mardi 22 août 2017 - vous ici Accueil du site > Internationale>

Ben Ali, ce n’est pas encore fini

16 janvier 2011
Ben Ali, ce n'est pas encore fini

Il y a tout lieu de rester prudent quant à l’issue trouvée après le départ précipité de Ben Ali vers une destination quasi évidente, l’Arabie saoudite.

Pourtant, il y a quelques jours et par la bouche de Michèle Alliot- Marie, le gouvernement français a proposé le savoir-faire à la police tunisienne pour « régler les situations sécuritaires  », ce qui a soulevé quelques indignations en France mais aussi en Tunisie. La France démontre ainsi et après le refus catégorique de recevoir le maître de Carthage diplômé de Saint Cyr et de la Senior Intelligence School que l’amitié a des limites et que les intérêts français passent avant tout. Mais, pour les Tunisiens de l’intérieur, là n’est pas la question. Le problème c’est que le remplaçant de Ben Ali, qui est natif de la même région que lui, est aussi l’un des patrons de son parti politique, le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD). La mise en oeuvre de l’article 56 de la Constitution est dangereux pour la suite des évènements si l’on considère que la rue a exprimé le voeu de changer le régime et pas seulement un homme par un autre, comme de coutume dans les pays arabes et africains. Il édicte qu’ « en cas d’empêchement provisoire, le Président de la République peut déléguer par décret ses attributions au Premier ministre à l’exclusion du pouvoir de dissolution de la Chambre des Députés ».

Monsieur Ghanouchi gère donc par délégation et n’a même pas le droit de dissoudre la chambre des députés à majorité RCD. Il reste ainsi constitutionnellement dépendant de Ben Ali. Une confusion règne pour le moment alors que les collectifs d’avocats à la tête des révoltes continuent son action pour passer à l’article 57 de la même Constitution qui énonce le cas de la vacance du pouvoir. La Tunisie se trouve dans une situation qui n’est ni un coup d’état militaire ni un changement révolutionnaire par la rue. L’armée reste muette ou n’a probablement pas encore trouvé le leader qu’il faut, celui qui fait consensus. Il s’agit de savoir jusqu’à quand. Le peuple tunisien veut de la démocratie et il en a payé le prix ces derniers jours, et lourdement.

Notons que la société civile tunisienne s’est développée et s’est organisée à l’ombre des projets de développement introduits par des instances internationales durant de longues années. Est-ce que les Tunisiens vont se suffire du départ du président et de son remplacement par son collaborateur le plus proche mais aussi le plus fidèle ? Certainement pas. Les ondes de choc de l’aventure tunisienne se feront certainement ressentir dans d’autres pays arabes où l’Europe et les USA souhaitent voir s’instaurer de véritables démocraties. En témoignent les félicitations adressées par Obama au peuple tunisien une fois assuré du changement. En témoigne la déclaration à Doha de la Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton qui a appelé les dirigeants arabes à « promouvoir les réformes » et déclaré que « les peuples de la région étaient lassés de la corruption, au moment où la Tunisie et l’Algérie voisine sont secouées par des troubles sociaux ». Déclaration lourde de conséquences et qui en dit long sur les intentions des puissances occidentales de mettre à exécution les stratégies du projet d’un GMO, qu’on croyait tombé dans les oubliettes.

Si les Tunisiens ont remporté la bataille contre une famille au pouvoir et brisé le mur du silence, il leur reste à présent à remporter une bataille constitutionnelle contre le champ de mine qu’a laissé Ben Ali après sa fuite. La rue reste le seul moyen et le plus efficace pour le moment, car il faut retenir que même si les dictatures se sont trouvé des formes de démocratie sur mesure qu’elles peuvent opposer aux rappels à l’ordre des Européens et Américains durant ces vingt dernières années, elles restent dans le fond des dictatures.

Ahmed Saïfi Benziane

Tags: Tunisie Émeute Zine el-Abidine Ben Ali

Source : Le Quotidien d'Oran

1 Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail

1 commentaire

  • Ben Ali, ce n’est pas encore fini par Kouti 17 janvier 2011 16:45

    C’est une bonne analyse - Je pense qu’il faut rester prudent - La victoire tunisienne sur un régime dictatorial pris en otage par deux familles régnantes ne doit pas etre confisquée au profit d’une nouvelle lutte de clans - Cependant, une page est radicalement tournée grace au sursaut du peuple tunisien, à sa détermination et à son courage, pour se débarasser - enfin - d’une mafia qui a gangréné le système- Gloire aux martyrs

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir