mardi 22 août 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

Crise Libyenne : Kadhafi et ses amazones

21 mars 2011

Etrange attitude que celle du « Guide » de la révolution libyenne au soir de la première salve tirée par l’ennemi. Sans riposte digne du combattant qu’il se proclamait, il menace de mettre le feu… à la Méditerranée.

Dès les premières frappes françaises, samedi à 17h 45, sur des colonnes de blindés libyens aux alentours de la ville de Benghazi, les deux porte- parole du gouvernement de Kadhafi (l’un en langue arabe, l’autre en anglais) répétaient que leurs forces armées avaient stoppé toute action militaire contre les insurgés dans l’heure qui a suivi le vote de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’Onu, se conformant ainsi à la volonté de la communauté internationale. Ils ont annoncé que la Libye est ouverte à l’accueil d’une Commission internationale d’enquête et de vérification des faits sur le terrain. Vrai ou faux, peu importe, trop tard. La guerre avait commencé et leurs déclarations ressemblaient, à s’y méprendre, à une reddition sans la moindre résistance face à « l’ennemi ».

Ainsi Kadhafi a passé plus de quarante longues années à dépenser des milliers de milliards de dollars en armements en tous genres pour que, le moment de vérité venu, ils ne lui servent que pour un seul but : réprimer son propre peuple dans le sang. Quarante années à acheter des centaines d’avions de combat, des missiles sol-air, des milliers de chars, tanks et corvettes de combat ... pour équiper près de 100.000 combattants et pour qu’à la première attaque contre son pays, il agite le drapeau du vaincu. Quelle triste fin pour un « leader » qui se vantait d’avoir la première armée arabe et africaine ! Quelle honte d’avoir terrorisé avec son armada son propre pays et levé les bras à la première salve venue d’ailleurs ! Pathétique fin de règne d’un « Guide révolutionnaire arabe » abandonné, trahi par des frères de « l’énigmatique » Ligue des Etats arabes posant pour la gloire dans les salons de l’Elysée à Paris, aux côtés de ses ennemis occidentaux. Saddam Hussein lui, a riposté et tenté de résister quelques jours avant de battre en retraite dans une cache au milieu de villageois. Kadhafi s’est retiré, au premier soir de la guerre, dans son bunker, protégé par un bouclier humain de partisans civils. Et de là, il a appelé par radio interposée « au secours » le reste du monde auquel il a fait, depuis plus d’un mois, la sourde oreille lorsque celui-ci le suppliait d’entendre raison et de cesser d’assassiner son peuple. 1.000, 2.000, 6.000, 10.000... Libyens martyrisés dans un bain de sang par d’autres Libyens à ses ordres. Jusqu’aux premières heures du dimanche, Kadhafi, dérivant dans ses délires, menaçait encore de mettre à feu la Méditerranée et d’attaquer sans distinction des cibles civiles. Attaquer qui ? Les voisins tunisiens et égyptiens ? Il est encore temps pour le colonel Kadhafi d’éviter le pire en se conformant sans délai et sans réserve à toutes les exigences de la communauté internationale. La porte de la diplomatie se rouvrira au moment où les agressions cesseront », a garanti le président français dans sa déclaration qui a suivi le début des opérations contre la Libye.

Un sursis supplémentaire. Cela n’a pas suffi, parce que Kadhafi sait qu’il lui sera exigé de quitter définitivement le pouvoir et de rendre des comptes à son peuple pour les crimes commis et les vols des biens du peuple libyen au profit de sa famille. Acculé dans son bunker, ses discours se confondent entre appel à l’aide et menaces sur des cibles… civiles. Tout en reniant la légitimité du Conseil de sécurité de l’Onu, il l’appelle pour une réunion d’urgence. Comme si le « bouclier humain » autour de sa résidence-bunker ne lui suffisait pas, des marins étrangers dans le port de Tripoli sont retenus en Otage, alors que des journalistes subissent le même sort. Et jusqu’à la menace de lâcher des vagues d’immigrés clandestins sur l’Europe, lui qui leur a réservé des camps de rétention financés par ceux qui le frappent aujourd’hui. Ridicule. Ce sont les signes désespérés du vaincu. Kadhafi ira-t-il jusqu’à s’abriter derrière ses derniers gardes du corps, ses « amazones » qu’il se plaisait à exhiber aux yeux du monde ? Pourtant, un seul geste suffira pour éviter à « son » pays la destruction, la ruine et les morts : se livrer. Insensé qu’il est, il ne croit pas encore à sa fin, jusqu’au jour où quelques soldats occidentaux viendront le chercher dans sa résidence-bunker. Ainsi finissent aujourd’hui les tyrans.

Tags: Libye Gouvernement

Source : Le Quotidien d'Oran

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

2 commentaires

  • Crise Libyenne : Kadhafi et ses amazones par seb 19 avril 2011 00:19

    Vous dites "Ainsi Kadhafi a passé plus de quarante longues années à dépenser des milliers de milliards de dollars en armements".

    En 2008 le budget militaire libyen était de 1.9 milliards de dollars (source : wikipedia). Ce qui signifie qu’en 40 ans il aurait dépenser au maximum $70 milliards. Cela correspond à 1 (un) mois de budget de la défense US.

    Cet argent il ne part pas dans le vide, puisque les états-unis possèdent par exemple 10 porte avions de classe Nimitz (des bestiaux de 100 milles tonnes). Donc oui Khadafi a toutes les raisons de vouloir la reddition. Mais visiblement le Pentagone ne souhaite pas gagner trop vite et laisser pourrir la situation.

    Quoiqu’il en soit, j’espère que vous avez vérifier d’avantage les autres chiffres que vous avancez.

    Répondre à ce message

    • Crise Libyenne : Kadhafi et ses amazones 5 mai 2011 22:04, par paul

      Mais le monde est mechant. On donne a Kadafi toutes les qualifications, on l’appelle parfois fou, tueur de son propre peuple etc... Mais tous savent tres bien que Kadafi fut un veritable defenseur de la Libye son patrie et que les libyens vivaient mieux que tous les autres arabes et on contourne la realite pour renconter aux gents le mensonge. Kadafi n’est pas un fou.

      Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir