jeudi 14 décembre 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

Des avions pour réprimer l’opposition

Climat de terreur en Libye

24 février 2011
Climat de terreur en Libye

C’est la terreur en Libye, livrée à un véritable chaos après plus d’une semaine de violentes manifestations, violemment réprimées par l’armée et des mercenaires, pour le départ du colonel Kadhafi. Conséquence de ces troubles, le pétrole n’est plus pompé, les exportations de brut ont cessé hier avec le gel de la production de toutes les compagnies étrangères.

Mardi dans la soirée, les autorités li byennes ont fourni pour la premiè re fois un bilan officiel des victimes : 300 morts, dont 242 civils et 58 militaires. Benghazi (104 civils et 10 militaires tués), Al-Baïda (63 civils et 10 militaires) et Derna (29 civils et 36 militaires) sont les villes les plus touchées, toutes situées dans l’est de la Libye. Dans la soirée de mardi, le ministre de l’Intérieur, Abdel Fatah Younes, a déclaré qu’il se ralliait à la cause du peuple qui réclame le départ du colonel Kadhafi, selon des images diffusées par la chaîne qatarie Al-Jazeera. De hauts responsables libyens, ministres, diplomates ou militaires avaient déjà démissionné ou fait défection pour marquer leur opposition à la répression sanglante face au mouvement de contestation entamé le 15 février. Auparavant, Mouammar Kadhafi avait assuré dans une allocution télévisée d’une heure et demie qu’il resterait en Libye en tant que « chef de la révolution », promettant qu’il se « battrait jusqu’à la dernière goutte de (son) sang » et menaçant les manifestants armés de se voir infliger « la peine de mort ». Drapé dans une tunique marron, il a appelé l’armée et la police à reprendre la situation en mains. Des témoignages d’habitants de Tripoli indiquaient que les forces de sécurité loyales à Kadhafi terrorisaient la population en tirant aveuglément sur les manifestants ou les passants, provoquant une grande panique hier matin dans les grands faubourgs de la capitale libyenne. Des opérations de vendetta seraient également en cours, selon des habitants interrogés par téléphone par Al Jazeera. Des forces paramilitaires pénétrant dans les foyers et menaçant leurs occupants. Des scènes d’une extrême violence sont montrées par Al Jazeera, notamment celles de manifestants tombant net, atteints de balles tirées par des snipers, ou celles d’enfants morts par balles. Dans les cimetières, notamment à Benghazi, selon les images d’Al Jazeera, des dizaines de personnes se recueillaient devant plusieurs tombes, fraîchement creusées.

C’est dans ce contexte que le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni à New York pour discuter de la situation en Libye, pays par ailleurs suspendu des réunions de la Ligue arabe. Le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé mardi « la fin immédiate  » des violences en Libye et condamné la répression des manifestants engagée par le régime du colonel Mouammar Kadhafi, et déplore la répression contre des manifestants pacifiques.

BOMBARDEMENTS DE L’ARMÉE

Par ailleurs, l’armée a bombardé des dépôts d’armes situés loin des zones urbaines, avait déclaré lundi Seïf Al-Islam, un des fils du numéro un libyen, tandis qu’à New Delhi, l’ambassadeur démissionnaire de Libye expliquait que le régime avait commencé à « utiliser des avions pour bombarder des civils qui manifestaient pacifiquement ». Les pilotes de chasse libyens, qui ont fait défection à bord de leurs Mirage F1, ont déclaré à Malte avoir refusé de tirer sur les manifestants à Benghazi, deuxième ville du pays et centre de la révolte depuis le 15 février. Des habitants de Fachloum et de Tajoura, quartiers de la banlieue de Tripoli, avaient fait état de véritables « massacres ».

Selon des témoignages recueillis au téléphone par l’AFP, les combats ont cessé mardi à Benghazi. Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe, Abdel Rahman Attiya, a même appelé à « une action arabe, islamique et internationale pour soutenir le peuple libyen qui fait face à un véritable génocide ».

L’Union européenne de son côté s’est dite « horrifiée » hier par la violence de la répression des manifestations en Libye et par l’attitude « inacceptable » de Mouammar Kadhafi, indiquant que des sanctions à l’encontre du dirigeant allaient être discutées. « J’éprouve une horreur particulière des violences qui sont commises contre le peuple qui se lève pour la liberté et la justice en Libye », a déclaré le président de l’Union Herman Van Rompuy, lors d’un déplacement à Prague. M. Kadhafi « ne peut pas continuer à menacer son peuple de violences  », a renchéri à Bruxelles la porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, Maja Kocijancik.

PIRE QUE SADDAM HUSSEIN

« Il est inacceptable qu’un dirigeant menace ses propres citoyens », a également déclaré un porte-parole de la Commission européenne, Olivier Bailly. Lors d’une réunion prévue dans la journée des ambassadeurs des 27 pays de l’Union à Bruxelles, « les Etats vont discuter quelles actions peuvent et doivent être prises par l’UE » à l’encontre de la Libye et du régime libyen, en particulier des « mesures restrictives », a précisé Maja Kocijancik. Par ailleurs, le pays connaît un exode massif des ressortissants étrangers. A l’aéroport de tripoli, seul apparemment fonctionnel après le bombardement de celui de Benghazi, la situation serait catastrophique et « chaotique », des passagers se battant pour monter dans les avions, selon le commandant d’un avion maltais, Philip Apap Bologna, de retour de la capitale libyenne où il a embarqué des compatriotes. Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi est « pire » que l’ancien dictateur irakien Saddam Hussein et la fin de son régime est prévue dans « quelques jours », a affirmé dans une interview mercredi le représentant démissionnaire de la Libye auprès de la Ligue arabe. « Je crois que c’est une question de quelques jours, pas plus. Malheureusement, je pense en même temps que ça coûtera cher à la Libye et aux Libyens, car cet homme est capable de tout », a affirmé Abdel Moneim al-Honi dans une interview au quotidien Al Hayat. « Je pense que des massacres horribles se produiront », at- il ajouté, écartant l’éventualité d’une guerre civile dans le pays. Selon cet ex-membre du Conseil du commandement de la révolution libyenne, le colonel Kadhafi a tranché : « soit il tue, soit il est tué ».

Face au retournement de situation, il semblerait que la famille du « Guide » commence à préparer ses ‘’valises’’. Ainsi, le Liban a refusé d’accueillir un avion privé libyen transportant l’épouse d’origine libanaise d’Hannibal Kadhafi. « L’aéroport de Beyrouth a reçu dans la nuit de dimanche à lundi une demande des autorités libyennes pour accueillir un avion appartenant à la famille Kadhafi, avec à son bord plusieurs personnes dont Aline Skaff, la femme d’Hannibal Kadhafi, qui est d’origine libanaise  », a indiqué une source à l’aéroport de Beyrouth. « Le Liban a rejeté cette demande  », a-t-elle ajouté. Le ministre libanais des Transports, Ghazi Aridi, avait demandé la liste de passagers et « quand les Libyens ont refusé de la lui donner, il a rejeté la demande », a indiqué un responsable gouvernemental. Au Liban, le colonel Kadhafi est honni, notamment au sein de la communauté chiite, en raison de la disparition du charismatique imam chiite libanais Moussa Sadr au cours d’une visite en Libye en 1978.

UNE ZONE AUX MAINS DES OPPOSANTS ?

Par ailleurs, selon des correspondants de l’agence française AFP, les opposants au régime libyen paraissaient contrôler la côte orientale du pays hier, avec des soldats rejoignant le mouvement de contestation. L’équipe de l’AFP a vu des insurgés - en majorité armés - sur la route allant de la frontière égyptienne à la ville de Tobrouk, environ 150 km plus à l’ouest, adossée à la Méditerranée. Partout, des insurgés portent au vent le drapeau de l’indépendance, d’avant l’ère Kadhafi. Et sur la route côtière, les gens font le signe de la victoire, ont l’air fous de joie, et semblent sûrs que Kadhafi va être renversé. Des habitants de la région ont indiqué que le mouvement anti- Kadhafi contrôlait la région qui s’étend de la frontière égyptienne jusqu’à Ajdabiya plus à l’ouest, en passant par Tobrouk et Benghazi.

Des résidents de la localité d’Al-Baïda ont indiqué que des miliciens loyaux à Kadhafi avaient été exécutés. Le bilan des victimes de ces troubles serait de plus de 500 morts, selon Al Jazeera, plus de 400 selon les ONG des droits de l’homme. Enfin, un avion de chasse libyen s’est écrasé hier en Libye après que son pilote, refusant d’obéir à des ordres de bombarder la ville de Benghazi, se soit éjecté, a annoncé un journal libyen sur son site internet.

Yazid Alilat

Tags: Libye Attaque Assassinat Meurtre Mouammar Kadhafi

Source : Le Quotidien d'Oran

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir