mardi 27 juin 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

Commémoration de la Nakba

Israël tire sur les Palestiniens, Libanais et Syriens

16 mai 2011

Plusieurs morts par balles, tués par des militaires israéliens, ont été déplorés hier au Liban, dans le plateau occupé du Golan et dans les territoires palestiniens occupés, ainsi qu’à Ghaza lors de la commémoration annuelle de la « Nakba ».

Déjà vendredi, la « Nakba » a été endeuillée par la mort d’un Palestinien de 16 ans, touché par une balle au bas ventre, dans le quartier arabe de Silwan, au pied des remparts de la Vieille ville d’Al Qods. Plus de 60 Palestiniens ont été arrêtés depuis vendredi, selon le porte-parole de la police Micky Rosenfeld. Quelque 10.000 policiers et gardes- frontières ont été mobilisés pour « cet événement », alors que l’armée israélienne a déployé sept bataillons supplémentaires (environ 3.500 hommes) en Cisjordanie occupée, imposé un bouclage strict de la région de samedi minuit (21H00 GMT) jusqu’à la même heure dimanche. En outre, la police israélienne avait réimposé dimanche des restrictions à l’accès à l’esplanade des Mosquées, dans la Vieille ville d’Al Qods occupée.

La « Nakba » a été également célébrée au Liban, où six personnes ont été tuées et 71 autres blessées par des tirs israéliens dimanche à la frontière avec l’Etat sioniste, au moment où des réfugiés palestiniens manifestaient du côté libanais. Rassemblés à l’occasion du 63e anniversaire de l’exode des Palestiniens après la création d’Israël en mai 1948, des milliers de réfugiés venus de différentes régions libanaises s’étaient rassemblés dans la localité frontalière de Maroun ar-Ras, à un kilomètre de l’Etat hébreu. La tension est montée d’un cran lorsque des dizaines de jeunes manifestants ont franchi le cordon de l’armée pour s’approcher des barbelés. « Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifions pour toi Palestine », criaient-ils en accrochant des drapeaux palestiniens sur les barbelés. Les soldats israéliens ont réagi en tirant sur les manifestants, selon les services de sécurité libanais. Même ambiance du côté du Golan syrien occupé où des de manifestants ont été la cible de tirs à balles réelles de soldats israéliens.

Les services de sécurité israéliens ont reconnu que l’armée (israélienne) a ouvert le feu dimanche sur des manifestants venus de Syrie qui avaient pénétré dans le Golan occupé. Selon la télévision publique israélienne, qui ne cite pas de sources, quatre personnes ont été tuées et d’autres blessées parmi les manifestants lançant des pierres pour le 63e anniversaire de la « Nakba ». Les services d’urgence israéliens ont fait état pour leur part de « dix à vingt blessés et apparemment un mort » par des tirs de l’armée. La réaction de la Syrie a été violente, Damas ayant dénoncé l’agression de manifestants lors de la Nakba. Ainsi, la Syrie a accusé Israël d’avoir ouvert le feu sur des manifestants sur le plateau du Golan et le sud du Liban, qui défilaient pour commémorer la Nakba palestinienne, affirmant que l’Etat hébreu devra assumer la responsabilité de ses actes. « Nous dénonçons fermement les actes criminels d’Israël contre notre peuple dans le plateau du Golan, en Palestine et dans le sud du Liban qui ont fait plusieurs morts et blessés », affirme le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. « Israël devra assumer la totale responsabilité de ses actes ». Pour autant, l’armée israélienne tente de nier ces crimes odieux, qualifiant d’ »acte très grave  » l’entrée dans la partie du Golan syrien occupé par Israël de manifestants venus de Syrie, l’imputant à Damas, dans une déclaration de sa porte-parole. L’armée israélienne a indiqué dans un communiqué avoir blessé seulement des dizaines de manifestants qui avaient pénétré dans la localité de Majdal Chams, dans la partie occupée du Golan, afin d’« empêcher des émeutiers de s’infiltrer en territoire israélien », selon elle. « Des milliers de manifestants du côté syrien ont attaqué notamment avec des pierres nos soldats de l’autre côté et des dizaines d’entre eux ont pénétré en Israël », a-t-elle précisé, ajoutant que les forces israéliennes avaient effectué des « tirs de semonce ». « Le pouvoir en Syrie a organisé cette manifestation violente pour tenter de détourner l’opinion mondiale de ce qui se passe dans ses villes », a-t-elle estimé, en référence à la répression sanglante de la contestation en Syrie. Il s’agit d’un des incidents frontaliers les plus graves entre les deux pays depuis la guerre israélo-arabe de 1973. Israël a occupé le plateau du Golan lors de la guerre de juin 1967 avant de l’annexer en 1981.

La communauté internationale n’a jamais reconnu cette décision et considère le Golan comme un territoire occupé. Par ailleurs, des manifestations commémorant la Nakba ont été organisées dans plusieurs villes du Moyen-Orient, notamment à Amman et Istanbul. La « Nakba » s’est traduite par l’exode de quelque 760.000 Palestiniens de Palestine en 1948, point de départ de la question des réfugiés, actuellement au nombre de 4,8 millions avec leurs descendants, répartis pour l’essentiel entre la Jordanie, la Syrie, le Liban et les territoires palestiniens.

Tags: Israël Palestine

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir