mercredi 23 août 2017 - vous ici Accueil du site > Economie>

Le processus d’acquisition sera entamé début 2011

Djezzy : L’Algérie exclut toute négociation avec les Russes

28 octobre 2010
Djezzy : L'Algérie exclut toute négociation avec les (...)

« Nous ne négocierons qu’avec Orascom Telecom Holding (OTH). C’est avec elle que nous avons négocié et avec elle que nous avons conclu un accord », a déclaré Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, en marge du débat sur la politique générale à l’Assemblée populaire nationale (APN).

Une position claire et nette du gouvernement algérien quant aux négociations avec le russe Vimpelcom, nouveau propriétaire d’OTH.

Le gouvernement algérien considère OTH comme seul interlocuteur du gouvernement tant que c’est lui le détenteur de la licence de la téléphonie mobile et c’est avec lui qu’il entamera, début 2011, des négociations pour racheter la filiale algérienne OTA, « Djezzy ». Les déclarations de Benhamadi ne font que conforter celles du ministre des Finances, Karim Djoudi, qui, jeudi dernier, affirmait devant la même assemblée que le gouvernement a entamé les premières démarches pour l’acquisition de Djezzy. Tout en précisant que l’opération du rachat prendra du temps, Benhamadi a indiqué que la banque d’affaires qui assistera le gouvernement algérien dans le processus de négociations avec Orascom Telecom sera désignée en janvier 2011. « La conclusion de l’opération d’acquisition de Djezzy pourrait intervenir dès le premier semestre de l’année prochaine », a-t-il précisé. L’Etat algérien avait lancé un appel d’offres international pour sélectionner la banque d’affaires qui sera chargée de l’évaluation de la société afin de déterminer la valeur de la transaction. La fusion de Weather investment, propriétaire principal d’OTH, avec le groupe russe de téléphonie Vimpelcom, et la cession de droits d’OTA, une société de droit algérien, officiellement engagées entre les deux parties suite à la décision de l’Etat algérien d’exercer son droit de préemption prévu par la législation nationale sur les cessions d’actions de la société OTA envisagée par la société mère (OTH), sont, en fait, « deux opérations distinctes », avait rappelé le premier argentier du pays le week-end dernier. Mohamed Benmeradi, ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, avait indiqué, pour sa part, que tout changement dans l’actionnariat d’OTH « ne saurait remettre en cause les engagements déjà pris de céder OTA à l’Etat algérien ».

Par ailleurs, les autorités algériennes n’ont pas voulu répondre directement aux déclarations du patron de Vimpelcom qui a menacé, récemment, le gouvernement algérien de poursuites judicaires dans le cas où ce dernier procède à la nationalisation de Djezzy. « Les autorités algériennes n’ont pas été saisies officiellement et, par conséquent, elles ne donnent aucun crédit aux spéculations », avait précisé Karim Djoudi. Il est utile de signaler que la filiale tunisienne d’Orascom Telecom, en l’occurrence Tunisiana, détenue à 50% par le groupe égyptien, est sur le point d’être rachetée par l’autre actionnaire de l’opérateur, QTel en vertu du droit de préemption conférée par la législation tunisienne. Le gouvernement tunisien a demandé à QTel d’exercer son droit de préemption pour racheter les 50% détenus par Orascom Telecom dans Tunisiana.

Ali Karimou

Tags: Algérie Djezzy Russie Orascom Télécom Algérie

Source : La V.O

Version imprimable de cet article Enregistrer au format PDF envoyer l'article par mail


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

annonces

Le Sondage

Élections législatives en Algérie Allez-vous voter ?


Voter

Idées recettes

Média partenaire

le quotidien oran
Infosoir