lundi 21 août 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

Crise libyenne : Le nerf de la guerre

14 juillet 2011
Crise libyenne : Le nerf de la guerre

La France de Sarkozy propage une nouvelle diversion dans le débat sur la question libyenne : le coût de la guerre. Un mensonge aussi gros que la cagnotte libyenne détenue dans les banques européennes.

Quatre mois après le déclenchement de la guerre par les Occidentaux contre le régime du colonel Kadhafi et ses armées, la question de sa légitimité et de sa poursuite oppose une partie des pays africains et arabes aux Occidentaux. Ces derniers ne font aucun mystère sur l’objectif de l’offensive contre la Libye : la chute de Kadhafi et son régime politique.

Et dans cet affrontement les Occidentaux ne sont pas, contrairement à la rumeur et propagande de leurs services secrets, pressés d’en finir. L’idée diffusée ces dernières semaines et qui alerte sur le coût financier de cette guerre est une grosse « tromperie ». Les alliés occidentaux n’ont pas déboursé, en réalité, un seul euro dans cette opération. Car, faut-il rappeler que plus de 150 milliards d’euros de la fortune personnelle de Kadhafi et sa famille, accumulés dans les banques européennes sont sous séquestre ? Faut-il rappeler que les fonds souverains de l’Etat libyen placés dans des banques européennes, avant la guerre, sont estimés à plus de 250 milliards d’euros ? Enfin, est-il nécessaire de signaler que le soutien logistique et armé aux rebelles libyens est, d’après les propres déclarations des coalisés, facturé sur tous les avoirs de l’Etat libyen, gelé par les Occidentaux ? Outre ces données, rappelons enfin que les rebelles et Occidentaux contrôlent depuis le deuxième mois de la guerre (avril) la production et la commercialisation du pétrole des ports de Benghazi et Misrata et dont les revenus servent, en grande partie, à couvrir les frais de la guerre contre Kadhafi. Ainsi, la guerre contre Kadhafi et son armée est non seulement financée par les Libyens eux-mêmes, mais fait tourner également l’industrie de l’armement européen et américain.

« La guerre a déjà coûté 100 millions d’euros à la France  », avancent les officines de propagande française, « soit un million d’euros par jour » précisent- elles. En plus du ridicule du montant et le mépris du coût en vies humaines libyennes et autres victimes collatérales ; en plus de la tragédie des centaines de milliers de réfugiés dans les camps de fortune, faut bien se rendre compte qu’un nouveau cap, celui du cynisme et de l’abjection, vient d’être franchi par les coalisés, principalement, la France de Sarkozy, pour mettre sous tutelle politique la Libye de « l’après Kadhafi ». C’est dans ce sens qu’il faut lire, certainement, la position officielle algérienne qui insiste pour une « solution politique » à la crise en Libye. Il ne s’agit pas de défendre le régime politique du colonel Kadhafi, mais de laisser les Libyens décider, seuls, de l’avenir politique de leur pays.

Quant au colonel Kadhafi, il est clair qu’il lui est impossible d’envisager un quelconque retour politique. Il devra négocier, en cas de survie, l’indulgence de la Cour pénale internationale. En insistant sur une solution politique, l’Algérie prend les devants sur la question libyenne, tant il est vrai qu’aucune guerre ne s’est jamais terminée sans des « négociations et un accord politiques. » Peu importe les termes des accords, qui en est vainqueur ou perdant, l’essentiel est que toutes les sorties de guerres ont été l’aboutissement d’un « processus politique ». La vraie question est de savoir si la guerre contre le régime libyen est légitime, juste ou pas. Sans revenir sur les raisons de la révolte des Libyens en mars dernier, ni de l’influence du « printemps arabe » commencé en Tunisie, Egypte et ailleurs, il nous faut constater, hélas, que la réaction de Kadhafi, aux manifestations populaires, a été d’une violence inouïe, sans pareille ailleurs : Kadhafi a insulté le peuple libyen et l’a bombardé, dès le premier jour de la révolte, à coups de missiles et d’obus de chars. C’était donner l’occasion inespérée aux Occidentaux, conduits par la France de Sarkozy d’entrer, au nom de la légitime défense d’un peuple martyrisé, directement dans le conflit et d’occuper une place stratégique au Maghreb et en Méditerranée. Au fond, l’attitude du colonel Kadhafi arrange bien les affaires et calculs occidentaux, en particulier, français. Il est non seulement à l’origine de la guerre dans son propre pays, mais aussi le principal obstacle « politique  » au retour à la paix.

Tags: France Libye

Source : Le Quotidien d'Oran

2 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

2 commentaires

  • Crise libyenne : Le nerf de la guerre par Filippi Michel 14 juillet 2011 09:56

    J’apprécie votre article et sa conclusion : il s’agit bien d’occuper une place stratégique et je rajouterai "dans une problématique des frontières de l’Europe". L’Europe n’est-elle formée que des Etats continentaux du nord de la Méditerranée ? Où sont ses frontières ? Jusqu’au Sahel ?

    Répondre à ce message

  • Crise libyenne : Le nerf de la guerre par patson 14 juillet 2011 11:48

    " C’était donner l’occasion inespérée aux Occidentaux, conduits par la France de Sarkozy d’entrer, au nom de la légitime défense d’un peuple martyrisé, directement dans le conflit et d’occuper une place stratégique au Maghreb et en Méditerranée"

    Et les Palestiniens ne forment-ils pas un peuple martyrisé ? à quand une intervention occidentale contre Israel ?

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir