jeudi 19 octobre 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

Washington s’adapte mais reste sous emprise israélienne

Obama rate le printemps arabe

21 mai 2011
Obama rate le printemps arabe

Barack Obama se met au « printemps ». Son discours n’est pas vraiment une rupture mais une adaptation aux changements en cours dans le monde arabe, qui ont commencé par emporter des dirigeants « amis » dont le très pesant Hosni Moubarak.

Difficile de continuer à ignorer que la « rue arabe  », soudainement anoblie en « peuple  », n’ignore pas que les Etats-Unis ont toujours préféré les dictatures arabes aux démocraties. Les grandes appréhensions sur la « sécurité d’Israël » après la chute de Moubarak l’illustrent parfaitement. M.Obama et son Administration semblent pressentir qu’un mouvement de fond est en train de s’opérer dans le monde et ils ont décidé – sur le plan du discours au moins – de s’y adapter. En annonçant un soutien aux mouvements pour la démocratie dans le monde arabe. Le président américain estime ainsi qu’un changement d’approche est nécessaire sinon les Etats-Unis feront face à une profonde rupture avec le monde arabe. Comment s’exprime ce changement d’approche  ? Il est aisé désormais de saluer les révolutions en Tunisie et en Egypte qui ont été, en dépit de toutes les tentatives de récupération, des surprises. Plutôt des « mauvaises surprises » qui contraignent l’Administration américaine à l’adaptation.

Encore que ces pays « modèles  » sont loin de recevoir un soutien économique sérieux à une transition risquée. Un milliard de dollars de dette effacé et près d’un autre en crédit bon marché, l’Egypte reçoit beaucoup moins que pour sa participation à la première guerre du Golfe (7 milliards de dollars). Les Tunisiens se contenteront de félicitations et de promesses. Ensuite, viennent les admonestations. Au Syrien Bachar Al Assad, un avertissement. Il doit choisir entre « diriger la transition ou s’écarter ». Kadhafi est, lui, déjà condamné. Rien de plus facile à faire. Le président américain devient plus précautionneux quand il s’agit des régimes alliés. Au Bahreïn où la famille régnante réprime la majorité de la population (chiite) qui réclame l’égalité des droits, Barack Obama prône un « vrai dialogue ». Il a aussi rappelé que le président du Yémen, Ali Abdallah Saleh, devait respecter ses engagements concernant la transition du pouvoir. Pas un mot cependant sur l’Arabie Saoudite, pays essentiel dans le dispositif, peu démocratique, des Américains dans la région. Mais les opinions arabes n’attendaient pas Barack Obama sur le terrain d’un combat démocratique qui se mène depuis des décennies, sans l’appui occidental.

MISES EN GARDE AUX PALESTINIENS

Les professions de foi démocratiques sont d’autant plus douteuses qu’il existe une surdétermination de la politique « arabe » de l’Administration américaine par le prisme israélien. Le président américain, qui n’a plus de crédit sur la question palestinienne a tenté, en jouant sur les mots, de créer une apparence de nouveau en évoquant un Etat palestinien dans les frontières de 1967. Une fausse avancée alors que sur le fond, Barack Obama ne déroge pas à la ligne de soutien total à Israël. « Le retrait complet et graduel des forces militaires israéliennes devrait être coordonné dans l’idée d’une responsabilité de la sécurité palestinienne dans un Etat souverain et non militarisé », a-t-il précisé. « Il faudra se mettre d’accord sur la durée de cette période de transition, et l’efficacité des accords de sécurité devra être démontrée ». Le souci des intérêts israéliens prédomine. La référence aux frontières de 1967 s’accompagne d’une série de mises en garde et de critiques adressées aux Palestiniens. Comme les sionistes, Obama n’aime pas la réconciliation entre les Palestiniens et il ne dit rien sur les colonies. Il avait déjà opéré un repli sur le sujet sous la pression du lobby.

Obama parle, tout comme Netanyahu, d’Etat juif et il annonce aux Palestiniens qu’il s’opposera à la reconnaissance de l’Etat palestinien par l’Onu. Le mouvement des citoyens arabes que M.Obama a choisi de saluer l’attendait strictement sur la question palestinienne et le constat est clair. Le président américain a raté le printemps... en Palestine.

Tags: Israël Palestine Barack Obama

Source : Le Quotidien d'Oran

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • Obama rate le printemps arabe par set19 23 mai 2011 12:21

    Barak obama parle maintenant d’un etat palestinien avec des frontieres de 67 mais "modifiees"...sa premiere reaction n’a pas plu au premier ministre sioniste.
    La rue arabe...les bouleversements arabes...la democratisation...des pays arabe post printemps arabe sont unanimes sur la question palestinienne...ils sont tous pour:UNE PALESTINE UNIE INDIVISIBLE ET LIBRE DE L’OCCUPATION SIONISTE.
    Sauf s’il y a recuperation !!attention...
    La diabolisation de L’Iran est a prendre au serieux...faire croire aux pays arabes que c’est l’ennemi no 1 est un leurre...
    L’Ennemi n01 est l’etat sioniste.

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir