduits par les grandes enseignes de distribution.

Pratiquement, toutes ont lancé des campagnes publicitaires quelques jours avant le mois sacré pour faire connaître leurs nouveaux produits. Il faut dire que les musulmans dans la région parisienne sont très nombreux ». Sur un autre registre, il indique que les soirées sont un peu plus animées que d’habitude. « Ceci est dû au fait que le mois sacré intervient cette année en plein mois d’août. Beaucoup sont en congé et une fois n’est pas coutume, ils ne sont pas partis au bled. Du coup, ils sortent le soir et veillent jusqu’à une heure tardive », explique-t-il, non sans signaler que des concerts et des galas sont organisés un peu partout...

Kamel Imarazène

Tags: Dossier France Ramadhan Islam

Source : El-annabi.com

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • Dossier : Le ramadhan en France par loulette 3 janvier 2011 10:38

    Marseillaise, j’ai compris depuis longtemps que Marseille ma ville natale, mon pays la France sont sous occupation musulmane. Même un église dans un quartier de Marseille a été murée alors que les mosquées fleurissent. On s’aperçoit vraiment que les français aiment leur pays ! C’est vrai que tous les étrangers communistes qui venaient en France parce que dans leur pays respectif on leur tapait sur la gueule, ont continué à voter communiste dans notre pays et cela n’a pas contribué à l’évolution. Maintenant, c’est trop tard c’est la chute libre et comme souvenir de notre belle France il restera Versailles avant que l’on construise à sa place une belle mosquée. Quelle honte d’être français !

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir